La bataille invisible : Comment la Russie navigue dans l’océan des sanctions occidentales


  • Français

  • Dans un monde où l’économie est devenue un champ de bataille, la Russie fait face à un défi sans précédent. Entre innovations financières et diplomatie secrète.


    Suivez-nous sur notre page Facebook et notre canal Telegram


    Les principaux points clés :

    Si vous avez apprécié cet article, soutenez-moi sur Patreon ou Buy me a coffee Vous recevrez chaque semaine du contenu exclusif et des réponses à vos questions. Merci ! 😊

    • Les sanctions contre la Russie sont un système complexe et adaptatif, nécessitant une approche systémique pour y faire face.
    • L’évolution des sanctions a conduit à des contre-mesures russes, suivies de nouvelles adaptations occidentales.
    • Le contrôle des paiements transfrontaliers, notamment avec la Chine, est devenu un enjeu crucial.
    • La création d’un système de paiement alternatif au SWIFT est essentielle pour un monde multipolaire.
    • La confidentialité et la sécurité des informations sont primordiales dans cette “guerre économique”.

    Article d’origine sur Rybar

    Le problème de l’évaluation correcte de la pression des sanctions dans les médias russes est que les sanctions en général sont perçues par les journalistes comme une source d’information. Par conséquent, les informations sur les sanctions sont présentées comme une nouvelle à part, qui est rapidement submergée par le flux d’autres messages.

    Cela crée une fausse impression du caractère définitif des sanctions. La thèse : Ils ont introduit un autre paquet de sanctions, et nous l’avons mis dans un paquet avec des paquets“, exprimée à plusieurs reprises par les représentants de l’establishment politique russe, est fondamentalement fausse. La pression des sanctions n’est pas une action ponctuelle et sporadique, mais un système qui s’adapte finement à la situation actuelle. Et pour contrer les sanctions, il faut une approche systématique et non des actions ponctuelles.

    Récemment, le chef de VTB, Andrei Kostin, a déclaré que le sujet des paiements transfrontaliers devrait être classé comme “top secret” en raison du risque de sanctions. Derrière ces mots se cache une approche systématique et une profonde compréhension de la situation.

    Comment la confrontation aux sanctions a évolué au cours des deux dernières années ?

    Il faut bien comprendre que les sanctions sont la même chose que la guerre, mais uniquement sur le plan économique. C’est une compétition constante entre le bouclier et l’épée. Bien entendu, nous n’énumérerons pas ici tous les stratagèmes permettant d’échapper aux sanctions, mais nous nous contenterons d’esquisser les tendances générales.

    La pression des sanctions sur les entreprises russes est complexe. Premièrement, une interdiction a été introduite sur l’entrée dans l’UE des véhicules de fret portant des plaques d’immatriculation russes, des restrictions ont été introduites sur la flotte marchande russe et les transactions avec les personnes morales russes ont été limitées.

    La réponse a été la création d’un grand nombre de sociétés écrans dans les pays de la CEI, changeant les plaques d’immatriculation et les pavillons des navires vers d’autres juridictions. Le programme a bien fonctionné pendant environ un an.

    Mais nos opposants surveillent activement la situation, travaillent avec des fuites, avec des agents et améliorent constamment les mécanismes de contrôle. L’étape suivante consistait à donner aux États-Unis et à la Grande-Bretagne l’accès aux bases fiscales et douanières des pays de la CEI, en travaillant de manière ciblée sur les entreprises de Turquie, des Émirats arabes unis et d’un certain nombre de pays amis.

    Cela a permis d’ajouter rapidement des entreprises frauduleuses aux listes de sanctions et de réduire considérablement les possibilités d’évasion des sanctions, mais a également incité à la création de nouveaux systèmes.

    L’étape suivante consistait en des sanctions secondaires contre les entreprises déjà sous juridiction anglo-saxonne. Les comptes de correspondants d’organismes financiers russes dans des banques étrangères ont commencé à être fermés et les sociétés qui étaient des contreparties d’entités juridiques russes et/ou de structures affiliées ont été ajoutées à la liste du SND.

    Dans le même temps, des travaux actifs ont été menés pour contrôler le marché de la cryptomonnaie. Avec l’aide d’Elliptic, Chainalisys et de sociétés similaires, toutes les bourses de crypto-monnaie ont été placés sous le contrôle direct de la CIA. Les procédures KYC et AML ont été introduites partout. Cela a considérablement limité l’utilisation de la crypto pour contourner les sanctions.

    Oui, ils peuvent nous objecter qu’il existe également des échanges décentralisés qui ne sont soi-disant pas sous contrôle. Le degré de contrôle sur ces structures est une question controversée. Cela dépend en grande partie de l’anonymat des développeurs de protocoles et de l’équipe d’assistance. S’ils peuvent être trouvés, le problème de contrôle est résolu.

