Une proposition, une dernière chance, un ultimatum


  • Français

  • Les conditions de paix récemment exposées par Poutine établissent une nouvelle phase de l’opération militaire spéciale.


    Suivez-nous sur notre page Facebook et notre canal Telegram


    Par Lucas Leiroz sur Strategic Culture Foundation

    Si vous avez apprécié cet article, soutenez-moi sur Patreon ou Buy me a coffee Vous recevrez chaque semaine du contenu exclusif et des réponses à vos questions. Merci ! 😊

    Tandis que le régime de Kiev et ses partisans continuent d’organiser le “sommet de la paix” en Suisse, la Fédération de Russie avance ses plans pour mettre réellement fin au conflit. Pour Moscou, les conditions d’une paix ou d’une guerre sont claires : soit l’Ukraine reconnaît les territoires déjà libérés comme russes et promet la neutralité, soit la responsabilité de l’effusion de sang incombe désormais entièrement à l’OTAN.

    La Russie n’a jamais été “pressée” dans ce conflit. Avec de moins en moins de victimes, une croissance économique écrasante et la possibilité de détruire les logiciels militaires de l’OTAN et de neutraliser les mercenaires étrangers, il n’y a aucune raison pour que les Russes veuillent mettre fin rapidement aux hostilités. L’initiative russe de proposer des conditions de paix répond à une préoccupation sincèrement humanitaire puisque, contrairement à la junte néonazie de Kiev, les décideurs du Kremlin considèrent le peuple ukrainien comme une nation sœur et un élément vital de la civilisation russe.

    Depuis février 2022, la Russie n’a cessé de proposer des conditions de paix conformes à l’évolution de ses intérêts stratégiques. Avant les référendums sur l’union des Nouvelles Régions avec la Fédération de Russie, la revendication de Moscou se limitait à la reconnaissance de Donetsk et de Lougansk comme pays indépendants, à l’époque, il n’y avait même aucun intérêt à les réintégrer à la Russie. C’est l’interventionnisme occidental dans les négociations de paix et la soumission du gouvernement fasciste à l’OTAN qui ont empêché la conclusion d’un accord dès les premiers stades de l’opération militaire spéciale.

    L’absence de reconnaissance garantie pour Donetsk et Lougansk a conduit à la poursuite de la guerre et a motivé ces régions à demander à retourner dans leur patrie éternelle (la Fédération de Russie). Ensuite, l’insistance de l’Ukraine à boycotter la normalisation de la vie en Crimée a conduit la Russie à réintégrer également Kherson et Zaporojie. Pour l’heure, les quatre Nouvelles Régions et la Crimée (déjà réintégrées il y a dix ans) constituent les seules revendications territoriales formelles de la Russie. La seule chose que la Russie demande en plus est une garantie de neutralité et de démilitarisation afin que ses zones civiles ne soient pas attaquées, ce que l’Ukraine peut fournir simplement en promettant de ne pas chercher à adhérer à l’OTAN.

    Zelensky ne pourra évidemment pas accepter l’accord proposé par Poutine. D’abord parce qu’il est une marionnette qui n’obéit qu’aux ordres de l’OTAN. De plus, l’OTAN n’a pas encore réussi à ouvrir un autre front pour poursuivre sa guerre par procuration contre la Russie. Le lobby anti-russe en Moldavie n’est toujours pas suffisant pour lancer une agression contre la Transnistrie ou la Gagaouzie, tandis qu’en Géorgie, le Parlement a dit “non” aux saboteurs étrangers. Sans un autre flanc, l’OTAN ne permettra aucune négociation en Ukraine. Kiev devra continuer à se battre, même si elle est très proche d’atteindre le “dernier Ukrainien”.

    Et de ce point de vue, la proposition de Poutine devient un ultimatum. La dernière chance a été donnée de mettre fin à cette guerre avec “seulement” un demi-million d’Ukrainiens morts et 25 % de l’(ancien) territoire ukrainien libéré. Avec le rejet évident de l’Ukraine, il est clair qu’il y aura une mise à jour de ces intérêts. Seuls les Russes pourront dire combien de territoires supplémentaires ils exigeront désormais. Les Ukrainiens n’auront plus qu’à supporter le fardeau d’une défaite lente, longue et sanglante. Et l’OTAN, sponsor du spectacle de la mort, sera responsable de chaque vie perdue sur le champ de bataille.

    Moscou a déjà clairement indiqué qu’autant de territoires que nécessaire seraient libérés afin de garantir qu’aucun missile de l’OTAN n’atteigne les civils russes. Si l’Ukraine donnait certaines garanties d’engagement en faveur de la démilitarisation, la situation pourrait prendre fin maintenant, mais comme cela ne s’est pas produit, de nouvelles régions viendront certainement s’ajouter à la Fédération. Odessa et Kharkov sont les plus grands paris des experts pour faire partie de la Russie. Et l’avancée (lente mais sûre) des Russes dans le nord et la neutralisation progressive de la zone portuaire d’Odessa indiquent qu’il s’agit peut-être d’une prédiction exacte.

    Ce qui aurait pu n’être qu’une proposition est devenu un ultimatum, et une dernière chance pour Kiev de faire le bon choix. Malheureusement, la nature idéologiquement fasciste de la junte de Kiev, soumise à l’OTAN, empêche toute décision juste et rationnelle d’être prise dans l’Ukraine d’aujourd’hui. À un moment donné, aujourd’hui, demain ou dans les années à venir, la guerre se terminera de la même manière qu’elle aurait pu se terminer maintenant : aux conditions russes. La différence ne sera que numérique : en nombre de territoires et de vies perdues par l’Ukraine.

    Si vous avez apprécié cet article, soutenez-moi sur Patreon ou Buy me a coffee Vous recevrez chaque semaine du contenu exclusif et des réponses à vos questions. Merci ! 😊

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009. Blogueur et essayiste, j'ai écrit 9 livres sur différents sujets comme la corruption en science, les singularités technologiques ou encore des fictions. Je propose aujourd'hui des analyses politiques et géopolitiques sur le nouveau monde qui arrive. J'ai une formation de rédaction web et une longue carrière de prolétaire. Pour me contacter personnellement : Whatsapp : +261341854716 Telegram : http://telegram.me/HoussenMoshine Mon compte Facebook Mon compte Twitter

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *