Guerre avec l’Iran

Chris Hedges nous explique le merdier intersidéral que Trump a provoqué en assassinant le général iranien Qassem Soleimani.


Chris Hedges nous explique le merdier intersidéral que Trump a provoqué en assassinant le général iranien Qassem Soleimani.

L’assassinat par les États-Unis du général , chef de la force d’élite iranienne Quds, près de l’aéroport de Bagdad, déclenchera des attaques de représailles généralisées contre des cibles américaines de chiites, qui constituent la majorité en Irak. Il activera les milices et les insurgés soutenus par l’ au Liban et en Syrie et dans tout le Moyen-Orient.

20 ans de fiasco américain

Le chaos existant, la violence, les États en faillite et la , le résultat de près de deux décennies de bévues et d’erreurs de calcul américaines dans la région, deviendront une conflagration encore plus large et plus dangereuse. Les conséquences sont inquiétantes.

Non seulement les États-Unis se trouveront rapidement assiégés en Irak et peut-être chassés du pays, il n’y a qu’une maigre force de 5 200 soldats américains en Irak, tous les citoyens américains en Irak ont ​​reçu l’ordre de quitter le pays «immédiatement» et les ambassades et les services consulaires ont été fermés, mais la situation pourrait également nous entraîner dans une guerre directe avec l’Iran. L’Empire américain, semble-t-il, ne mourra pas dans un murmure mais une explosion.

Le ciblage de Soleimani, tué par un drone MQ-9 Reaper qui a tiré des missiles sur son convoi alors qu’il quittait l’aéroport de Bagdad, a également coûté la vie à Abu Mahdi al-Muhandis, commandant adjoint des milices soutenues par l’Iran en Irak. connus sous le nom de Forces de mobilisation populaire, ainsi que d’autres chefs de milices chiites irakiens.

Merci à Trump et

Cette frappe pourrait temporairement renforcer la fortune politique des deux architectes assiégés de l’assassinat, Donald Trump et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, mais c’est un acte de suicide impérial des États-Unis. Il ne peut y avoir de résultat positif. Il ouvre la possibilité d’un scénario de type Armageddon savouré par les franges lunatiques de la droite chrétienne.

Chris Hedges nous explique le merdier intersidéral que Trump a provoqué en assassinant le général iranien Qassem Soleimani.

Une guerre avec l’Iran le verrait utiliser ses missiles antinavires, ses mines et son artillerie côtière fournis par la Chine pour fermer le détroit d’Ormuz, qui est le couloir de 20 % de l’approvisionnement mondial en pétrole. Les prix du pétrole doubleraient, voire tripleraient, dévastant l’économie mondiale. Les frappes de représailles de l’Iran sur Israël, ainsi que sur les installations militaires américaines en Irak, feraient des centaines, voire des milliers de morts.

Les chiites de la région, de l’Arabie saoudite au Pakistan, verraient une attaque contre l’Iran comme une guerre religieuse contre le chiisme. Les 2 millions de chiites en Arabie saoudite, concentrés dans la province orientale riche en pétrole, la majorité chiite en Irak et les communautés chiites de Bahreïn, du Pakistan et de Turquie se retourneraient contre nous et nos alliés en déclin.

Une augmentation exponentielle des attaques terroristes

Il y aurait une augmentation des attaques terroristes, y compris sur le sol américain, et un sabotage généralisé de la production de pétrole dans le golfe Persique. Le Hezbollah, dans le sud du Liban, reprendrait les attaques contre le nord d’Israël. La guerre avec l’Iran déclencherait un conflit régional long et grandissant qui, au moment où elle serait terminée, mettrait fin à l’Empire américain et laisserait dans son sillage des tas de cadavres et de ruines fumantes. Espérons qu’un miracle nous retirera de cette auto-immolation du Docteur Folamour.

L’Iran, qui a juré de « sévères représailles », est déjà sous le choc des sanctions économiques paralysantes imposées par l’administration Trump lorsqu’il s’est retiré unilatéralement en 2018 de l’accord sur les armes nucléaires iraniennes. Les tensions en Irak entre les États-Unis et la majorité chiite, en même temps, ont augmenté.

Le 27 décembre 2018, des roquettes Katyusha ont été tirées sur une base militaire à Kirkouk où sont stationnées les forces américaines. Un entrepreneur civil américain a été tué et plusieurs militaires américains ont été blessés. Les États-Unis ont répondu le 29 décembre 2019 en bombardant des sites appartenant à la milice du Kezib Hezbollah soutenue par l’Iran. Deux jours plus tard, des milices soutenues par l’Iran ont attaqué l’ambassade des États-Unis à Bagdad, vandalisant et détruisant des parties du bâtiment et provoquant sa fermeture. Mais cette attaque ressemblera bientôt à un jeu d’enfant.

Une folie militaire d’une bagatelle de 7000 milliards de dollars

L’Irak après notre invasion et notre occupation de 2003 a été détruit en tant que pays unifié. Son infrastructure autrefois moderne est en ruine. Les services d’électricité et d’eau sont, au mieux, irréguliers. Le chômage est élevé et le mécontentement face à la corruption généralisée du gouvernement qui a conduit à des manifestations sanglantes dans les rues.

Les milices belligérantes et les factions ethniques ont créé des enclaves concurrentes et antagonistes. Dans le même temps, la guerre en Afghanistan est perdue, comme le détaillent les Afghanistan Papers publiés par le Washington Post. La Libye est un État défaillant. Le Yémen, après cinq années de frappes aériennes sans relâche et un blocus, subit l’une des pires catastrophes humanitaires du monde.

Les rebelles «modérés» que nous avons financés et armés en Syrie au coût de 500 millions de dollars, après avoir incité au règne de la terreur sans loi, ont été battus et chassés du pays. Le coût monétaire de cette folie militaire, la plus grande erreur stratégique de l’histoire américaine, se situe entre 5 000 et 7 000 milliards de dollars.

Le bouc émissaire idéal

Alors pourquoi faire la guerre à l’Iran? Pourquoi renoncer à un accord nucléaire que l’Iran n’a pas violé? Pourquoi diaboliser un gouvernement qui est l’ennemi mortel des talibans, avec d’autres groupes djihadistes, notamment al-Qaida et l’État islamique? Pourquoi briser l’alliance de facto que nous avons avec l’Iran en Irak et en Afghanistan? Pourquoi déstabiliser davantage une région déjà dangereusement volatile?

Les généraux et les politiciens qui ont lancé et poursuivi ces guerres ne sont pas sur le point de prendre le blâme pour les bourbiers qu’ils ont créés. Ils ont besoin d’un bouc émissaire. C’est l’Iran. Les centaines de milliers de morts et de mutilés, dont au moins 200 000 civils, et les millions chassés de leurs foyers vers les camps de déplacés et de réfugiés ne peuvent pas, insistent-ils, être le résultat de nos politiques échouées et malavisées.

La prolifération de groupes et de milices djihadistes radicaux, dont beaucoup ont été initialement formés et armés, ainsi que la poursuite des attaques terroristes mondiales, doivent être la faute de quelqu’un d’autre. Les généraux, la CIA, les entrepreneurs privés et les fabricants d’armes qui se sont enrichis de ces conflits, les politiciens tels que George W. Bush, Barack Obama et Donald Trump, ainsi que tous les célèbres «experts» qui servent de pom-pom girls pour la guerre sans fin, se sont convaincus et veulent nous convaincre que l’Iran est responsable de notre catastrophe.

Détourner l’attention en déclenchant une guerre

Le chaos et l’instabilité que nous avons déclenchés au Moyen-Orient, en particulier en Irak et en Afghanistan, ont fait de l’Iran le pays dominant de la région. Washington a habilité son ennemi juré. Il n’a aucune idée de comment renverser son erreur si ce n’est d’attaquer l’Iran. Trump et Netanyahu, ainsi que le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman, sont embourbés dans le scandale. Ils pensent qu’une nouvelle guerre détournerait l’attention de leurs crises étrangère et intérieure.

Mais ils n’ont pas de stratégie plus rationnelle pour la guerre avec l’Iran que pour les guerres en Afghanistan, en Irak, en Libye, au Yémen et en Syrie. Les alliés européens, que Trump a aliénés en s’éloignant de l’accord nucléaire iranien, ne coopéreront pas avec Washington si les États-Unis font la guerre à l’Iran.

Le Pentagone n’a pas les centaines de milliers de soldats dont il aurait besoin pour attaquer et occuper l’Iran. Et le point de vue de l’administration Trump se trompe complètement selon lequel le groupe de résistance iranien marginal et discrédité, Mujahedeen-e-Khalq (MEK), qui a combattu aux côtés de Saddam Hussein dans la guerre contre l’Iran et est considéré par la plupart des Iraniens comme composé de traîtres, est une contre-force viable pour les Iraniens.

Une guerre contre le chiisme

Le droit international, ainsi que les droits de 80 millions de personnes en Iran, sont ignorés tout comme les droits des peuples de l’Afghanistan, de l’Iraq, de la Libye, du Yémen et de la Syrie ont été ignorés. Les Iraniens, quoi qu’ils pensent de leur régime despotique, ne considéreraient pas les États-Unis comme des alliés ou des libérateurs. Ils ne veulent pas être occupés. Ils résisteraient.

Une guerre avec l’Iran serait considérée dans toute la région comme une guerre contre le chiisme. Mais ce sont des calculs que les idéologues, qui connaissent peu l’instrument de guerre et encore moins les cultures ou les peuples qu’ils cherchent à dominer, ne peuvent pas comprendre. Attaquer l’Iran ne serait pas plus efficace que les frappes aériennes israéliennes sur le Liban en 2006, qui n’ont pas réussi à briser le Hezbollah et à unir la plupart des Libanais derrière ce groupe militant.

Les bombardements israéliens n’ont pas pacifié 4 millions de Libanais. Que se passera-t-il si nous commençons à battre un pays de 80 millions d’habitants dont la masse terrestre est trois fois plus grande que la France?

Des parias qui déchirent, violent et massacrent

Les États-Unis, comme Israël, sont devenus un paria qui déchire, viole ou s’absente du droit international. Nous lançons des guerres préventives qui, en vertu du droit international, sont définies comme un «crime d’agression», sur la base de preuves fabriquées. En tant que citoyens, nous devons tenir notre gouvernement responsable de ces crimes.

Si nous ne le faisons pas, nous serons complices de la codification d’un nouvel ordre mondial qui aurait des conséquences terrifiantes. Ce serait un monde sans traités, statuts et lois. Ce serait un monde où n’importe quelle nation, d’un État nucléaire voyou à une grande puissance impériale, pourrait invoquer ses lois nationales pour annuler ses obligations envers les autres. Un tel nouvel ordre annulerait cinq décennies de coopération internationale, en grande partie mises en place par les États-Unis, et nous plongerait dans un cauchemar hobbesien. La diplomatie, une large coopération, les traités et le droit, tous les mécanismes destinés à civiliser la communauté mondiale, seraient remplacés par la sauvagerie.

Traduction d’un article de Truth Dig par Chris Hedges, journaliste lauréat du prix Pulitzer et éditorialiste chez Truth Dig et Mr Fish, caricaturiste chez Truth Dig et Harper.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (4 votes, average: 3,50 out of 5)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

Pour me contacter personnellement :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *