La Chine avant les « Boxers »


  • FrançaisFrançais

  • Une rétrospective de la Chine avant la guerre des Boxers pour comprendre son évolution actuelle et les erreurs qu’elle ne veut pas répéter.


    Une rétrospective de la Chine avant la guerre des Boxers pour comprendre son évolution actuelle et les erreurs qu'elle ne veut pas répéter.

    Au 18ème siècle, la Chine et l’Inde concentraient, à elles deux, une bonne partie des richesses du monde. L’Inde était déjà sous influence britannique. La Chine ne l’était pas. Elle était gouvernée par un empereur exceptionnel, petit-fils d’un aïeul non moins exceptionnel. L’Empereur Qianlong (Ch’ien Lung) gouverna le Céleste Empire pendant 60 ans, de 1736 à 1796. Il appartenait à la dynastie mandchoue qui avait pris la succession des Ming, une dynastie chinoise han.

    Le grand-père de cet empereur, Khang Si (1654-1723), avait aussi régné pendant 61 ans, prouvant que la longévité d’un pouvoir est la garante d’un bon gouvernement et d’une continuité féconde. Sous le règne de Khang Si, l’économie s’était consolidée, le niveau culturel de l’Empire n’avait cessé de croître. Une encyclopédie avait été rédigée à l’usage des mandarins. En 1730, Khang Si avait autorisé les Russes à ouvrir un comptoir à Pékin, en vertu du Traité de Kiakhta. Son petit-fils, Qianlong, qui accède au trône en 1736, va mener la Chine au sommet de sa gloire : il est un Empereur travailleur, sérieux, qui prend le pouls de son Empire en effectuant régulièrement des tournées dans ses provinces.

    Il est auréolé de gloire militaire : en 1757, il a brisé définitivement le pouvoir mongol en Asie centrale. Il a conquis le Turkestan ou Sinkiang actuel (peuplé d’Ouighours) et a vassalisé le Népal dans l’Himalaya. La Chine a atteint sous son règne son extension territoriale maximale, supérieure à celle qu’elle occupe aujourd’hui. Sa population a cru de manière significative, de 150 à 300 millions d’habitants, grâce à une révolution agricole téléguidée par l’Empereur avisé, qui introduisit le maïs et la pomme de terre en Chine.

    Comme aujourd’hui, la Chine a connu sous son règne un exode rural vers des villes correctement administrées, grâce aux conseils judicieux de l’Empereur. La culture ne cesse de se consolider et le Palais compte une bibliothèque particulièrement bien fournie.

    Quianlong et Khang Si

    Quianlong et Khang Si

    Quand l’Empereur abdique en 1796 (il mourra en 1799), le lent ressac de la Chine commence, surtout à cause des intrigues ineptes de celle qui fut sa favorite, He Shen. La mauvaise gouvernance qui s’ensuit, après le décès de Quianlong, provoque les premières révoltes dans les provinces. L6es gouvernements qui se succèdent sont faibles mais imposent tout de même des restrictions au commerce anglais et européen : seuls deux ports sont ouverts aux étrangers, Shanghai et Canton. Le ressac politique entraîne la décadence des moeurs : la Chine est minée par l’opium qui, rapidement, sera importé en masse par les Anglais, qui le vendent contre des richesses bien concrètes, telles la soie ou l’argent.

    En 1839, un fonctionnaire zélé et non corrompu, Liu Xexu, décide de réagir et fait brûler 20.000 caisses d’opium, dans le port de Shanghai. Les Anglais réagissent brutalement en déclenchant la première guerre de l’opium. Elle durera trois ans. Les Britanniques détenaient la supériorité navale et forcèrent les Chinois à signer le Traité de Nankin en 1842, où ils obtinrent la mainmise sur Hong Kong.

    En outre, les Chinois durent également ouvrir cinq ports au commerce anglais. C’est le début d’une spirale de déclin : en 1844, les Américains exigent d’avoir les mêmes droits que les Anglais, dont l’extraterritorialité pour leurs ressortissants ; en 1845, le Traité franco-chinois de Whampoa ouvre le Céleste Empire au commerce français. Pour les Chinois, c’est le début du « siècle de la honte ».

    Les Chinois qui ne s’adonnent ni aux affres de la décadence ni à la corruption réagissent dès le début des premiers signes de déclin à l’époque de He Shen, en créant des sociétés secrètes qui entendent rétablir l’ordre. Elles ont souvent le défaut d’être messianiques et irrationnelles. Ainsi, Hong Xiuquan, converti au christianisme auquel il donnera une interprétation très personnelle, amorce une révolte d’une ampleur inouïe pour l’époque. Prétendant être le frère ressuscité du Christ, il se place à la tête de bandes armées qui assiègent Nankin en 1850. La ville tombera en 1853.

    Quinze provinces de l’Empire suivent cet illuminé, embrasant le Sud de la Chine et la plongeant dans une guerre civile très cruelle. Cette révolte est connue sous le nom de « Rébellion Taiping ». Le messianisme chrétien très particulier de Hong Xiuquan proclame l’égalité des hommes et des femmes et l’abolition de la propriété privée. Le maoïsme le plus radical, au 20ème siècle, s’en inspirera, mutatis mutandis. Face à ce délire sanglant, le pouvoir impérial, affaibli, disposant d’une armée professionnelle mais numériquement faible, doit composer avec les puissances européennes afin d’obtenir les moyens matériels de contrer la révolte.

    Cet appui, modeste, des puissances, se fait bien entendu en échange de concessions supplémentaires, d’ouverture au commerce et de légalisation de l’opium. Hong Xiuquan meurt en 1864, mettant fin à une guerre interne qui fit entre 20 et 30 millions de morts, chiffre jamais atteint nulle part dans le monde dans l’histoire.

    Illustration de Hong Xiuquan et de la rebellion Taiping

    Illustration de Hong Xiuquan et de la rebellion Taiping

    Parallèlement à la rébellion Taiping, qui se déroulait dans le Sud, le pouvoir impérial a dû faire face à la révolte des Nian dans la Nord, d’inspiration plus sociale que messianique. Cette révolte des provinces septentrionales s’étendra de 1851 à 1868. Enfin, la deuxième guerre de l’opium (1856-1860), contemporaine des deux soulèvements intérieurs, oppose le pouvoir impérial à la France et à l’Angleterre, dont les corps expéditionnaires prennent Canton et pillent le Palais d’été. La Chine doit accepter l’ouverture de onze ports supplémentaires.

    La Chine sort bien sûr considérablement affaiblie de ce triple cataclysme, surtout face à un Japon qui s’apprête à entrer dans l’ère Meiji, celle de sa modernisation rapide et efficace. Sur le plan territorial et géopolitique, la Chine perd ses glacis, acquis par les bons Empereurs des 17ème et 18ème siècles : le Vietnam, qui cesse d’être son vassal, la Mandchourie et la Birmanie. Cet effondrement généralisé déforce la Chine par rapport au Japon qui décide, en quelque sorte, de « chevaucher le tigre de la modernité », apportée par les étrangers occidentaux.

    En 1872, le Japon introduit le service militaire et modernise son armée. En 1874, la révolte des Samouraï traditionalistes, qui entendent perpétuer le statu quo, est matée par l’armée moderne. En 1876, le Japon signe un traité avec la Corée, dans l’intention de remplacer dans cette péninsule la tutelle chinoise par une tutelle nippone. Cette démarche débouchera dix-huit ans plus tard sur la guerre de 1894-95 où le Japon modernisé écrasera les armées chinoises et imposera le Traité de Shimonoseki : la Corée passe sous domination japonaise et Formose (Taïwan) est annexée à l’Empire du Soleil Levant.

    Une humiliation supplémentaire pour les Chinois. Seul le Dr. Sun Ya Tsen (1866-1925) en tirera les justes conclusions, en fondant en 1892 sa « Société pour la Renaissance de la Chine », qui se donne pour tâche de moderniser l’Empire comme le faisait le Japon. L’inspirateur de cette Société est l’économiste allemand Friedrich List, inspirateur des politiques européennes et américaines d’investissement dans les communications (chemins de fer, canaux, etc.)

    Le Kuo Min Tang, parti nationaliste chinois issu de la Société fondée par Sun Ya Tsen, fera siennes les idées pragmatiques de List et la politique actuelle de la Chine de Xi Jinping, visant à créer un vaste réseau de « nouvelles routes de la soie » en est un avatar : derrière un verbiage et un décorum communiste, la Chine est confucéenne et listienne, voire schmittienne. Les messianismes socialisants, religieux et xénophobes n’ont pas permis le succès et, au contraire, ont précipité la Chine dans une misère encore plus noire…

    En 1898, l’Impératrice douairière Ci Xi (Tzu Hsi) tient toutes les rênes du pouvoir. Mais ne refuse obstinément de tirer les conclusions qu’il faut : elle rejette toute idée de modernisation, d’adaptation à la façon japonaise, en dépit de la cuisante leçon qu’a été la défaite de 1895. En 1898 toutefois, elle accorde au jeune Empereur Guangzu (Kuang Hsü) cent jours pour parfaire des réformes modernisatrices.

    L'impératrice Ci Xi

    L’impératrice Ci Xi

    Ce sera un échec, prévisible vu la brièveté de temps laissé aux réformateurs rationnels, inspirés par une pensée confucéenne réinterprétée dans un sens innovateur. Les conseillers de Guangzu, qui avait initié cette tentative audacieuse de sortir de l’ornière d’un traditionalisme confucéen figé, seront décapités. Le jeune Empereur sera enfermé dans ses appartements du palais. Ci Xi impose alors un maximum de fonctionnaires et de généraux mandchous, imaginant ainsi consolider un pouvoir qui, pourtant, échappait désormais totalement à cette ethnie qui avait fait la gloire de la Chine aux 17ème et 18ème siècles.

    Ces favoris de Ci Xi sont désormais autant d’obstacles au développement de l’Empire et les révoltés han (quelles qu’aient été leurs options religieuses ou idéologiques) crient : « Renversons les Qing (Ch’ing) et restaurons les Ming ! », ces derniers ayant été une dynastie purement chinoise. Parmi ces partisans d’une restauration Ming, on trouve les futurs Boxers, rendus célèbres suite aux « 55 jours de Pékin ».

    Au début de leur itinéraire, ils criaient : « A bas les Mandchous et toutes les choses étrangères ». Le terme de « Boxers » est relativement injurieux. Il leur a été accolé par les journaux londoniens. Ils s’auto-désignaient comme les adeptes d’une « Société des Poings d’Harmonie et de Justice » (I Ho Ch’üan). Ils sont foncièrement xénophobes et, comme l’Impératrice Ci Xi, sont hostiles à toute forme de modernisation. Pour adhérer à cette « Société », il faut subir une initiation, qui mène les récipiendaires à entrer en transe. Au combat, les Boxers se lancent à l’attaque en chantant des couplets d’exorciste et en se croyant invulnérables (sauf si les « esprits » les abandonnent car ces esprits savent les fautes qu’ils ont commises jadis).

    Le mouvement prend de l’ampleur, favorisé par de hauts fonctionnaires, dont des Mandchous xénophobes, parmi lesquels le gouverneur Yü Hsien, qui ferme les yeux sur les activités des Boxers dans l’espace de sa juridiction. Ce glissement du pouvoir impérial, qui se met à favoriser les révoltés, fait disparaître l’hostilité première que ces derniers vouaient aux Mandchous. Le slogan devient : « Protégeons les Qing (Ch’ing), exterminons les étrangers ! ».

    La haine des uns et des autres se porte également sur les chrétiens chinois, accusés de favoriser les menées des étrangers. Grâce à l’appui de hauts fonctionnaires et de la cour, l’agitation atteint son comble à la fin du printemps de l’année 1900 : Ci Xi entend instrumentaliser les Boxers et ne veut pas d’une rupture avec ces éléments turbulents car elle se souvient forcément du désastre des révoltes précédentes, celles des Taiping et des Nian, où la répression exercée par le pouvoir impérial avait prolongé les hostilités et ruiné le pays : l’Impératrice douairière ne pouvait se permettre de rééditer de telles opérations.

    A la cour, le Prince Tuan, sympathise avec les Boxers. Les choses vont alors très vite se précipiter : le 11 juin 1900, un diplomate japonais est assassiné ; le 13 juin, les Boxers amorcent un massacre de chrétiens chinois et de missionnaires ; dans les jours qui suivent, les arsenaux sont pillés. Le pouvoir impérial, incarné par Ci Xi, fait semblant de vouloir mater la révolte en décrétant la loi martiale. Celle-ci implique que tous les ressortissants étrangers doivent gagner le quartier des légations.

    Les diplomates occidentaux ne sont pas dupes. Seul le ministre d’Allemagne, von Ketteler, entend poursuivre les négociations : il est assassiné en se rendant au palais. Le 20 juin, les Boxers et l’armée régulière ouvrent le feu sur le quartier des légations. Le siège de 55 jours des légations commence, ce siège que Jean Mabire nous a si magnifiquement narré, ce siège que le fameux film de Nicholas Ray de 1963 a mis en scène avec Charles Heston, Ava Gardner et David Niven.

    Une rétrospective de la Chine avant la guerre des Boxers pour comprendre son évolution actuelle et les erreurs qu'elle ne veut pas répéter.

    La leçon majeure à tirer de cette brève rétrospective de l’histoire chinoise, c’est qu’une entité impériale ne résiste au temps et aux forces sournoises du déclin, toujours tapies et à l’affût, que par la continuité du pouvoir unique, par le sérieux administratif des plus hautes instances impériales et de l’Empereur lui-même, par la défiance à l’endroit des « accélérationistes » messianiques ou idéologiques. Xi Jinping a certainement retenu les leçons et l’exemple de Khang Si et de Qianlong.

    Bibliographie :

    Cette bibliographie reprend plusieurs ouvrages didactiques qui donnent une bonne chronologie des événements historiques et offrent des résumés succincts des périodes stables et troublées de l’histoire chinoise.

    • Jung CHANG, Empress Dowager Cixi, Vintage Books, London, 2014.
    • Carlo DRAGONI, L’ultima imperatrice della Cina, Iduna Edizioni, Sesto San Giovanni (MI), 2021.
    • Ludwig KÖNNEMANN, Historica – Grote Atlas van de Wereldgeschiedenis, Parragon Books Ltd, Bath (UK), 2012.
    • Jim MASSELOS, The Great Empires of Asia, Thames and Hudson, London, 2010-2018.
    • Pankaj MISHRA, Aus den Ruinen des Empires – Die Revolte gegen den Westen und der Wiederaufstieg Asiens, S. Fischer, Frankfurt a. M., 2013 (Lire surtout le premier chapitre consacré au lent effondrement des empires asiatiques du 18ème au 19ème, pp. 32-51).
    • Ian MORRIS, Why the West Rules for Now – The patterns of history and what they reveal about the future, Profile Books, London, 2010.
    • M. ROBERTS, The Far East and a New Europe, vol. 5 of « The Illustrated History of the World », Time Life Books, Alexandria (Virginia), 1998.
    • Robert STEUCKERS, De l’Eurasie aux périphéries, une géopolitique continentale, vol. II de « Europa », Editions Bios, Lille, 2017 (voir pp. 72-80).
    • Robert STEUCKERS, L’Europe, un balcon sur le monde, vol. III de « Europa », Editions Bios, Lille, 2017 (voir pp. 241-255).
    • Wereldgeschiedenis in beeld, Parragon Books Ltd, 2005.
    • History of the World, Dorling Kindersley Ltd, London, 1994-2004.
    • La grande chronologie illustrée de l’histoire mondiale, Losange/Maxi Livres, 2004.

    Source : par Robert Steuckers sur Euro Synergies

    Soutenez-moi sur Patreon

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009.

    Blogueur et essayiste, j'ai écrit 9 livres sur différents sujets comme la corruption en science, les singularités technologiques ou encore des fictions. Je propose aujourd'hui des analyses politiques et géopolitiques sur le nouveau monde qui arrive. J'ai une formation de rédaction web et une longue carrière de prolétaire.

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *