Philippines : Ferdinand Marcos Jr, l’ère Duterte et l’ombre du dragon


  • FrançaisFrançais

  • Les Philippins ont élu leur nouveau président avec Ferdinand « Bongbong » Marcos Jr et on peut penser que l’ère Duterte va continuer avec un rapprochement vers la Chine.


    Les Philippins ont élu leur nouveau président avec Ferdinand "Bongbong" Marcos Jr et on peut penser que l'ère Duterte va continuer avec un rapprochement vers la Chine.

    Le 9 mai 2022, les Philippins élisaient leur nouveau président et Ferdinand Marcos Jr a écrasé son adversaire en remportant 31 millions de voix contre 14 millions pour Leni Robredo qui était actuellement vice-président. Aux Philippines, on élit à la fois le président et le vice-président et Sara Duterte a gagné la vice-présidence avec 25 millions de voix. Les Duterte et les Marcos font partie des familles les plus puissantes des Philippines et cela annonce que l’héritage de Rodrigo Duterte restera intact.

    Rodrigo Duterte est considéré comme le héro des Philippines, élu président en 2016, il va mener une guerre impitoyable contre le trafic de drogue, provoquant plus de 10 000 morts. Les bandes armées en face n’étaient pas des dealers à la sauvette, mais de véritables armées avec de l’artillerie lourde. Malgré le fait que les ONG gauchistes occidentales ont hurlé comme des putois face à ce nettoyage de printemps en mode philippin, Rodrigo Duterte restera dans l’histoire comme l’homme qui a exterminé une grande partie du trafic de drogue au pays.

    Les Philippins ont élu leur nouveau président avec Ferdinand "Bongbong" Marcos Jr et on peut penser que l'ère Duterte va continuer avec un rapprochement vers la Chine.

    Le nouveau président Ferdinand Marcos Jr

    En plus de zigouiller des dealers, Rodrigo a voulu moderniser entièrement le pays. Les Philippines font partie des pays émergents à faible revenu avec un PIB d’environ 365 milliards de dollars pour une population de 109 millions. La modernisation façon Duterte est passé par le plan Build Build Build qui consiste en des centaines d’infrastructures, de routes et de voies ferrées. Rodrigo Duterte s’est aussi beaucoup rapproché de la Chine et cela ne plait à la population qui est majoritairement anti-chinoise.

    En plus de causes historiques suscitant la méfiance vis à vis du dragon, les Philippines ont un litige avec la Chine sur la Mer de Chine méridionale. Cette dernière inclut des pays comme Taiwan, les Philippines et la Chine. Cette petit mer est d’une importance géostratégique majeure, car 30 % du trafic maritime passe à travers et elle recèle de gigantesques ressources de pétroles et de gaz. Ainsi, même si les explorations restent lacunaires, on a une estimation de 11 milliards de barils de pétrole et 190 billions de mètre cube en gaz naturel.

    Les Philippins ont élu leur nouveau président avec Ferdinand "Bongbong" Marcos Jr et on peut penser que l'ère Duterte va continuer avec un rapprochement vers la Chine.

    Carte de la Mer de Chine méridionale.

    La Chine considère que cette Mer de Chine méridionale fait partie de son territoire et il y a plusieurs petites îles dans cette zone où l’habitation humaine n’est pas possible. Mais la Chine implante quand même des ports et des bases militaires et surtout, elle agrandit artificiellement les petits bouts de terre sur la Ligne en neuf traits et les Îles Spratleys. Le dragon n’hésite pas non plus à créer des îles entièrement artificielles, car cela lui permet d’étendre sa zone économique exclusive.

    Les Philippins sont majoritairement opposé à l’extension chinoise dans cette région, mais c’est la Chine qui est son principal partenaire que ce soit en termes d’investissement, d’exportations ou d’importations. Cette Mer de Chine méridionale est une zone potentielle de conflit ouvert entre la Chine et les Etats-Unis. Ces derniers étant un partenaire de sécurité privilégié des Philippines.

    Avant et pendant sa campagne, le nouveau président Ferdinand Marcos Jr surnommé Bongbong a donné peu d’interviews, car il n’a pas voulu répéter son échec de 2016. Il s’était présenté contre Rodrigo Duterte et Ferdinand Marcos Jr n’avait pas pu gérer la délicate histoire de sa famille, notamment de son père Ferdinand Marcos Sr.

    Ferdinand Marcos Sr a été élu président des Philippines en 1965 et il décrète la loi martiale en 1972, car les communistes risquent de prendre le pouvoir avec plusieurs attentats à Manille. La loi martiale est abolie en 1981, mais Ferdinand Marcos Sr a continué à appliquer les mesures d’exception pendant toute sa présidence. Cela a donné lieu à des exactions et une corruption de masse qui a provoqué une révolte populaire connue comme la People Power Revolution en 1986. Ferdinand Marcos Sr a été déchu de son poste et lui et sa famille se sont enfuis à Hawai (d’où la connexion américaine). On estime que la famille Marcos a empoché plus de 10 milliards de dollars en bien mal acquis.

    Les Philippins ont élu leur nouveau président avec Ferdinand "Bongbong" Marcos Jr et on peut penser que l'ère Duterte va continuer avec un rapprochement vers la Chine.

    L’ancien président Ferdinand Marcos Sr

    Cependant, malgré un règne de corruption, les Philippines ont connu une croissance de 9 % dans les années 1970. Marcos Sr a construit également beaucoup d’infrastructures. Mais c’était surtout financé par de la dette ce qui a provoqué une crise inflationniste dans les dernières années de sa présidence et qui a perduré quand il est parti en exil.

    C’est sûr qu’avec un tel héritage de merde, Macros Jr ne partait pas dans de bonnes conditions. Mais ce n’est pas un inconnu dans la politique et il était déjà gouverneur dans les années 1980. Il s’était enfui avec le reste de la famille, mais cette dernière retournera au pays en 1992 où Marcos Jr se fera élire à la Chambre des Représentants. Pendant plus d’une décennie, il va patiemment construire sa carrière politique pour atteindre le poste suprême en 2022.

    La présidence de Ferdinand Marcos Jr sera difficile. D’une part, il devra relever le défi économique du pays qui a beaucoup souffert pendant la crise du Covid. Il devra également jouer la balançoire entre la Chine et les Etats-Unis. Le gros problème des Philippines est que sa population est principalement anti-chinoise tandis que son élite est séduite par Pékin. Les Philippins aiment davantage le mode de vie à l’américaine et une certaine idée de l’occidentalisation.

    Du coté de la Chine, les Philippines sont un partenaire important, mais le dragon n’aime pas la profondeur des relations militaires entre les USA et les Philippines. Cela explique sa réticence à balancer des milliards de dollars en investissement comme il le fait dans les pays de l’ASEAN. En plus d’avoir un président philippin qui ne leur est pas hostile, la Chine peut aussi compter sur Sara Duterte, la fille de Rodrigo Duterte et actuellement vice-présidente.

    La vice-présidence aux Philippines n’est pas un poste symbolique, car c’est surtout une forme de gouvernement d’union nationale entre les deux familles les plus influentes du pays. Sara Duterte est assez pro-chinoise, car la Chine l’a beaucoup aidé quand elle était maire de la ville de Davao. Une ville qui possède un consulat chinois et Sara Duterte a réussi à la connecter avec plusieurs provinces chinoises. De plus, les investissements directs chinois ont beaucoup augmenté pendant qu’elle a dirigé la ville.

    Les Philippins ont élu leur nouveau président avec Ferdinand "Bongbong" Marcos Jr et on peut penser que l'ère Duterte va continuer avec un rapprochement vers la Chine.

    Sara Duterte

    La Chine voit sur le long terme et encore une fois, les Etats-Unis sont à la ramasse, car les deux principales familles philippines au pouvoir sont aujourd’hui très courtisés par les chinois. Et donc, non seulement, on aura un gouvernement pro-chinois pendant les 6 prochaines années, mais cela pourrait continuer pendant 12 ans. Car comme Ferdinand Marcos Jr qui est devenu président après avoir été vice-président, alors on estime que la prochaine présidente sera Sara Duterte en 2028.

    La victoire politique de la Chine est manifeste aux Philippines, mais sur le plan militaire, c’est une autre histoire, car les grands généraux de l’armée sont pro-américains. On pourrait se retrouver avec la même situation qu’au Pakistan où un Imran Khan était très soutenu par la Chine et par la population, mais il s’est fait éjecter, car l’armée n’en voulait pas.

    Si la présidence conjointe Marcos/Duterte réussit son pari économique en donnant un véritable élan industriel aux Philippines tout en gagnant la bataille dans la Mer de Chine méridionale, alors la population pourrait basculer du coté des deux familles en place. Même si c’est un pari qui sera très difficile.

    Quand on regarde le nouveau monde qui arrive avec l’Indonésie, le Pakistan, l’Afghanistan, l’Inde, la Russie, cette affaire aux Philippines montre encore un recul de l’Occident dans l’Asie. Décidément, les défaites s’accumulent et espérons qu’un jour, les occidentaux comprennent qu’une partie écrasante du monde ne veut plus de leur décadence et de leur folie sanguinaire et anthropologique.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

    Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.