AGOA : Obama menace d’exclure l’Afrique du Sud

Cette menace d’exclusion de l’Afrique du Sud de l’AGOA montre que ce programme n’est qu’un subterfuge pour les Etats-Unis d’exporter massivement leurs produits en échange de quelques miettes du marché américain.



(Agence Ecofin) – Le président américain Barack Obama a menacé, le 5 novembre, d’exclure l’Afrique du Sud  du programme AGOA (Africa Growth and Opportunity Act), un régime de préférences commerciales accordé par les États-Unis aux pays d’Afrique subsaharienne.

Selon la Maison-Blanche, cette menace est motivée par le fait que Pretoria maintient des barrières qui empêchent l’entrée des produits avicoles américains sur le marché sud-africain.

Dans une lettre adressée au Congrès, M. Obama a déploré que «l’Afrique du Sud continue à imposer des obstacles au commerce avec les Etats-Unis, y compris sur les exportations agricoles». Il a cependant accordé aux autorités sud-africaines un délai de 60 jours pour lever ces restrictions. Faute de quoi, la nation-arc-en ciel sera suspendue du programme AGOA.

L’Afrique du Sud a imposé en décembre dernier des restrictions sur l’importation de volailles américaines en des risques sanitaires liés à une épidémie de grippe aviaire qui sévit aux Etats-Unis. Ces restrictions se sont ajoutées à d’autres obstacles à l’entrée aux viandes porcine et bovine américaines sur le marché sud-africain.

Réagissant à la menace américaine, le ministre sud-africain du commerce a assuré que des négociations sont en cours pour trouver un accord entre les deux pays.

Le programme AGOA exempte de droits de douanes plus de 70% des produits en provenance d’Afrique subsaharienne. Ce système instauré par le congrès américain en 2000 a été renouvelé fin juin dernier pour une période de dix ans supplémentaires.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...
mm

Boubakar Nguema

Journaliste et réalisateur. Couvre principalement l'actualité africaine et panafricaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *