Madagascar : Lancement du journal « Free news » de Lalatiana Rakotondrazafy


  • FrançaisFrançais

  • La radio Free FM gérée par Lalatiana Rakotondrazafy vient de lancer un nouveau quotidien appelée Free News pour un prix de 200 ariary. Lalatiana Rakotondrazafy était candidate à la mairie d’Antananarivo contre Lalao Ravalomanana. Mais on la connait surtout pour ses heures de gloire à la radio de Viva pendant la crise de 2009. Ce journal Free News veut être dans une tendance satirique, Lalatiana Rakotondrazafy a traumatisé plus d’un avec ses diatribes à la belle époque de 2009. On se rappelle encore du bruit de ses crachats dans le micro tellement ses attaques étaient incendiaires. Attention, Lalatiana, le papier s’enflamme beaucoup plus rapidement !


    La radio Free FM géré par Lalatiana Rakotondrazafy vient de lancer un nouveau quotidien appelée Free News pour un prix de 200 ariary

    (Agence Ecofin) – A Madagascar, le dernier-né de la presse écrite s’appelle « Free news », une publication du groupe Free qui édite, depuis 5 ans, la radio Free Fm. Il s’agit d’un quotidien d’information écrit en français et malgache. Le nouveau journal a été présenté, ce 7 septembre 2016, au cours d’une cérémonie qui a permis de découvrir le numéro zéro, distribué gratuitement. Mais le journal sera vendu à 200 ariary, soit environ 0,066 $.

    La nouvelle publication veut insuffler un esprit nouveau à la presse et la société malgache, selon les explications de la directrice générale, Lalatiana Rakotondrazafy (photo), qui est aussi la propriétaire du groupe Free. Elle a déclaré que l’accent sera mis sur l’analyse et l’investigation. « Free news a bien l’intention et la prétention d’émerger du lot en nous voulant délibérément directs, crus, sans complaisance, critiques, satiriques, faisant du people politique », a expliqué Lalatiana Rakotondrazafy.

    La radio Free FM géré par Lalatiana Rakotondrazafy vient de lancer un nouveau quotidien appelée Free News pour un prix de 200 ariary

    Lalatiana Rakotondrazafy

    Elle assure que l’objectif principal du journal est le suivant : « informer le public de tout ce qui ne se dit pas d’habitude, au nom du politiquement correct; de tout ce que l’on n’ose pas trop publier par peur ou par souci de complaisance ou de divers intérêts, certes légitimes, mais qui, pour nous, ne seront jamais et ne pourront jamais primer face au droit de tous les citoyens à être informés et à notre devoir de les informer. »

    Mme Rakotondrazafy n’ignore pas la précarité dans laquelle patauge la presse malgache ainsi que la morosité de l’environnement économique national ; à cela s’ajoute une régulation plus répressive instaurée par le nouveau Code de la communication. « Est-ce que ce ne serait pas un peu fou, même un peu irréfléchi de se lancer dans cette aventure plus que périlleuse? », s’est-elle demandé. Mais l’entrepreneure de presse invite les partenaires et les annonceurs à investir sur le pari de la liberté et de la vérité, sur le pari de l’information et l’éducation des Malgaches et de leur émancipation. C’est d’ailleurs pourquoi le journal est vendu à tout juste 200 ariary.

     

    Madagascar : Entre crises perpétuelles et espoirs sans lendemain

    Si dans les cartes postales, Madagascar possède une image idyllique, faisant baver les occidentaux qui respirent de la brique à longueur de journée, la réalité est toute autre. Pauvreté, misère, famine, corruption, népotisme, autant de mots qui sont coupables des maux malgaches.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...
    mm

    Boubakar Nguema

    Journaliste et réalisateur. Couvre principalement l'actualité africaine et panafricaine.

    2 Responses

    1. bozy dit :

      bravo !!! il faut osez Lalatiana!!

    2. nomena dit :

      on ne peut pas choisir ni comment mourir ni quand mourir mais on peut decider de comment nous allons vivre!!!!!!!

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *