vendredi , 24 novembre 2017

La Petite Mort, l’un de ces jeux vidéos érotiques qui explorent la sexualité

Les jeux vidéos érotiques veulent explorer la sexualité. Mais les tabous persistent sur ce type de jeu alors qu’ils peuvent nous apprendre à lever les tabous sur la sexualité et à explorer différentes voies dans ce domaine.


La Petite Mort, l’un de ces jeux vidéos érotiques qui explorent la sexualité
La Petite Mort, un jeu trop pornographique pour certains puritains...
Mes doigts bougent lentement en cercle, doucement dans un premier temps. Des pixels rouges et roses s’animent sous mes caresses. La musique commence. Je n’ai jamais fait une telle chose dans un bus. Alors que je regarde l’écran, je suis très attentif aux gens à ma gauche et à la femme derrière mois. Je gagne un certain rythme en apprenant les sons de plaisir et de gémissement. Une caresse brusque et la musique s’arrête immédiatement. Le rythme s’accélère et les couleurs deviennent plus vives. Je suis en train de masturber mon téléphone.

La Petite Mort est un jeu développé par Andrea Hasselager et Patrick Jarnfelt, la paire qui est derrière le studio danois Lovable Hat Cult. Le mois dernier, Apple a banni le jeu de son Apple Store. On nous a dit que le jeu possédait un contenu discutable et cru selon Jarnfelt. Mais qu’est-ce qui est cru ? C’est des pixels abstraits. Mais l’idée même de toucher un organe sexuel est déjà un tabou blasphématoire pour des puritains comme Apple.

Jarnfelt et Hasselager sont au centre d’une communauté grandissante de développeurs qui créent des jeux pour explorer les problèmes autour du sexe et de la sexualité. Ils organisent la conférence annuelle Lyst où les développeurs discutent et présentent des jeux comme Breakup, une expérience en réalité virtuelle qui répète indéfiniment les derniers moments d’une relation ou Pocket Jockey dans lequel les joueurs font vibrer le téléphone des autres.

Le troisième événement Lyst a été organisé à Hamar en Norvège. La communauté grandit et nous avons de plus en plus de participants selon Hasselager. L’amour, la romance et le sexe sont des émotions naturelles humaines, mais ils sont dépeints de la mauvaise manière dans les jeux vidéos.

Du porn pixelisé

La Petite Mort n’est pas le premier jeu des développeurs sur le sexe. En 2008, ils ont crée Dark Room Sex Game, dans lequel 2 joueurs bougent des manettes Wii d’avant en arrière dans un rythme croissant afin d’atteindre un orgasme musical. Vous devez regarder dans les yeux de l’autre personne et communiquer via le langage corporel selon Jarnfelt.

Jarnfelt a eu l’idée de La Petite Mort lorsqu’il jouait avec les automates cellulaires, des modèles abstraits qui peuvent simuler des systèmes complexes tels que des choses vivantes, en suivant une simple série de règles. Jarnfelt a fait en sorte que son automate réagisse au toucher et il a vu immédiatement le potentiel érotique. Pour créer les graphiques du jeu, Jarnfelt et Hasselager ont filmé les organes génitaux de vraies femmes et ils sont pixelisés les images jusqu’à ce qu’elles soient impossibles à identifier. Nous avions des personnes qui jouaient sans savoir ce qu’elles touchaient selon Hasselager.

Les gens jouent différemment au jeu. Quand Jarnfelt l’a testé avec un groupe d’hommes, ils regardaient tous par-dessus l’épaule des autres joueurs. Ils regardaient les techniques des uns des autres. C’est devenu une compétition. D’autres préfèrent s’éloigner et progresser par leurs propres moyens. Les images sont dans votre tête, mais cela explique l’embarras quand quelqu’un regarde.

Un business risqué

Robert Yang, développeur à New York, explore aussi l’intimité et la gêne qu’elle occasionne dans une dizaine de jeux. Yang crée des jeux pour les gays qui sont drôles et insolents, mais ils résolvent des problèmes sérieux. Quand les jeux vidéos classiques incluent le sexe, ce dernier est présenté comme une partie de l’histoire en tant qu’une récompense ou un objectif du joueur. Mais Yang présente l’intimité comme un processus à part entière. Vous aimez quelqu’un, mais ce dernier vous rejette. Ou vous voulez coucher, mais vous n’êtes pas du tout performant. Quand nous pensons au sexe comme à un processus chargé en émotion plutôt qu’une conclusion, alors nous ouvrons une grande quantité de langages émotionnels dans les jeux. Yan explore des thèmes importants qui sont négligés par les autres selon Cara Ellison, écrivain et designer, mais il paie un énorme prix pour son courage.

[themoneytizer id=”7002-25″]

 

Comme Jarnfelt et Hasselager, plusieurs jeux de Yang ont été bannis de services en ligne. Il ne peut pas vendre ses jeux sur Steam et il ne peut pas utiliser Paypal. Ces entreprises possèdent une politique très puritaine sur les choses qu’ils considèrent comme étant pornographiques. Il y a une ligne qui définit les contenus sexuels acceptables dans les jeux vidéos, mais la ligne est très floue. Et ils peuvent vous suspendre sans aucun préavis. Même les donations sont risquées avec Paypal dans ce domaine.

Des jeux pour adultes

Nous avons un problème avec la pudeur quand on parle de jeux vidéos selon Ellison. Le contenu sexuel est plus fréquent à la télévision ou dans un livre comme 50 nuances de gris, mais les attitudes envers le contenu sexuel datent encore de l’Inquisition. De nombreuses personnes pensent que les jeux sont uniquement pour les enfants selon Jarnfelt. C’est une vision obsolète, mais il est enkysté dans les esprits des gens et des règles se sont formées autour de cette pudeur.

Le jeu érotique Hurt Me Plenty

Le jeu érotique Hurt Me Plenty

Ellison est d’accord et elle pense que les gens sont encore très gênés sur des jeux érotiques à cause de leur élément interactif. Ils pensent que l’influence est plus grande quand on joue une scène sexuelle plutôt que d’en regarder une. Mais c’est ridicule. Il y a plus d’interactivité que le simple fait de presser des boutons pour bouger les hanches. Dans le jeu Hurt Me Plenty de Yang, un joueur est bloqué s’il trahit la confiance de son partenaire. C’est parfait pour comprendre exactement la considération d’un autre corps selon Ellison.

Il y a beaucoup de jeux qui repoussent les limites selon Jarnfelt. Ils ne sont pas disponibles à une grande échelle, mais ils sont disponibles et c’est la première étape. Les jeux sont obsédés avec la violence parce que les joueurs la trouvent divertissante. Mais nous aimons aussi le sexe selon Yang. J’estime que le sexe est la seule autre force culturelle dans l’univers qui est suffisamment étrange, terrifiant et drôle pour détrôner la violence comme la principale expérience interactive. La réponse de Hasselager : Ce n’est pas évident pour moi de créer un jeu de guerre, car je n’ai jamais été à la guerre.

 

N'oubliez pas de voter :
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de vote)
Loading...

Faites un don sur notre page Patreon

Quelle est la fiabilité de cette information ou étude ?


A propos de Houssen Moshinaly

Rédacteur en chef d’Actualité Houssenia Writing. Blogueur frénétique et précaire comme tout blogueur qui se respecte.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Timber by EMSIEN 3 Ltd BG