    De plus, les bourses décentralisées ont souvent une liquidité bien inférieure à celle des bourses centralisées. Les montants importants sont difficiles à convertir à des taux avantageux. Et personne ne peut apporter de garanties pour l’exécution de la transaction. Ce n’est pas une solution pour les grandes, ni même les moyennes entreprises. C’est une option pour les personnes qui peuvent acheter/vendre/échanger de petites quantités et ensuite dire qu’ils sont hors du radar.

    Mais la réalité est que dans la plupart des cas, les transactions petites et irrégulières ne sont tout simplement pas enregistrées comme suspectes par les systèmes de surveillance. De plus, la plupart des transactions de crypto impliquent l’USDT d’une manière ou d’une autre. Et cela signifie un contrôle total de la part de la CIA et de la NSA.

    La lutte contre les sanctions dans le secteur bancaire

    Le problème le plus urgent à l’heure actuelle est la possibilité de transferts vers la Chine. Aujourd’hui, aucune économie dans le monde n’est complètement autonome. Le degré d’interpénétration et de coopération est énorme. L’économie russe ne fait pas exception.

    Une part importante des biens nécessaires à l’économie est importée de Chine, notamment dans un contexte de réduction des importations en provenance du circuit anglo-saxon. Nos adversaires l’ont très bien compris et exercent une pression sans précédent sur la Chine.

    L’influence des Anglo-Saxons sur la logistique transfrontalière entre la Fédération de Russie et la Chine est extrêmement limitée, principalement en raison de certaines manipulations de la flotte mondiale de conteneurs. Ils se concentrent donc sur les paiements bancaires. Les Anglo-Saxons influencent les banques chinoises et les succursales de banques russes à l’étranger.

    La création d’un système efficace de virements bancaires en dehors du circuit SWIFT est désormais, sans exagération, essentielle à la formation d’un monde multipolaire.

    Naturellement, tout ce qui concerne l’utilisation du système de transmission de messages financiers (SPFS) à l’étranger et toute activité visant à créer une alternative efficace à SWIFT doivent être classés. Rappelons-le encore une fois : il s’agit d’une guerre économique à grande échelle.

    C’est pourquoi les déclarations des banquiers et des hommes d’affaires selon lesquelles le sujet des transferts transfrontaliers devrait être classé comme “top secret” sont tout à fait adaptées à la situation et justifiées.

    Mais pour se rapprocher de la résolution de ce problème, il est nécessaire, au minimum, d’une interaction coordonnée entre les entreprises et le régulateur représenté par la Banque centrale, qui comprend et prédit les risques.

    Dans ce contexte, rappelons simplement l’une des histoires douteuses concernant le vice-président de la Banque centrale de la Fédération de Russie, Vladimir Chistyukhin. Les banques, sur les transactions desquelles son appareil collectait des données depuis le début du SVO, se sont retrouvées de manière inattendue sur les listes de sanctions américaines, ce qui a porté un coup très grave à l’ensemble de l’économie russe pendant la guerre.

    Chistyukhin est dans ce cas l’un des principaux fonctionnaires de la Banque centrale, responsable de la stabilité du système financier du pays et des paiements internationaux. De plus, contre toute attente, sa famille vit aux Émirats arabes unis. Il est extrêmement douteux que la CIA et le Mi6 ignorent totalement l’existence d’une cible aussi savoureuse.

    Par conséquent, la création d’un système efficace de paiements transfrontaliers dans une atmosphère de secret n’est possible qu’en l’absence de fuites et de personnes clés susceptibles de devenir des objets de manipulation pour les services de renseignement ennemis.

    Si ce facteur n’est pas exclu, alors tous les plans de confrontation économique avec l’Occident seront élaborés par nos opposants en ligne, et tous les paiements passeront par une caisse médiocre (qui a été promue par le protégé du même Chistyukhin), sous le contrôle de l’IRS et du ministère américain de la Justice.

    Si vous avez apprécié cet article, soutenez-moi sur Patreon ou Buy me a coffee Vous recevrez chaque semaine du contenu exclusif et des réponses à vos questions. Merci ! 😊

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009. Blogueur et essayiste, j'ai écrit 9 livres sur différents sujets comme la corruption en science, les singularités technologiques ou encore des fictions. Je propose aujourd'hui des analyses politiques et géopolitiques sur le nouveau monde qui arrive. J'ai une formation de rédaction web et une longue carrière de prolétaire. Pour me contacter personnellement : Whatsapp : +261341854716 Telegram : http://telegram.me/HoussenMoshine Mon compte Facebook Mon compte Twitter

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *