Bourse de céréales des BRICS : son heure viendra


  • Français

  • Il ne reste plus qu’à aider les marchés à suivre leur cours et que les autorités russes veillent à ce que les produits russes parviennent à leurs points de départ.


    Suivez-nous sur notre page Facebook et notre canal Telegram


    Les principaux points-clés :

    Si vous avez apprécié cet article, soutenez-moi sur Patreon ou Buy me a coffee Vous recevrez chaque semaine du contenu exclusif et des réponses à vos questions. Merci ! 😊

    • La Russie et ses partenaires BRICS envisagent de créer une bourse de céréales basée en Russie.
    • Cette initiative soulève des questions sur sa faisabilité et sa pertinence à court terme.
    • Les pays BRICS produisent une part importante des céréales, du poisson et des produits laitiers dans le monde.
    • La mise en place d’une telle bourse nécessiterait d’abord le développement d’un réseau solide de courtiers et d’infrastructures en Russie.
    • Les défis incluent la gestion des risques de change et la création d’un système de compensation fiable.
    • La plupart des pays BRICS, à l’exception de la Russie et du Brésil, sont des importateurs nets de blé plutôt que des exportateurs.
    • Plus de 95% des céréales sont actuellement échangées de gré à gré, remettant en question la nécessité immédiate d’une bourse sophistiquée.
    • La Russie devrait se concentrer sur le développement de ses infrastructures d’exportation plutôt que sur la création d’une nouvelle bourse.

    Declan Hayes sur Strategic Culture Foundation

    Ajout du traducteur : Même si l’article montre les pour et les contre de cette bourse de céréales, il oublie un point essentiel est que la Russie ou les BRICs ne se contentent pas de réinventer la roue, car cela fait partie du processus de désoccidentalisation et de dédollarisation qui est nécessaire.

    L’Occident est un fou dangereux, de ce fait, il est important de créer des structures en double ou en triple pour ne pas se faire avoir. Ensuite, un autre problème est que si un pays achète des céréales en Euro ou en dollar alors que ce n’est pas sa monnaie, alors il se fait forcément arnaquer, car ces monnaies sont beaucoup trop fortes par rapport à la plupart des pays sur la planète. Donc, cela se répercute sur leurs prix alimentaires. Même si le fait d’acheter et de vendre des céréales dans des monnaies BRICS est plus bancal, au moins, on ne se fait pas arnaquer. Quand on regarde la simple logique du marché, alors on oublie toute l’image d’ensemble.

    Des informations récentes parues dans Tass et dans des médias similaires selon lesquelles la Russie et ses partenaires des BRICS sont en train de mettre en place une bourse de céréales basée en Russie ne peuvent passer sans commentaires. Non seulement la ministre russe de l’Agriculture, Oksana Lut, a déclaré aux journalistes que cette bourse était en cours, mais que le règlement se ferait dans les monnaies exotiques des pays BRICS.

    Le président russe Poutine semble avoir soutenu cette approche lorsqu’il a fait remarquer que le règlement des contrats céréaliers occidentaux se fait principalement à Londres et à Paris, qui ne sont ni l’une ni l’autre de grands producteurs de céréales.

    Même si Lut poursuit en disant : “Les pays BRICS produisent désormais environ 40 % des céréales, 50 % du poisson et 50 % des produits laitiers dans le monde“, ce sont là des faits largement hors de propos quant à l’endroit où devrait se situer un marché pertinent. Si Lut pense que les pays BRICS remplaceront prochainement le London Metals Exchange et le Chicago Mercantile Exchange, elle serait peut-être bien avisée de lire mon article précédent sur la manière d’entamer le processus de création d’un marché russe adapté à ses objectifs.

    L’essentiel, du point de vue des producteurs russes, est d’établir un ensemble solide de courtiers qui acheminent le produit du point d’origine (ferme ou mine) au point de départ (port, pipeline ou gare), et de là. en Chine, en Inde, en Indonésie ou partout où se trouve le marché. Jusqu’à ce que le produit quitte la Russie, le paiement s’effectue en roubles et les devises étrangères ne sont pas prises en compte. Ces devises étrangères ne deviennent un facteur qu’une fois que le produit passe du russe à celui des non-russes, et cela peut devenir un problème aigu si l’autre monnaie est la roupie indonésienne ou une autre monnaie exotique ou volatile similaire.

    Une fois chargés, par exemple, sur un navire chinois dans un port russe pour être livrés en Chine, c’est alors le yuan chinois qui entre en jeu, le taux de change chinois/russe (ou russe/indonésien) n’étant alors qu’une préoccupation pour les courtiers faisant la transaction.

    Les couvertures de base qui entrent en jeu jusqu’à présent dans notre exemple simple sont les couvertures en roubles causées par des conditions météorologiques changeantes, telles que des pluies torrentielles ou des gelées prolongées, en Russie, depuis le moment de la commande du produit jusqu’au moment de la livraison du produit, et les couvertures de taux de change pour couvrir les turbulences au cours de la même période. Ces courtiers étant réglementés par des responsables des gouvernements chinois et russe, leurs transactions devraient être une affaire relativement simple ; les autres pays des BRICS auraient ensuite besoin de davantage d’efforts pour se calmer.

    Tout comme Rome ne s’est pas construite en un jour, il a fallu plus d’un siècle pour que les marchés de Chicago et de Londres atteignent leur état actuel de sophistication inégalée. À cet égard, il convient de rappeler que le CBOT, l’un des précurseurs du CME, a commencé à négocier des contrats d’échange standardisés à terme en 1864, et que le petit gland du Chicago Butter & Egg Board, une spin-off du Chicago Produce Board , a ensuite évolué pour devenir le chêne géant du CME.

    Le fait est que le projet de Bourse de céréales des BRICS devrait apprendre à marcher avant de pouvoir fonctionner et, si ce point n’a pas été suffisamment clair, Mme Lut devrait se rappeler non seulement la Barings Bank, Silver Thursday et Metallgesellschaft qui ont toutes fait faillite, mais aussi le sort de l’attaque terroriste du pipeline Nordstream de la CIA et tout ce qui en dépendait.

    La couverture des risques de change n’est pas un problème immédiatement aigu, car les marchés internationaux nous donnent les prix en temps réel du dollar yankee et les prix des monnaies non exotiques, comme le yuan chinois, peuvent facilement en être dérivés.

    Parce que les autres monnaies des BRICS sont considérées comme plus exotiques ou, si vous préférez, plus problématiques, elles ne se prêtent pas aux solutions plus simples que propose le yuan chinois. Cela dit, sur les marchés particuliers qui nous intéressent, des solutions devraient être réalisables en utilisant le yuan chinois comme base.

    Ce rapport de Reuters, couplé à celui de Brookings, examine les risques de défaillance des chambres de compensation, ce qui est très pertinent dans cet exemple des BRICS, d’autant plus que les terroristes, qui ont fait exploser Nordstream, en feraient une cible hautement prioritaire et, si les dérivés de change étaient dans le mix, ce serait très simple en plus.

    Si nous regardons les prix actuels du blé, nous constatons qu’ils ont été particulièrement volatils ces derniers temps, en raison des changements climatiques en Russie et ailleurs, ce qui nous montre, entre autres, la nécessité d’un bon mécanisme permettant aux producteurs russes de couvrir leurs produits. Bien que les contrats à terme de blé nécessaires soient disponibles à la négociation sur le Chicago Board of Trade (CBOT), Euronext, le Kansas City Board of Trade (KCBT) et le Minneapolis Grain Exchange (MGEX), si les producteurs russes peuvent expédier vers la Chine ou un autre pays partenaire , ces échanges deviennent redondants par rapport à leurs besoins immédiats.

    Bien que la Chine, l’Inde, la Russie, les États-Unis, la France, l’Australie et le Canada soient les plus grands producteurs de blé, la Russie est le plus grand exportateur mondial de blé, suivie par les États-Unis, le Canada, la France, l’Ukraine, l’Australie et l’Argentine, l’Ukraine étant et la Russie représentait près de 30 % des exportations mondiales de blé avant 2022.

    Bien que l’Union russe des exportateurs de céréales (RUGE) ait convaincu Poutine de soutenir sa proposition de bourse de céréales avec les BRICS, WorldGrain.com appelle à la prudence sur la base très pragmatique du fait que la plupart des pays des BRICS, à l’exception de la Russie et du Brésil, sont des importateurs nets de blé plutôt que des exportateurs massifs de blé. rendant ainsi superflue une alliance de type OPEP pour défier le Conseil international des céréales. De plus, comme plus de 95 % des céréales sont échangées de gré à gré, la nécessité d’un système d’échange sophistiqué entre les BRICS n’apparaît pas immédiatement.

    Même si Poutine avait raison de dire qu’il y a quelque chose de déséquilibré dans le fait que la Russie représente un quart des exportations mondiales de céréales, alors que les prix mondiaux sont fixés par les bourses occidentales, comme le groupe américain CME et le français MATIF, et que les approvisionnements sont contrôlés par de grands négociants européens et américains, comme Cargill et Viterra, qu’importe aux courtiers qui exportent du blé de Vladivostok à Shanghai, qui n’ont pas besoin de l’aide occidentale pour faire tout cela et qui disposent d’un prix indicatif sur lequel travailler, grâce à ces mêmes préoccupations occidentales.

    Bien qu’Allaboutfeednet résume parfaitement la position officielle russe dans tout cela, son argument est analogue aux faux arguments avancés par les Australiens, les Kiwis et les Argentins concernant le mouton et le bœuf, alors qu’ils étaient les porte-parole de l’empire économique britannique. La Russie n’a pas besoin de réinventer Chicago, le Kansas, Paris ou Londres sur les rives de la Moskova, notamment parce que ce n’est pas nécessaire.

    Tout ce qu’il faut faire, c’est aider les marchés à suivre leur cours, et les autorités russes, y compris les forces armées russes, veiller à ce que les produits russes parviennent à leurs points de départ et que les navires, pipelines et trains russes, chinois et autres les acheminent depuis là. Une fois que la Russie aura mis en place ces bases sur ses flancs est et sud, le reste se mettra rapidement en place.

    Si vous avez apprécié cet article, soutenez-moi sur Patreon ou Buy me a coffee Vous recevrez chaque semaine du contenu exclusif et des réponses à vos questions. Merci ! 😊

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009. Blogueur et essayiste, j'ai écrit 9 livres sur différents sujets comme la corruption en science, les singularités technologiques ou encore des fictions. Je propose aujourd'hui des analyses politiques et géopolitiques sur le nouveau monde qui arrive. J'ai une formation de rédaction web et une longue carrière de prolétaire. Pour me contacter personnellement : Whatsapp : +261341854716 Telegram : http://telegram.me/HoussenMoshine Mon compte Facebook Mon compte Twitter

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *