L’USAID, un gant de velours pour le poing de la puissance mondiale américaine


  • Français

  • Bien que de nombreuses controverses aient surgi dans le cadre des activités mondiales de l’USAID, il pourrait être utile d’examiner ses tentatives visant à empêcher les individus de trouver des informations qui remettent en question les récits officiels.


    Suivez-nous sur notre page Facebook et notre canal Telegram


    Les principaux points-clés :

    Si vous avez apprécié cet article, soutenez-moi sur Patreon ou Buy me a coffee Vous recevrez chaque semaine du contenu exclusif et des réponses à vos questions. Merci ! 😊

    • L’USAID (Agence des États-Unis pour le développement international) a été créée en 1961 par le président Kennedy pour projeter l’influence des États-Unis à travers une aide économique.
    • Malgré sa mission officielle d’aide humanitaire, l’USAID sert souvent à promouvoir les intérêts géopolitiques américains dans les pays où elle opère.
    • L’USAID est accusée d’ingérence dans les affaires intérieures de certains pays, comme le Kirghizistan, l’Ouganda, le Niger et la Géorgie, en soutenant des dissidents ou en promouvant des valeurs occidentales.
    • Au Niger, l’USAID a tenté de renforcer les institutions démocratiques, mais n’a pas empêché le coup d’État militaire de 2023.
    • Dans le conflit israélo-palestinien, l’USAID reste silencieuse sur les violations des droits humains commises par Israël à Gaza.
    • En Géorgie, l’USAID est accusée d’avoir financé des groupes visant à renverser le gouvernement par la force en 2023, ce qu’elle dément.
    • Les activités de l’USAID sont souvent controversées et remettent en cause son image d’organisation purement humanitaire, la présentant comme un outil de la politique étrangère américaine.

    Par Richard Hubert Barton sur Strategic Culture Foundation

    L’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) a été créée par le président américain John Fitzgerald Kennedy le 3 novembre 1961. La justification de sa création était sa ferme conviction que la position hégémonique des États-Unis dans le monde ne pouvait être maintenue par le seul recours à l’armée. moyens mais devait être complétée également par une aide économique.

    Après plus de 60 ans d’existence, l’USAID est active dans plus de 30 pays avec un budget annuel de plus de 30 milliards de dollars et emploie plus de 11 000 personnes sans que ses objectifs n’aient changé. [John Norris, The Enduring Struggle, The History of The U.S. Agency for International Development and America’s Uneasy Transformation of The World, Rowman & Littlefield, New York, 2021, 1-27]

    En août 2022, l’actuelle administratrice de l’USAID, Samantha Power, a déclaré à la commission des affaires étrangères de la Chambre des représentants : “Un ordre international qui valorise la démocratie et les droits de l’homme et respecte les frontières internationales n’est pas donné. En effet, les acteurs autoritaires le contestent et cherchent à le remodeler. Nous devons investir dans le monde stable et plus humain dont nous avons besoin.”

    Le 17 mai 2023, le sénateur Michael McCaul, alors qu’il assistait à une séance de la commission des affaires étrangères de la Chambre des représentants, a insisté sur le fait que l’Agence américaine pour le développement international n’était pas allée assez loin dans la lutte contre la menace posée par le Parti communiste chinois. Il est même allé plus loin en affirmant la nécessité de projeter le leadership mondial des États-Unis dans le monde.

    Bien que de nombreuses controverses aient surgi dans le cadre des activités mondiales de l’USAID, il pourrait être utile d’examiner ses tentatives visant à empêcher les individus de trouver des informations qui remettent en question les récits en utilisant la désinformation et les fausses nouvelles. Quelques idées sur ces aspects ont été fournies par Alan MacLeod de Mint Press News qui a traité de la censure mondiale au nom de la démocratie.

    L’USAID, le bon Samaritain putatif travaillant pour l’Oncle Sam

    De nombreux projets de l’USAID (l’Agence) donnent l’impression écrasante, notamment dans les domaines de l’éducation et de la santé, que leur objectif est d’améliorer le sort des populations vivant dans les zones frappées par la pauvreté dans les pays en développement. À cette fin, il peut être utile de développer l’apport pédagogique de l’Agence. Le meilleur exemple pourrait être le rapport d’étape 2018-2021. En effet, il est difficile de ne pas être impressionné par les données et les réalisations présentées dans le rapport.

    Depuis 2018, l’Agence a travaillé dans plus de 80 pays, comme le souligne le rapport, pour garantir que les enfants et les jeunes aient accès à l’éducation et aux compétences dont ils ont besoin pour devenir des membres productifs de la société.

    Au cours de l’exercice 2020, les programmes d’éducation mondiale de l’USAID ont affirmé avoir atteint les objectifs suivants : plus de 24 millions d’apprenants ont été touchés dans tout le spectre de l’enseignement préscolaire jusqu’à l’enseignement supérieur ; plus de 580 établissements d’enseignement supérieur ont bénéficié d’un soutien au développement de leurs capacités ; 300 000 éducateurs, administrateurs et fonctionnaires ont été formés ; et plus de 93 000 écoles publiques et privées ont reçu une aide aux niveaux préscolaire, primaire et secondaire.

    On peut s’interroger sur l’impact de telles activités sur les bénéficiaires de l’aide. Il est certain que la plupart des jeunes connaissent peu les États-Unis d’Amérique et leur politique étrangère. L’éducation promue par les États-Unis peut être considérée avec une grande admiration comme la seule expérience tangible.

    Sur cette base, ils ont toutes les raisons de penser que les Américains sont des gens généreux qui se soucient des enfants et des jeunes dans les pays étrangers et n’attendent rien en retour. On peut imaginer que lorsqu’ils reçoivent des colis et des cartons de livres et de matériel pédagogique marqués “From the American People”, les étudiants sont remplis d’enthousiasme et d’appréciation. Dans de telles circonstances, les bénéficiaires de l’aide seront probablement désormais prédisposés à percevoir les États-Unis comme un mécène  altruiste.

    Ainsi, l’Agence fournit une “puissance douce” inestimable pour projeter les intérêts mondiaux des États-Unis. La projection “humanitaire” du pouvoir peut être plus efficace que la puissance ouverte et dure de la CIA et du Pentagone. Mais parfois, l’USAID outrepasse sa prétendue mission humanitaire et trahit alors son véritable objectif dans les pays cibles.

    Sortir du placard humanitaire

    Selon le ministre kirghize des Affaires étrangères, Temir Sariyev, l’USAID perdrait son statut privilégié en raison d’une récompense décernée à un dissident emprisonné. Ce prix a été décerné par le Prix des droits de l’homme du Département d’État américain à Azimjon Askarov, un journaliste et activiste qui purge une peine d’emprisonnement à perpétuité pour incitation à la haine ethnique dans ce pays d’Asie centrale.

    Cette récompense a été considérée comme une ingérence dans les affaires intérieures du Kirghizistan en termes de système juridique, d’affaires ethniques et éventuellement de propagation de désinformation.

    Les enjeux sont bien plus élevés pour l’implication de l’USAID en Ouganda. En 2023, le président Yoweri Museveni a promulgué un projet de loi qui pourrait conduire à la peine de mort pour les personnes reconnues coupables d'”homosexualité aggravée”, définie comme des actes homosexuels impliquant, entre autres, des personnes vivant avec le VIH ou des mineurs.

    En conséquence, la Banque mondiale et l’USAID vont revoir leur travail en Ouganda, joignant leurs voix aux protestations contre le projet de loi anti-homosexuel ougandais, qui pourrait mettre en péril les milliards de dollars de financement dépensés par les deux institutions dans ce pays d’Afrique de l’Est. Les mesures sont sans doute dures mais il s’agit d’un conflit de cultures et de valeurs.

    En participant activement à la politique ougandaise en s’opposant au projet de loi anti-homosexuel ougandais, l’USAID promeut les valeurs occidentales et non africaines. Jusqu’à présent, présenter des arguments qui remettent en question le discours officiel du gouvernement n’a abouti à rien.

    L’administratrice de l’agence, Samantha Power, s’est empressée de réitérer le soutien de l’USAID aux droits LGBTQI+. Le président Joe Biden a vivement critiqué la loi ougandaise contre l’homosexualité, la décrivant comme une violation déplorable des droits humains universels, une violation qui n’est pas digne du peuple ougandais et qui met en péril les perspectives de croissance économique cruciale pour l’ensemble du pays.

    En participant vigoureusement à la politique ougandaise liée aux questions LGBTQI+, l’Agence a dénigré les explications fournies par la plupart des parlementaires ougandais. Ce faisant, l’Agence se présentait comme une entreprise néocolonialiste promouvant les valeurs occidentales et non africaines. De cette manière, l’USAID risque de miner sa réputation conventionnelle d’objectif humanitaire en outrepassant imprudemment les normes culturelles.

    Les promesses creuses de Biden pour contrer le “recul démocratique” en Afrique

    Selon le commandant de la Garde présidentielle nigérienne, le général Tchiani, “la dégradation continue de la situation sécuritaire et la mauvaise gouvernance économique et sociale” justifient la destitution du président Bazoum en juillet 2023. Pourtant, certains observateurs affirment que sa véritable motivation était la peur d’être remplacé.

    L’efficacité des mécanismes régionaux a également diminué. La CEDEAO, le bloc politique et économique ouest-africain, n’a pas réussi à rassembler un consensus en faveur d’une action militaire contre le coup d’État au Niger. Il a été encore affaibli par le retrait du Niger, du Mali et du Burkina Faso du bloc en janvier 2024, visant à réduire la pression régionale sur la junte pour qu’elle revienne au régime constitutionnel et organise des élections.

    Cette tactique semble avoir fonctionné puisque la peur de la fragmentation et de la perte de pertinence de la CEDEAO l’a obligée à rouvrir le dialogue avec la junte et à lever la plupart de ses sanctions contre le Niger.

    Les États-Unis ont tenté d’appliquer des mesures particulièrement dures contre les dirigeants putschistes au Niger. Dans un premier temps, Washington a tenté d’organiser une intervention armée de la CEDEAO, qui a échoué. Victoria Nuland, ancienne responsable du Département d’État, a alors menacé d’annuler l’aide américaine au Niger.

    Qu’en est-il du rôle de l’USAID au Niger ?

    Certains des principaux efforts visaient apparemment à renforcer les institutions démocratiques et à promouvoir des élections libres et équitables.

    À la veille des élections locales, parlementaires et présidentielles de 2020-2021, l’USAID aurait soutenu les préparatifs d’une transition démocratique pacifique et crédible, y compris le dialogue politique, la rédaction d’un code électoral révisé et de procédures électorales, le renforcement des capacités des partis politiques, l’inscription et l’éducation des électeurs, et la prévention de la violence électorale.

    Contrairement à ses programmes éducatifs habituels destinés aux enfants et aux jeunes, au Niger, les responsables de l’USAID ont obtenu un accès direct à l’élite politique nigérienne. L’Agence a formé un total de 71 députés nouvellement élus, dont 52 femmes parlementaires, sur leurs rôles, le budget national et les techniques de rédaction législative et réglementaire. L’Agence a déclaré à l’avance qu’elle soutiendrait des réformes supplémentaires du système électoral avant les élections nationales de 2025.

    Il n’y a pas si longtemps, le président Joe Biden a promis que les États-Unis “contrecarreraient le recul démocratique en imposant “le coût des coups d’État” en Afrique. Mais après la mutinerie militaire au Niger impliquant des officiers formés par les États-Unis, le Pentagone refuse de qualifier la prise de pouvoir de coup d’État. De plus, les contacts établis par l’USAID avec les parlementaires nigériens se sont révélés inutiles et les rapports

    Les autorités militaires n’ont pas réussi à restaurer la situation d’avant le coup d’État.

    Si l’on prend en compte 20 ans de présence militaire américaine et d’énormes dépenses militaires (plus de 500 millions de dollars) et la “construction de la démocratie” de l’USAID, ce fut un fiasco.

    L’USAID contribue à la désinformation en gardant le silence sur l’horreur du génocide à Gaza

    Au 21 mai 2024, plus de 37 000 personnes (35 562 Palestiniens et 1 478 Israéliens) auraient été tuées dans la guerre entre Israël et le Hamas. Les civils israéliens ont été assassinés par le Hamas pour la plupart au début du conflit en octobre de l’année dernière, tandis que la plupart des Palestiniens ont été tués à la suite de bombardements aveugles, de tirs d’artillerie ainsi que de déshydratation et de manque de nourriture. Le génocide des Palestiniens continue.

    Il existe d’autres développements choquants qui ont un impact considérable sur la circulation de l’information et des médias. Depuis le début de la guerre génocidaire d’Israël contre Gaza, 80 journalistes ont été arrêtés à Gaza et en Cisjordanie, tandis que plus de 170 autres ont été tués. Le nombre de journalistes palestiniens tués dépasse considérablement le nombre de journalistes tués au cours des six années de la Seconde Guerre mondiale (68) et le nombre de journalistes tués au cours des 20 années de la guerre du Vietnam (69).

    Quel est le but de cibler délibérément les journalistes palestiniens ? Le Bureau des médias du gouvernement de Gaza donne une réponse simple : obscurcir le récit palestinien, déformer les faits et empêcher les journalistes de rapporter les crimes des forces d’occupation israéliennes.

    Les chefs de l’USAID ont envoyé en avril une note confidentielle au secrétaire d’État Antony Blinken, affirmant qu’Israël violait une directive de la Maison Blanche en bloquant l’entrée de l’aide humanitaire dans la bande de Gaza assiégée. Mais pourquoi l’Agence ne rend-elle pas publique son évaluation accablante ? Pourquoi reste-t-il muet ? La conclusion est de dissimuler.

    De plus, l’Agence “estime que le gouvernement d’Israël (GOI) ne démontre pas actuellement une conformité nécessaire” avec une note de la Maison Blanche du 8 février exigeant que le secrétaire d’État obtienne l’assurance des gouvernements recevant l’aide militaire américaine que cette aide est utilisée conformément aux droit des droits de l’homme.

    Le document a été approuvé par 10 responsables de l’USAID, soulignant son large soutien aux conclusions. Sonali Korde, administratrice adjointe de l’Agence et chef du Bureau des affaires humanitaires, a signé le document avec la phrase INFO, un raccourci bureaucratique pour le transmettre à la chaîne de commandement sans s’engager sur ses conclusions.

    L’image bienveillante de l’Agence s’effrite en Géorgie

    Dans le contexte politique géorgien, l’USAID est allée au-delà de la désinformation, des fausses nouvelles et de la remise en cause des récits officiels du gouvernement géorgien et du système démocratique.

    Le parlement géorgien a adopté une loi avec 84 députés pour et 30 contre sur un projet de loi visant à lutter contre les agents étrangers et les ingérences étrangères. Il oblige environ 10 000 ONG existantes à enregistrer chaque année leurs mécènes étrangers dans des déclarations. Toute insubordination sera passible d’amendes ou d’une peine de prison pouvant aller jusqu’à cinq ans.

    Il convient de mentionner que les ONG et les groupes de médias qui recevaient des fonds étrangers étaient en mesure d’influencer l’opinion publique ou les processus décisionnels de la vie publique. Les opposants ont fait des déclarations ridicules selon lesquelles la loi ferait obstacle à l’intégration de la Géorgie à l’Europe. En réponse, les partisans de la loi ont rappelé que de telles réglementations juridiques existent aux États-Unis, en Espagne et en Australie et que leur adoption est envisagée dans toute l’Union européenne. Comme vous pouvez être hypocrite !

    En arrière-plan du débat houleux sur les agents étrangers, il y avait une lutte permanente pour affaiblir, voire détruire, la fragile démocratie géorgienne. Le président du Parlement géorgien, Shalva Papuashvili, remonte à 2020, lorsqu’il y a eu une tentative de discréditer le principal organisme de surveillance des élections, l’ISFED, qui aurait compromis les résultats électoraux du Parti du rêve géorgien.

    L’USAID a été impliquée dans cette entreprise, en affirmant que l’ISFED “diffusait de faux résultats du décompte parallèle”, ce que l’ISFED lui-même a nié à plusieurs reprises. Malgré cela, les responsables de l’Agence ont continué à diffuser de faux résultats électoraux. Papuashvili a souligné que l’USAID n’a pas répondu à ces affirmations et que leur silence constitue une réponse affirmative.

    L’ampleur des activités illégitimes de l’USAID en Géorgie en 2023 est allée bien plus loin.

    Le 2 octobre, le service de sécurité géorgien SSSG a révélé au public que trois formateurs serbes (Siniša Šikman, Jelena Stojšić et Slobodan Djinovic), affiliés à l’organisation de la société civile CANVAS, avaient été amenés en Géorgie pour participer à un programme d’engagement de la société civile financé par l’USAID. Ils ont cherché à recruter des militants dans le but d’orchestrer un renversement violent du gouvernement géorgien légalement élu.

    CANVAS, l’ambassade des États-Unis et le Département d’État ont fermement nié ces accusations, les qualifiant de “fausses” et de “dénaturer la nature de l’aide” fournie par le gouvernement américain.

    Les 11 et 12 octobre, les services de sécurité de l’État de Géorgie ont convoqué Natalia Vatsadze, une actrice, et Vakho Kareli, un photographe, tout cela, à la suite des allégations du soi-disant “complot d’entraînement”.

    Le Premier ministre géorgien Irakli Garibachvili a déclaré qu’il était devenu clair que “des pays étrangers étaient activement impliqués” dans ces activités “révolutionnaires” avec l’arrivée de citoyens de l’étranger pour organiser des séances “déguisées en formation pour les individus dans le domaine de l’art et de la culture”. mais visait en réalité à donner des “instructions” sur la manière d’inciter à une révolution et de renverser le gouvernement par la force.

    Le 26 octobre 2023, l’ambassadrice américaine Erin Elizabeth McKee, administratrice adjointe de l’USAID pour l’Europe et l’Eurasie, a réfuté les allégations du parti au pouvoir Georgian Dream selon lesquelles l’USAID “finance des extrémistes” en Géorgie par le biais de projets d’ONG.

    Avant tout, l’USAID travaille avec diverses organisations de la société civile et des organisations non gouvernementales pour contribuer à renforcer et à améliorer le processus démocratique“, a affirmé l’Ambassadeur McKee, affirmant que l’objectif du travail avec la société civile est “de garantir que la voix de chaque citoyen est entendu, [ce qui] est fondamental pour une démocratie prospère. En outre, elle a souligné : “Toute affirmation selon laquelle les États-Unis, par l’intermédiaire de l’USAID, soutiennent la révolution est manifestement fausse et, franchement, constitue de la désinformation.”

    En réponse, le président du Rêve géorgien, Kobakhidze, a fait valoir que même si cette formation était censée porter sur l’activisme non-violent, en réalité, elle formait les individus “précisément à l’activisme violent”. Il a déclaré que l’objectif était le suivant : “Le chaos, la révolution et le but ultime, nous savons tous ce que c’est, l’ouverture du deuxième front [contre] la Russie, qui n’a pas été atteint depuis 2022, lorsque la guerre en Ukraine a commencé.”

    Le Premier ministre Irakli Garibashvili a résumé les machinations des intérêts américains en Géorgie sous le couvert bienveillant de l’USAID. Il a déclaré : “Le seul désir des forces destructrices est de renverser violemment le gouvernement et d’ouvrir un deuxième front [de la guerre russo-ukrainienne] dans le pays… Ce sont leurs plans sales, anti-nationaux et anti-étatiques.”

    Sociologue, voyageur et écrivain, Richard Hubert Barton est né en 1948 dans la ville minière de Walbrzych (Pologne). En 1972, il s’installe en Grande-Bretagne et après un an de vie à Londres, il émigre en Australie. Jusqu’en 1920, tous ses ancêtres vivaient en Russie. Il a toujours eu un fort désir de s’installer et de vivre de manière permanente en Fédération de Russie et en 2022, il est devenu citoyen russe. Depuis 1993, Richard se concentre principalement sur les voyages en Russie et dans les anciennes républiques soviétiques. Son livre le plus récent est The End of the USA as We Know It (publié en décembre 2021 à Moscou).

    Si vous avez apprécié cet article, soutenez-moi sur Patreon ou Buy me a coffee Vous recevrez chaque semaine du contenu exclusif et des réponses à vos questions. Merci ! 😊

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009. Blogueur et essayiste, j'ai écrit 9 livres sur différents sujets comme la corruption en science, les singularités technologiques ou encore des fictions. Je propose aujourd'hui des analyses politiques et géopolitiques sur le nouveau monde qui arrive. J'ai une formation de rédaction web et une longue carrière de prolétaire. Pour me contacter personnellement : Whatsapp : +261341854716 Telegram : http://telegram.me/HoussenMoshine Mon compte Facebook Mon compte Twitter

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *