Vincent Bolloré débarque dans le secteur des médias et de la culture en Afrique


  • FrançaisFrançais



  • Alors que l’Afrique a été un désert pour le développement des médias et de la culture pendant des années, des groupes français comme Canal débarquent en masse grâce à des capitaux monstrueux. La conséquence sera impitoyable. La disparition des médias locaux et le monopole de médias français avec la bonne propagande de la France pour accompagner la sauce. Plus besoins de chaines ou de fusils, des images suffisent.

    (Agence Ecofin) – Vincent Bolloré était déjà entré de plein pied dans le secteur des médias en Afrique grâce à ses actions majoritaires au sein du groupe français Vivendi, propriétaire de Canal+. Aujourd’hui, le voilà aux commandes à la fois de la maison mère et de la filiale.

    Ce 3 septembre 2015, Vincent Bolloré a donc pris la présidence du conseil de surveillance du groupe Canal+. L’entreprise a fait de l’Afrique un marché prioritaire. En 2 ans, l’éditeur et distributeur des chaînes Tv a vu son nombre d’abonnés passer de 700 000 à 1,5 million sur le continent. Hormis l’Afrique francophone, son marché traditionnel, il est présent sur le reste du continent et même au Maghreb. L’offre africaine de Canal+ a dépassé les 200 chaînes de Tv dont plusieurs sont dédiées à l’Afrique, notamment la chaîne A+, mais aussi Novelas Tv, la chaîne des télénovelas, Edan qui fait du divertissement cosmopolite et urbain ou encore Gulli Africa, la première chaine jeunesse conçue pour l’Afrique. Canal+ continue de quadriller le terrain en nouant des partenariats avec des câblodistributeurs locaux pour la distribution de ses chaînes.

    En prenant la tête de Canal+, l’homme d’affaires a par ailleurs affiché clairement son projet d’investir dans l’industrie culturelle en Afrique. Le 26 septembre prochain, à Conakry en Guinée, sera posée la première pierre de la salle de spectacles « Canal Oympia » qui sera à l’image du grand Olympia de Paris. Cette salle africaine va accueillir un concert d’artistes du label Universal Music appartenant à Vivendi. L’évènement sera retransmis sur la chaîne Canal+, sur la plateforme Dailymotion et sur les chaînes africaines du groupe Canal+, dont A+.

    D’autres salles seront construites dans plusieurs pays d’Afrique francophone. Il est question pour Bolloré de développer sur le continent la marque Olympia. En juin dernier, il avait d’ailleurs déclaré : « Nous voulons développer cette marque en Afrique en créant des salles de cinéma ou de spectacles ». Vincent Bolloré visitait alors les locaux à Paris du Vivendi village qui regroupe de petites entités à l’instar de l’Olympia.

    Bolloré l’a avoué, le cinéma africain est également dans son viseur. « J’ai entendu Vincent Bolloré dire qu’il y avait des nouveaux talents à trouver en Afrique et qu’il fallait relancer le cinéma africain, empêcher que les salles ferment, etc. Il m’a d’ailleurs chargé de faire un inventaire des salles de cinéma existantes, de celles détruites et de celles qui ont existé. Il réfléchit sûrement à un développement des activités cinématographiques sur le continent », a déclaré Michel Roussin, le monsieur Afrique de Bolloré. C’était dans un entretien avec le Point Afrique en juin dernier.

    Voilà qui va renforcer la présence de Bolloré en Afrique. Son groupe y réalise le quart de son chiffre d’affaires, selon Michel Roussin, dans les secteurs de la logistique et du transport mais aussi de l’agriculture et l’agroalimentaire. Et dire que le magnat français est aussi devenu l’actionnaire majoritaire d’Havas Group, le 6ème mondial dans le secteur de la communication, solidement implanté sur continent africain.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...
    mm

    Boubakar Nguema

    Journaliste et réalisateur. Couvre principalement l'actualité africaine et panafricaine.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.