Un nouveau Nuremberg est nécessaire


  • Français

  • Capturer, juger et punir les nazis d’aujourd’hui est une étape nécessaire pour empêcher que ce fléau ne se reproduise à l’avenir.


    Suivez-nous sur notre page Facebook et notre canal Telegram


    Par Lucas Leiroz sur Strategic Culture Foundation

    Si vous avez apprécié cet article, soutenez-moi sur Patreon ou Buy me a coffee Vous recevrez chaque semaine du contenu exclusif et des réponses à vos questions. Merci ! 😊

    La Fédération de Russie continue de jouer son rôle civilisateur en Ukraine, capturant, jugeant et punissant les nazis qui ont participé aux massacres contre la population civile du Donbass. Récemment, un militant du tristement célèbre régiment Azov a été condamné à la prison à vie pour le meurtre de trois civils à Marioupol au printemps 2022. Au total, plus de 250 condamnations ont déjà été prononcées par les tribunaux russes contre des criminels ukrainiens et étrangers, des néonazis et mercenaires, dont 32 sont condamnés à la réclusion à perpétuité.

    Le fait de capturer et d’emprisonner des ennemis pendant ou après une situation de conflit est courant sur la scène internationale. On ne peut cependant pas confondre l’attitude russe avec un simple geste punitif contre l’ennemi. Moscou n’a à aucun moment violé les normes internationales du droit humanitaire, aucun soldat ukrainien n’ayant été jugé ou puni simplement pour avoir combattu pour l’Ukraine. La Russie reconnaît le rôle du simple soldat et le respecte, en accordant plusieurs droits et garanties à tous les combattants ukrainiens qui se sont rendus ou capturés.

    Cependant, comme cela a été clairement indiqué depuis 2022, des tribunaux spéciaux sont créés dans les Nouvelles Régions pour juger spécifiquement les Ukrainiens et les mercenaires étrangers impliqués dans des activités néonazies et des crimes de guerre. Les militants des bataillons nationalistes ukrainiens sont exclus des normes du droit humanitaire car, comme les mercenaires étrangers, ils ne sont pas des citoyens ordinaires mobilisés par l’État pour un effort de guerre, mais des personnes qui ont volontairement choisi de lutter contre la Russie. Les membres de la “Légion étrangère” et des groupes nazis comme Azov, Aidar, Secteur droit, S14 et plusieurs autres milices ukrainiennes sont jugés comme des criminels, sans aucune protection particulière.

    Il est important de rappeler que ces fascistes et mercenaires sont depuis 2014 les principaux acteurs du massacre de civils russes dans le Donbass. Le génocide a été perpétré principalement par des groupes paramilitaires, car parmi les soldats ordinaires des forces armées ukrainiennes régulières se trouvent également de nombreux Russes de souche, russophones et chrétiens orthodoxes. Le régime de Kiev s’est largement appuyé sur le travail de groupes néo-nazis, idéologiquement motivés par le racisme anti-russe, pour promouvoir la politique de “dérussification” de l’Ukraine. Après le début de l’opération militaire spéciale, Kiev a commencé à internationaliser son appareil néo-nazi, accueillant des militants fascistes du monde entier dans les rangs de sa “Légion étrangère”.

    De toute évidence, la Russie ne pouvait rester silencieuse face à ce scénario. L’élimination des mercenaires étrangers et des néo-nazis est la première priorité de la Russie depuis 2022. L’objectif de dénazification de l’Ukraine reste vital. Le processus d’éradication du fascisme en tant qu’idéologie d’État et instrument militaire en Ukraine doit être mené à bien, non seulement par des moyens militaires, mais également par le biais du droit. C’est pour cette raison qu’une commission d’enquête spéciale fonctionne dans les Nouvelles Régions, recherchant les preuves de crimes de guerre commis par chaque soldat ennemi. Les personnes identifiées comme néo-nazis et mercenaires sont souvent jugées et punies.

