Madagascar : La FMI et L’Union Européenne attendent le résultat de la lutte contre la corruption


  • FrançaisFrançais

  • Malgré les efforts faits par les tenants du pouvoir, la FMI et l’Union Européenne attendent encore de voir des résultats tangibles dans la lutte contre la corruption à Madagascar.



    La Bianco a affirmé qu’il y a des soupçons de corruption derrière les affaires de bois de rose, les affaires de la Jirama… « Si on a fait appel à la chaîne pénale, c’est qu’il y a bien des soupçons de corruption derrière les affaires de bois de rose, la Jirama, etc. Jusqu’à maintenant, aucune sanction n’a été appliquée. Différentes institutions nationales et internationales ont déjà attiré l’attention des dirigeants sur cette corruption qui règne à Madagascar (Sefafi, Transparency International, Alliance Voary Gasy, sans parler des lamentations de la population malgache…). Les bailleurs de fonds exigent des résultats tangibles dans la lutte contre la corruption.

    En ce qui concerne les exportations illégales de bois de roses, l’affaire est déjà très populaire à l’internationale. Le Président de la AVG, Ndranto Razakamarina, cette exportation illégales de bois précieuses a commencé il y a bien longtemps. Au début, 1 000 m3 de bois précieuses par an sont exportés illégalement. En 2009, ce chiffre est monté à 7 000 m3 par an. En 2012, il a même atteint les 12 000 m3. Actuellement, cette affaire de bois de rose est portée devant le tribunal du Singapour. De l’autre côté, l’opérateur Bekasy a eu une liberté provisoire et a pu sortir du territoire malgache. Le Bianco craint donc une corruption derrière cette affaire.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.