Madagascar : Un système numérique pour contrôler les achats de carburant


  • FrançaisFrançais

  • Madagascar se dote d’un système numérique sur les achats de carburant. On espère que ce système numérique va supprimer les fraudes massives sur l’achat des carburants. Les bons de carburant sont souvent abusé par des fonctionnaires du gouvernement pour tout et n’importe quoi. Dans les années 2010, des commerçants rapportaient même que certains fonctionnaires les payaient avec des bons de carburants qui équivalaient à 2 fois le prix de l’article.


    Madagascar s'équipe d'un système numérique pour contrôler les achats de carburant

    (Agence Ecofin) – Fini le gaspillage et les faux achats de carburant dans l’administration publique malgache. Le phénomène qui mettait à mal les finances publiques sera étouffé par le système de paiement électronique des dépenses en carburant et lubrifiant (SPECL) que le gouvernement vient de mettre en place.

    Désormais, les administrations publiques malgaches fonctionneront avec des cartes de paiement électronique et Terminaux de Paiement électronique (TPE). Ces outils remplaceront progressivement les chèques carburants lubrifiants (CCAL) encore utilisés. La numérisation de l’approvisionnement de l’administration publique en carburant  fournira ainsi au Trésor public une meilleure traçabilité de toutes les dépenses en carburant et lubrifiants, la réduction des risques de faux, une facilité de gestion et un contrôle des dépenses.

    En novembre 2013, lors des rencontres économiques organisées par le Groupement des entreprises de Madagascar (GEM), le directeur général du Trésor public, Orlando Robimanana, avait dénoncé le gaspillage qui prévaut dans l’administration publique au niveau des chèques-carburant. Les dépenses qui étaient de  42 milliards Ariary (13 183 799 dollars) par an avant 2008 ont grimpé à 70 milliards Ariary (21 972 998 dollars) par an dès 2009. Il avait alors souligné que « si on supprime le grand gaspillage, rien qu’au niveau des CCAL, le pays pourrait investir tous les ans dans 100 bateaux de surveillance des côtes dont l’unité vaut 400 millions Ariary (125 560 dollars Ndlr), soit 1 bateau pour 50 km de côtes ».

    Avec  la carte de paiement, attribuée à chaque véhicule de l’administration publique, la consommation en carburant sera désormais mieux personnalisée et tracée. Le Trésor public pourra ainsi dresser une évaluation annuelle précise de la dépense en carburant de tout le parc automobile de l’Etat.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...
    mm

    Boubakar Nguema

    Journaliste et réalisateur. Couvre principalement l'actualité africaine et panafricaine.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.