jeudi , 17 août 2017

SOS Fantômes (2016), parodique jusqu’au bout

Très attendu, SOS Fantôme en version 2016 devait tenir toutes ses promesses. On peut dire que la plupart ont été tenus et le film a choisi l’approche parodique jusqu’au bout.


SOS Fantômes (2016), parodique jusqu’au bout
Sorti en juillet 2016 pour surfer sur la tendance légère des vacances d’été, SOS Fantômes était attendu par de nombreux fans du premier SOS Fantômes sorti en 1984. Dans cette relance de la franchise, SOS Fantômes a choisi une approche très différente. Le casting très particulier du film méritait qu’on s’assoie littéralement sur la moindre dose de sérieux et qu’on privilégie l’humour et la parodie jusqu’au bout. Et le résultat est un film excellentissime dans de nombreux aspects, mais on voit également quelques défauts dans ce SOS Fantome en version 2016.

Une vanne par minute

SOS Fantômes 2016 propose un scénario ultrasimple et très classique. Et c’est normal puisque c’est le redémarrage de la franchise et qu’il faut commencer par des choses simples. Mais vu l’accueil mitigé de ce film, on se pose des questions sur les prochaines suites. Mais quoi qu’il en soit, SOS Fantômes mérite amplement le titre du film le plus drôle de l’année. On a des blagues, des allusions, des références et des vannes toutes les minutes. La blague sur le nom du « Matou » est excellente avec une bonne dose de sans-foutisme comme on les aime. Étant donné que les chasseurs ont été remplacés par des « casseuses », la production et la réalisation anticipaient la vague sexiste et raciste qui allait déferler sur le film et ils ont mis leurs couilles sur la table en assumant leur approche jusqu’au bout.

Très attendu, SOS Fantome en version 2016 devait tenir toutes ses promesses. On peut dire que la plupart ont été tenus et le film a choisi l'approche parodique jusqu'au bout.

C’est une chose rare dans le cinéma actuel pour être souligné. À bien des égards, SOS Fantômes 2016 me rappelle un peu le film Dogma avec Ben Affleck et Matt Damon. Un film qui exploite tous les canons du genre en piétinant toutes les références dans le même temps. C’est une approche délicate, car on risque de se vautrer de manière assez lamentable, mais SOS Fantômes 2016 réussit l’exploit avec brio.

Des femmes ? Quel blasphème !

La plupart des critiques contre SOS Fantômes 2016 ont été provoqués par le sexisme rampant d’une minorité de fans qui pensent que l’oeuvre leur appartient. On avait vu les mêmes ânes bâtés qui gueulaient contre Mad Max : Fury Road ou encore dans le dernier Star Wars même si ce dernier est un film pourri dans certains aspects. Ces ânes bâtés ne comprennent pas qu’un film se base sur des personnages et non sur des hommes et des femmes. La seule question est de déterminer si un homme ou une femme est capable d’endosser la peau du personnage. Et dans SOS Fantômes, les 4 femmes assument parfaitement leur personnage même si la transition est différente. Dans le premier SOS Fantômes sorti en 1984, on a un mélange de sérieux et d’humour et c’était bien dosé. Dans SOS Fantômes 2016, le sérieux est enterré sous 60 mètres de béton tandis que l’humour et la parodie deviennent les seules armes du film.

Très attendu, SOS Fantome en version 2016 devait tenir toutes ses promesses. On peut dire que la plupart ont été tenus et le film a choisi l'approche parodique jusqu'au bout.

Mais la genèse des personnages pour devenir des Ghostbusters est similaire. On a des chercheurs qui ne sont pas reconnus par le monde académique et qui se mettent à trouver des alternatives. Mais le problème de la vanne par minute est que cela peut tomber à plat. Le premier Ghostbusters réussissait à maintenir l’équilibre tandis que cette version de 2016 blague tellement à chaque seconde que l’intensité des scènes en souffre considérablement. Dans les scènes d’action, on aurait aimé voir un peu de repos humoristique et cela aurait donné un véritable chef-d’oeuvre qui aurait écrasé sans aucun problème le premier Ghostbusters. Et c’est ce que les critiques ne comprennent pas.

Très attendu, SOS Fantome en version 2016 devait tenir toutes ses promesses. On peut dire que la plupart ont été tenus et le film a choisi l'approche parodique jusqu'au bout.

