La boue toxique d'une mine brésilienne atteint l'atlantique

Le torrent de boue et de matériaux toxiques provenant d’une mine brésilienne vient d’atteindre l’océan Atlantique.


La boue toxique d'une mine de fer atteint l'océan Atlantique
Le village de Bento Rodrigues submergé par le torrent de boue provenant d'une mine de fer.

Les officiels du ministère de l’ ont déclaré que la boue a atteint la Doce River samedi dernier et elle pourrait s’étendre jusqu’à 9 kilomètres dans l’océan. La boue et les matériaux toxiques se sont déversés lorsqu’un réservoir de déchets s’est effondré dans une mine de fer dans l’Etat de Minas Gervais. Le torrent de boue a enterré le village de Bentos Rodrigues faisant 10 victimes et 15 disparus.

Le torrent de boue sur le littoral de Linhares

La boue a contaminé le littoral de Linhares dans l’Etat d’Espírito Santo..

Le torrent de boue a traversé près de 650 kilomètres à travers tout le en atteignant la Doce River et finalement l’océan Atlantique. Les autorités de l’Etat d’Espirito Santo ont construit des barrages pour tenter de stopper cette boue, mais une grande partie a simplement submergé les barrages. Luciano Evaristo, responsable de l’institut environnemental du Brésil, a déclaré au média G1 que le torrent de boue a tué la faune marine et il pourrait affecter la reproduction des tortues de mer alors qu’il se déverse actuellement dans l’Atlantique. Les autorités brésiliennes ont déclaré l’etat d’urgence dans plus de 200 villes qui sont touchées par ce déversement toxique.

Le trajet de cette boue depuis la mine jusqu'à l'Atlantique

Le trajet de cette boue depuis la mine jusqu’à l’Atlantique. Crédits : G1

La mine de fer appartient à Samarco, une Venture conjointe de l’Australien BHP Billiton, la plus grande firme minière au monde et Vale, le plus gros mineur au Brésil.

 

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...
mm

Estelle Dufresne

Ancienne journaliste dans plusieurs titres de la presse régionale. Mais comme la presse régionale n'existe plus, je me suis recyclé dans les rubriques internationales de plusieurs sites en ligne.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *