Actualité Houssenia Writing

A gauche : Une mitochondrie de cellules humains illuminée par une sonde sensible à la température. 4 cellules humaines, chacune avec son noyau et ses nombreux mitochondries filamenteuses (jaune-rouge). A droite : La mitochondrie comme un radiateur. Un zoom sur l'un des filaments révèle des membranes parallèles juxtaposées qui pourrait chauffer l'intérieur de la mitochondrie. Crédit : image de gauche : Malgorzata Rak, image de droite : Terrence G. Frey 0

La mitochondrie fonctionne-t-elle à 50 degrés Celsisus ?

Une étude suggère que nos mitochondries, les usines à énergie de nos cellules, fonctionnent à 50 degrés Celsisus tandis que notre corps reste stable à 37,5 degrés Celsisus. Toutefois, l’hypothèse est radicale et les précautions habituelles s’imposent face à ces découvertes.

Les chercheurs rapportent que les moustiques sont dotés de facultés d'apprentissage. Ils sont capables d'associer une odeur à un choc mécanique comme lorsqu'on tente de les écraser avec nos mains. En ayant appris cette odeur, les moustiques éviteront ceux ou celles qui tentent de les ratatiner. 0

Tentez d’écraser un moustique et il évitera votre odeur

Les chercheurs rapportent que les moustiques sont dotés de facultés d’apprentissage. Ils sont capables d’associer une odeur à un choc mécanique comme lorsqu’on tente de les écraser avec nos mains. En ayant appris cette odeur, les moustiques éviteront ceux ou celles qui tentent de les ratatiner.

Dans un éditorial, des experts de la protection de l'environnement estiment qu'il faut considérer les abeilles domestiques comme des animaux d'élevage, car elles peuvent participer au déclin des pollinisateurs sauvages à cause de la compétition des ressources. L'effondrement des ruches est un problème agricole tandis que le déclin des pollinisateurs est un problème environnemental. 1

Considérer les abeilles domestiques comme des animaux d’élevage ?

Dans un éditorial, des experts de la protection de l’environnement estiment qu’il faut considérer les abeilles domestiques comme des animaux d’élevage, car elles peuvent participer au déclin des pollinisateurs sauvages à cause de la compétition des ressources. L’effondrement des ruches est un problème agricole tandis que le déclin des pollinisateurs est un problème environnemental.

Les chercheurs ont développé un vaccin universel contre les virus grippaux A qui produit une immunité durable chez les souris et les protège contre les limitations des vaccins contre la grippe saisonnière selon une étude menée par la Georgia State University. Cette approche est déjà abordée par plusieurs chercheurs, mais il faudra attendre plusieurs années avant de voir un essai clinique chez les humains. 0

Un vaccin à nanoparticule pour une protection universelle contre la grippe

Les chercheurs ont développé un vaccin universel contre les virus grippaux A qui produit une immunité durable chez les souris et les protège contre les limitations des vaccins contre la grippe saisonnière selon une étude menée par la Georgia State University. Cette approche est déjà abordée par plusieurs chercheurs, mais il faudra attendre plusieurs années avant de voir un essai clinique chez les humains.

Les chercheurs rapportent la découverte des Autolykiviridae qui est un nouveau groupe de virus dans les océans. Leur principale particularité est qu'ils n'ont pas de queues comme les virus normaux et que leur mode d'action est plus lent. Même si l'étude s'est concentrée sur les océans, il se pourrait qu'il y ait des Autolykiviridae chez les humains. 0

Autolykiviridae, un nouveau groupe de virus dans les océans

Les chercheurs rapportent la découverte des Autolykiviridae qui est un nouveau groupe de virus dans les océans. Leur principale particularité est qu’ils n’ont pas de queues comme les virus normaux et que leur mode d’action est plus lent. Même si l’étude s’est concentrée sur les océans, il se pourrait qu’il y ait des Autolykiviridae chez les humains.