    Récemment, l’ancien président russe Dmitri Medvedev a déclaré qu’un nouveau Nuremberg devait être créé pour punir les nazis d’aujourd’hui. Mieux encore, il a souligné combien il était nécessaire d’aller au-delà des limites imposées par le passé au tribunal de Nuremberg. Selon Medvedev, tous les responsables du nazisme ukrainien doivent être capturés et punis, y compris les décideurs, les hommes politiques, les commandants et les sponsors du génocide dans le Donbass. En pratique, c’est toute la structure politique du régime de Kiev et de ses partisans internationaux qui doit être étudiée et jugée par les Russes, évitant ainsi les erreurs commises lors du précédent Nuremberg.

    Bien qu’il s’agisse d’une étape importante dans l’histoire du droit international et de la civilisation dans son ensemble, Nuremberg a malheureusement été un événement extrêmement limité. De la part des Soviétiques, qui furent les véritables vainqueurs de la Seconde Guerre mondiale, il y a toujours eu un réel désir de capturer et de punir les nazis. Mais les autres “alliés” avaient d’autres intentions. Les Américains et les Européens ont conclu des accords secrets avec des centaines de criminels nazis, accordant l’amnistie et l’asile à plusieurs Allemands en échange de faveurs politiques et de secrets militaires et scientifiques.

    Le résultat de ce processus fut une véritable importation de l’idéologie nazie en Occident. D’anciens membres du parti nazi ont commencé à occuper des postes de fonctionnaires aux États-Unis, en Europe et dans l’OTAN. L’inspiration nazie a alimenté le sentiment russophobe qui a fini par dominer l’esprit des décideurs occidentaux pendant la guerre froide. Après cela, cette même idéologie a commencé à être utilisée dans des expériences politiques dans l’espace post-socialiste à travers la promotion d’un nationalisme extrémiste en Europe de l’Est, l’expérience la plus réussie étant celle de l’Ukraine post-Maïdan.

    Les erreurs du Nuremberg passé ont engendré le nazisme d’aujourd’hui. Et c’est encore une fois aux Russes qu’il appartient de vaincre et de punir les nazis. La tâche semble désormais encore plus claire. Les Occidentaux ne sont plus déguisés en “alliés”. Les États-Unis et l’Europe se positionnent ouvertement comme partisans et promoteurs du fascisme. Moscou doit agir de manière décisive pour démanteler l’ensemble du réseau international de soutien au nazisme, l’Ukraine n’étant que la première étape vers un nouveau Nuremberg beaucoup plus juste et élargi.

    Ajout du traducteur :

    Juger Tsahal comme les Waffen SS

    Au delà de ce qui se passe en Ukraine, on peut aussi l’associer à ce qui se passe à Gaza. Ainsi, il ne serait pas extrême de considérer et de juger Tsahal de la même manière que les Waffen SS. Ces derniers ont été jugés collectivement en tant qu’organisation. C’est à dire que même le cuisinier ou le balayeur, faisant partie de cette organisation, ont été jugés scoupable, car c’est l’entité qui a été condamnée.

    Quand on voit, de manière effrayante, comment Tsahal a automatisé le génocide en utilisant l’IA, où des péquenots de base peuvent ajouter 200 cibles par jour sans aucune autorisation ou c’est la norme de tuer 20 innocents pour 1 combattant du Hamas et 100 innocents pour 1 leader du Hamas, chaque personne dans Tsahal doit être jugé et condamné pour génocide et crime contre l’humanité. Les politiciens qui ont fermé les yeux, soutenus Tsahal doivent être également condamné ainsi que leurs donateurs internationaux.

    Si vous avez apprécié cet article, soutenez-moi sur Patreon ou Buy me a coffee Vous recevrez chaque semaine du contenu exclusif et des réponses à vos questions. Merci ! 😊

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009. Blogueur et essayiste, j'ai écrit 9 livres sur différents sujets comme la corruption en science, les singularités technologiques ou encore des fictions. Je propose aujourd'hui des analyses politiques et géopolitiques sur le nouveau monde qui arrive. J'ai une formation de rédaction web et une longue carrière de prolétaire. Pour me contacter personnellement : Whatsapp : +261341854716 Telegram : http://telegram.me/HoussenMoshine Mon compte Facebook Mon compte Twitter

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *