0

Homo sapiens est-il un spécialiste-généraliste ?

Une nouvelle étude soutient que la caractéristique la plus déterminante de notre espèce n’est pas le symbolisme ou un changement cognitif dramatique, mais plutôt sa position écologique unique en tant qu’un spécialiste-généraliste. Notons que les arguments sont très spéculatifs.

Une étude suggère que la production et la combustion de graisses sont synchronisées chez des souris souffrant d'obésité. Elle offre des pistes pour exploiter la chronothérapie qui consiste à administrer des médicaments à certains moments de la journée pour maximiser leur impact. 0

Synchronisation de la production et de la combustion de graisses chez les souris souffrant d’obésité

Une étude suggère que la production et la combustion de graisses sont synchronisées chez des souris souffrant d’obésité. Elle offre des pistes pour exploiter la chronothérapie qui consiste à administrer des médicaments à certains moments de la journée pour maximiser leur impact.

On fait de nombreux parallèles entre le roman 1984 d'Orwell et notre société technologique actuelle. Mais Orwell nous avait prévenus des subtilités de cette ère du tout connecté. Et notre prison numérique commence souvent par nos propres choix de consommation. Choix, qui progressivement, deviennent des obligations. 0

Orwell nous avait prévenus, nous achetons les écrans qui se retournent contre nous

On fait de nombreux parallèles entre le roman 1984 d’Orwell et notre société technologique actuelle. Mais Orwell nous avait prévenus des subtilités de cette ère du tout connecté. Et notre prison numérique commence souvent par nos propres choix de consommation. Choix, qui progressivement, deviennent des obligations.

Une étude suggère qu'une espèce de chauve a volé un gène du virus Ebola. Le gène est responsable de la neutralisation du système immunitaire chez les humains. Chez les chauves-souris, ce gène est beaucoup plus atténué suggérant une relation particulière entre certains mammifères et des virus comme Ebola. 0

Des chauves-souris ont « volé » un gène du virus Ebola

Une étude suggère qu’une espèce de chauve a volé un gène du virus Ebola. Le gène est responsable de la neutralisation du système immunitaire chez les humains. Chez les chauves-souris, ce gène est beaucoup plus atténué suggérant une relation particulière entre certains mammifères et des virus comme Ebola.