Quand on regarde le premier SOS Fantômes avec l’expérience cinématographique de 2016, alors on doit admettre honnêtement que ce premier film est à chier. Il est marqué dans nos esprits parce que nous l’avons vu en étant enfants ou adolescents et la chanson, mais également les acteurs emblématiques comme Bill Murray ou Dan Aykroyd nous ont donné de bons moments. Mais le scénario est à la pisse et les dialogues sont vraiment bâclés. C’est pourquoi on recommande de ne jamais regarder les films qui nous ont marqués pendant l’enfance, car cela casserait la magie. La suspension consentie de l’incrédulité d’un enfant ou d’un jeune est maximale alors qu’une personne de 30 ans a beaucoup plus de bagages. De ce fait, on ne peut pas dire que le premier Ghostbusters sera toujours le meilleur, car ce n’est pas vrai. Et il faut également comprendre la symbolique du premier Ghostbusters. Il est sorti en 1984 et le cinéma parodique était inexistant. Les films de fantôme, d’exorcisme et de paranormal étaient sérieux à mort et SOS Fantômes est devenu culte parce qu’il a piétiné les codes du genre. Alors pourquoi critique-t-on SOS Fantômes 2016 alors qu’il fait la même chose ? Mais au lieu de piétiner le genre, cette nouvelle franchise piétine simplement son père spirituel. C’est moche, mais c’est comme ça.

Des effets spéciaux époustouflants

On peut émettre des réserves sur le casting, le scénario ou les dialogues, mais les effets spéciaux sont époustouflants. C’est à des années-lumières de la pâte à modeler du premier SOS Fantômes et c’est une véritable bouffée de plaisir. Les scènes de combat sont excellentes, notamment la scène finale où l’un des personnages se met à se prendre pour Tomb Raider, mais également la vue en contre-plongée face aux fantômes géants. Les fantômes sont superbement bien faits avec une explosion de couleurs. C’est beau, c’est magique et c’est magnifique !

Très attendu, SOS Fantome en version 2016 devait tenir toutes ses promesses. On peut dire que la plupart ont été tenus et le film a choisi l'approche parodique jusqu'au bout.

Comme je l’ai mentionné, les scènes d’actions sont excellentes, mais même pendant les combats, les vannes pleuvent à toute allure et cela gâche le dynamisme et la cadence de la scène. On a également des dialogues qui tombent à plat dans certaines occasions. Ils ont voulu tellement qu’on ne les prenne pas au sérieux qu’on a une impression d’accélération sans prendre le temps d’apprécier chaque scène.

Entre féminisme et racisme

SOS Fantômes 2016 a fait le choix du féminisme. Les personnages masculins sont au second plan et caricaturés à l’extrême. Quand on voit que le réceptionniste Kevin, un débile profond, est interprété par Chris Hemsworth qui joue le rôle de Thor, alors on se dit que SOS Fantômes 2016 n’a peur de rien. Cependant, le racisme est bien présent avec Leslie Jones qui est la Black du groupe. On a 3 blanches avec 2 physiciennes des particules, une bricoleuse de génie et la Black travaille dans le métro. On peut dire que le film a le don d’illustrer le concept des différences sociales. Et son intégration dans le groupe est mal faite. Si les autres personnages arrivent de manière intelligente, le personnage de Patty est mis au forceps et cela laisse une très mauvaise impression sur le respect des quotas à Hollywood. De plus, son rôle dans l’histoire est minimal et on aurait aimé une mise en avant de chaque personnage comme dans le premier SOS Fantômes.

Très attendu, SOS Fantome en version 2016 devait tenir toutes ses promesses. On peut dire que la plupart ont été tenus et le film a choisi l'approche parodique jusqu'au bout.

Mais n’en déplaise aux critiques, SOS Fantômes 2016 est une réussite dans de nombreux aspects. Il n’a pas l’ambition d’entrer dans les annales, mais ce n’était pas le cas du premier film. C’est la communauté qui l’a transformé en film culte comme cela a été le cas avec Last Action Hero. Et à force d’alimenter ce culte, le premier SOS Fantômes a été mis sur un podium cinématographique qui n’était pas le sien. On apprécie les quelques apparitions des acteurs du premier film, mais on comprend pourquoi le casting a été totalement changé. Des vieillards bedonnants et rabougris, qui portent des équipements de chasse au fantôme, ne sont pas les plus indiqués pour faire naitre une nouvelle franchise. Et à bien des égards, ce SOS Fantômes 2016 arrive à égalité avec son père spirituel et en fait, il le surpasse largement dans de nombreux domaines.

Note de l’auteur : 4.5 Stars (4,5 / 5)

N'oubliez pas de voter :
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...

Faites un don sur notre page Patreon

Quelle est la fiabilité de cette information ou étude ?

Aucun avis particulier

A propos de Madeleine Jussier

mm
Dégoutée du monde, je me concentre sur l'actualité insolite et culturelle. Fan de série et de film et je n'hésite pas à critiquer l'idiotie humaine. Passée par plusieurs journaux de la presse écrite.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Timber by EMSIEN 3 Ltd BG