La Russie et la RPDC forgent une alliance


  • Français

  • Malgré le brouhaha sur le partenariat stratégique entre la Russie et la Corée du Nord, il faut y voir davantage les aspects économiques plutôt que purement militaires.


    Suivez-nous sur notre page Facebook et notre canal Telegram


    Les principaux points-clés :

    Si vous avez apprécié cet article, soutenez-moi sur Patreon ou Buy me a coffee Vous recevrez chaque semaine du contenu exclusif et des réponses à vos questions. Merci ! 😊

    • Vladimir Poutine a effectué une brève visite à Pyongyang le 19 juin 2024, signant un traité de partenariat stratégique global avec la Corée du Nord.
    • Ce rapprochement russo-nord-coréen intervient dans un contexte de tensions accrues entre la Russie et l’Occident, notamment concernant l’Ukraine.
    • Le traité a une forte connotation militaire, mais son importance réelle pourrait être surestimée étant donné que les deux pays possèdent déjà l’arme nucléaire.
    • Des opportunités économiques significatives existent entre la Russie et la Corée du Nord, notamment dans le développement de l’Extrême-Orient russe.
    • La Chine adopte une position prudente face à ce rapprochement, privilégiant la stabilité régionale et le dialogue avec la Corée du Sud.
    • Cette alliance russo-nord-coréenne pourrait être davantage une alliance de circonstance liée au contexte ukrainien qu’un véritable bouleversement géopolitique durable en Asie du Nord-Est.

    Par M. K. BHADRAKUMAR sur Indian Punchline

    La brève visite du président russe Vladimir Poutine à Pyongyang le 19 juin a soulevé beaucoup de chaleur et de poussière. La signature d’un traité de partenariat stratégique global entre la Russie et la Corée du Nord a fait la une des médias occidentaux et a suscité de folles spéculations sur la vigueur d’une alliance militaire susceptible de briser l’algorithme de la dynamique du pouvoir dans la région de l’Asie du Nord-Est.

    La géopolitique de la région change sans aucun doute de cap à mesure que la Russie et la RPDC portent leurs relations à un niveau qualitativement nouveau, avec de fortes connotations militaires. Mais les apparences peuvent être trompeuses lorsqu’elles sont exagérées rhétoriquement par les deux protagonistes.

    Le traité n’a aucun sens dans la mesure où la Russie et la RPDC sont toutes deux des puissances nucléaires. Si la dissuasion nucléaire ne peut pas les rendre autosuffisants en matière de sécurité, Dieu seul peut les aider. Une attaque américaine contre la RPDC semble peu probable et une attaque américaine contre la Russie l’est encore moins.

    Le récent changement de politique de l’administration Biden, visant à permettre à l’Ukraine d’utiliser les armes américaines pour attaquer la Russie, avec le soutien et les conseils du personnel de l’OTAN, appuyés par des données satellitaires et des renseignements occidentaux, semble avoir été la goutte d’eau qui a fait déborder la réserve traditionnelle de la Russie.

    Le conseiller américain à la sécurité nationale, Jack Sullivan, a depuis gravi les échelons de l’escalade le week-end dernier en élargissant le virage du changement de politique de l’administration Biden. Dans une interview soigneusement structurée avec le PBS financé par le gouvernement américain, coïncidant avec la visite de Poutine en Corée du Nord, Sullivan a annoncé que :

    • Kiev est libre d’utiliser les armes américaines “partout où les forces russes traversent la frontière” ;
      plus précisément, cela s’appliquera également à la région russe de Koursk, d’où des “actions exploratoires” contre la région ukrainienne de Soumy ont été entreprises ;
    • “Ce n’est pas une question de géographie. C’est une question de bon sens. Si la Russie attaque ou est sur le point d’attaquer l’Ukraine depuis son territoire, il est logique de permettre à l’Ukraine de riposter.” ;
    • La question est de savoir si les forces russes utilisent le territoire russe comme “sanctuaire” ;
    • L’Ukraine sera également libre d’utiliser des systèmes de défense aérienne, y compris des armes fournies par les États-Unis, pour faire tomber des avions russes du ciel, même si ces avions russes se trouvent dans l’espace aérien russe, “s’ils sont sur le point de tirer sur l’espace aérien ukrainien” ;
    • Des avions F-16 (à capacité nucléaire) seront déployés en Ukraine puisque l’intention est de permettre à Kiev d’avoir la capacité d’attaquer la Russie.

    Poutine a explicitement mis en garde contre la possibilité de fournir des armes russes dans des régions d’où des frappes pourraient être lancées si Bruxelles et Washington ne cessent pas d’armer l’Ukraine. Izvestia a écrit qu’”il semble que la Corée du Nord soit un candidat approprié”.

    En effet, la délégation de Poutine comprenait le nouveau ministre de la Défense, Andrei Belousev. Poutine lui-même a qualifié le Traité de “document véritablement révolutionnaire… un document fondamental qui constituera la base de nos relations à long terme“. Mais au-delà du brouhaha dans les médias sur le contenu militaire de l’alliance naissante entre la Russie et la RPDC, il ne faut pas négliger le fait qu’il existe un vaste potentiel économique inutilisé dans les relations entre la Russie et la RPDC.

    Les stratégies extérieures de Poutine, contrairement à celles de ses prédécesseurs soviétiques, ont invariablement un contenu économique bien pensé. Dans ce cas, Moscou noue également des liens avec des partenaires en Asie, vecteur crucial de la priorité donnée par Poutine au développement de l’Extrême-Orient russe.

    Dans cette perspective, Poutine a appelé à l’abrogation des sanctions du Conseil de sécurité de l’ONU contre la RPDC. Du point de vue de Pyongyang, cela change également la donne. Le commerce bilatéral a été multiplié par neuf et a dépassé 34 milliards de dollars l’année dernière.

    Il existe de grandes possibilités pour la Russie d’importer de la main-d’œuvre qualifiée de la RPDC vers l’Extrême-Orient, qui manque chroniquement de main-d’œuvre. Une fois de plus, la visite de Poutine a relancé le projet stratégiquement important de restauration et de développement du port logistique commun de Rajin, le port praticable par tous les temps de la RPDC, qui peut assurer un flux stable de marchandises de la Russie vers les marchés de l’Asie-Pacifique. Les deux pays ont également signé un accord le 19 juin sur la construction d’un pont routier frontalier sur la rivière Tumannaya dans le cadre d’un projet connexe.

    Cependant, en fin de compte, comme l’a dit l’assistant du président russe Iouri Ouchakov, le Traité est nécessaire en raison des profonds changements dans la situation géopolitique dans la région et dans le monde. Mais il a également souligné que le traité respectera tous les principes fondamentaux du droit international, ne sera ni conflictuel ni dirigé contre aucun pays et visera à assurer une plus grande stabilité en Asie du Nord-Est.

    Inévitablement, la manière dont la Chine s’inscrit dans ce paradigme suscite beaucoup de curiosité. Par une curieuse coïncidence, la visite de Poutine a coïncidé avec le dialogue diplomatique et sécuritaire au niveau vice-ministériel, ou dialogue 2+2, entre la Chine et la Corée du Sud.

    La partie sud-coréenne a évoqué le tango russo-RPDC, mais la partie chinoise a apparemment adopté une position de principe sans engagement selon laquelle la Corée du Nord et la Russie, en tant que voisins amis et proches, ont un besoin légitime d’échanges, de coopération et de développement de relations.

    D’autre part, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères a déclaré que le dialogue 2+2 à Pékin répondait au besoin de relations bilatérales croissantes entre la Chine et la Corée du Sud et n’avait aucun lien particulier avec l’engagement entre d’autres pays. Il est intéressant de noter que le Global Times a cité l’opinion d’un éminent expert chinois selon laquelle le dialogue 2+2 peut servir de “stabilisateur et médiateur des tensions et des conflits régionaux”, car il permet à la Chine et à la Corée du Sud, qui entretiennent des liens commerciaux et culturels étroits, d’améliorer leur communication. et la confiance sur les questions de diplomatie et de sécurité.

    Selon le ministère chinois des Affaires étrangères, les deux parties ont réitéré lors du dialogue 2+2 leur engagement en faveur de relations amicales et mutuellement bénéfiques entre la Chine et la Corée du Sud et “à s’engager activement dans le dialogue et les échanges à tous les niveaux et dans tous les domaines”.

    Ils ont également convenu de renforcer la communication à travers des mécanismes tels que les dialogues stratégiques de haut niveau, les dialogues 2+2 sur la sécurité diplomatique et les dialogues 1.5 “pour renforcer la confiance politique mutuelle et faire progresser le développement sain et stable du partenariat de coopération stratégique Chine-Corée du Sud”.”

    De toute évidence, la Chine et la Corée du Sud, deux grands bénéficiaires de la mondialisation, sont parties prenantes de la stabilité de la production mondiale et des chaînes d’approvisionnement et seront opposées au type de politisation et de “sécurisation” dans lequel se sont lancées la Russie et la RPDC, a rapporté  Global Times citant des responsables chinois sous anonymat.

    Ainsi, écrit le Global Times, la partie chinoise “a souligné que le maintien de la paix et de la stabilité dans la péninsule est dans l’intérêt commun de toutes les parties, y compris la Chine et la Corée du Sud… la tâche urgente est de calmer la situation, d’éviter une escalade de la confrontation, d’adhérer à un accord et à l’orientation générale d’une solution politique“. La Chine a toujours déterminé sa position en fonction des mérites de la question elle-même et continuera à jouer à sa manière un rôle constructif dans les affaires de la péninsule coréenne.»

    L’essentiel est que la Russie et la Chine évoluent sur des voies indépendantes en ce qui concerne la Corée du Nord et la dynamique de pouvoir en Asie du Nord-Est. La visite d’État de Poutine à Pyongyang a probablement fait ressortir cette ligne de fracture dans le partenariat “sans limites” entre la Russie et la Chine, ce qui laisse penser qu’il ne faut peut-être pas trop lire dans “l’alliance” Russie-RPDC, une fois la poussière retombée.

    En fin de compte, cela pourrait s’avérer être une alliance de convenance dans le contexte de la guerre en Ukraine et de la forte détérioration des relations de la Russie avec les États-Unis, le Japon et la Corée du Sud, qui sont également les bourreaux éternels de la RPDC.

    Si vous avez apprécié cet article, soutenez-moi sur Patreon ou Buy me a coffee Vous recevrez chaque semaine du contenu exclusif et des réponses à vos questions. Merci ! 😊

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009. Blogueur et essayiste, j'ai écrit 9 livres sur différents sujets comme la corruption en science, les singularités technologiques ou encore des fictions. Je propose aujourd'hui des analyses politiques et géopolitiques sur le nouveau monde qui arrive. J'ai une formation de rédaction web et une longue carrière de prolétaire. Pour me contacter personnellement : Whatsapp : +261341854716 Telegram : http://telegram.me/HoussenMoshine Mon compte Facebook Mon compte Twitter

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *