Le triomphe du multipolarisme signifie-t-il la fin de la géopolitique classique ?


  • Français

  • La géopolitique du monde multipolaire est dangereuse, car elle nous amène à considérer ce que nous vivons aujourd’hui sous un nouveau jour. Et cela nous offre un moyen de le réaliser.


    Suivez-nous sur notre page Facebook et notre canal Telegram


    Les principaux points-clés :

    Si vous avez apprécié cet article, soutenez-moi sur Patreon ou Buy me a coffee Vous recevrez chaque semaine du contenu exclusif et des réponses à vos questions. Merci ! 😊

    • La transition vers un monde multipolaire remet en question la géopolitique classique.
    • La géopolitique classique repose sur le dualisme entre civilisation maritime et terrestre.
    • Le concept de “Heartland distribué” émerge dans le contexte multipolaire.
    • La Russie mène actuellement la “dernière guerre géopolitique classique”.
    • Le multipolarisme apparaît comme une alternative à l’hégémonie occidentale unipolaire.
    • Les civilisations maritimes et terrestres coexistent désormais au sein de chaque pôle.
    • Des exemples de cette dualité sont observables aux États-Unis, en Russie, en Chine, en Inde et ailleurs.
    • L’Europe reste sous influence atlantiste malgré un potentiel d’indépendance géopolitique.
    • Une nouvelle géopolitique “révolutionnaire” et militante est appelée à émerger.
    • La géopolitique multipolaire offre une nouvelle perspective sur les enjeux contemporains.

    Par Lorenzo Maria PACINI sur Strategic Culture Foundation

    Dans la transition vers un monde multipolaire, un certain nombre de questions se posent au niveau théorique, parmi lesquelles se pose l’une des principales : le triomphe du multipolarisme met-il ou non fin à la géopolitique classique ?

    Le père de la théorie du monde multipolaire, le philosophe russe Alexandre Douguine, n’a pas formulé de réponse correcte et complète à cette question dans la première phase de composition théorique, car il était alors prématuré de raisonner sur les scénarios de réussite de la théorie. Mais aujourd’hui, une réponse s’impose de toute urgence.

    Commençons par les fondamentaux. La géopolitique classique, codifiée entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle, voit dans les mots de l’amiral Halford Mackinder l’un de ses axiomes déterminants, qui a incontestablement dicté la loi jusqu’à aujourd’hui : “L’Eurasie est le Heartland. Celui qui contrôle le Heartland contrôle le monde“.

    Autour de cet axe géographique de l’histoire s’est inscrite toute la géopolitique que nous connaissons. Aujourd’hui, le concept qui détient toutes les conséquences scientifiques dans le contexte de la transformation de la géopolitique classique vers la géopolitique du monde multipolaire est le Heartland distribué. Ce n’est qu’ainsi que nous pourrons examiner la structure sémantique de la géopolitique classique avec le dualisme essentiel entre la civilisation de la mer (également dans le sens du Proclus de Platon où il décrit l’ancienne civilisation de l’Atlantide, définie comme “la pire” de l’histoire) et la civilisation de la Terre.

    La civilisation, qui est préservée, reste présente, ainsi que toutes les implications et élaborations qui découlent des études de Carl Schmitt sur les deux civilisations. La géopolitique classique opère avec deux projections de ces principes dans la géographie et dans l’histoire mondiale, identifiant comment ils seront incorporés et manifestés dans les grandes puissances mondiales.

    Nous retenons donc cette interprétation des deux types de civilisations. Le dualisme déjà prôné par le philosophe grec Proclus est pleinement confirmé par Mackinder, qui souligne ce dualisme comme étant constitué de principes permanents, deux facteurs du développement des civilisations de l’humanité et identifiables tout au long de l’histoire humaine: l’attraction pour le temps, à la matérialité, à l’éphémère ; attirance pour la verticalité, pour l’esprit, pour les valeurs stables.

    Il est intéressant de noter que l’eau de mer ne peut pas être bue, car elle est toxique pour les êtres humains, et donc l’eau de mer est en un sens la mort, tandis que l’eau douce terrestre est l’eau de la vie. Cette dualité “exclusive” entre deux points d’attraction historico-géographiques est au cœur de la géopolitique classique.

    Les conflits que nous vivons s’inscrivent parfaitement dans la lecture dualiste ci-dessus. La géopolitique classique trouve également sa validité dans le contexte actuel, si l’on pense à des conflits bien connus comme celui russo-ukrainien, dont on sait qu’il s’agit d’un choc de civilisations entre l’Occident et la Russie, ou celui israélo-palestinien. On ne peut pas dire que la géopolitique classique est dépassée, car ses lois fonctionnent encore pleinement aujourd’hui et on peut donc encore l’utiliser comme méthodologie interprétative. Mais une question demeure : peut-on aller plus loin ?

    On peut observer avec une objectivité sereine que le cœur classique, l’Eurasie, ne suffit plus comme pôle de contrepoids contre la civilisation maritime. Considérons donc deux formes de géopolitique post-classique, la géopolitique d’aujourd’hui : la géopolitique unipolaire, qui affirme l’absence de dualisme et le triomphe de la civilisation thalassocratique telle que décrite par Francis Fukuyama, Yuval Noah Harari, Clauss Schwab, les démocrates américains qui sont les partisans de ce monde unipolaire ou, dans certains cas, apolaire, qui envisage l’annulation absolue de la civilisation de la Terre même en tant que concept.

    Cette première forme de géopolitique post-classique, on peut la baptiser post-polarisme, parfaitement en phase avec la post-modernité, et c’est la géopolitique “dogmatique” contemporaine (au sens thalassocratique, évidemment), elle est née de penseurs imprégnés d’histoire classique. géopolitique thalassocratique et n’admet pas de dissidence.

    En lisant l’actualité sous cet angle, il est clair que la Russie mène aujourd’hui la “guerre du passé” pour ouvrir le monde à l’avenir : c’est la dernière guerre géopolitique du passé, la dernière menée selon les axiomes Mackinderiens ; la suite sera “autre”, différente, ambitieuse et multipolaire. Notez bien : la Russie d’aujourd’hui, après la catastrophe des années 1990, n’a plus les ressources nécessaires pour s’imposer seule comme puissance mondiale en concurrence avec la civilisation unipolaire occidentale.

    L’Eurasie ne suffit plus à elle seule : elle manque de stabilité démographique et économique, ce qui oblige les Russes qui luttent pour une géopolitique classique traditionnelle à se battre avec de nouvelles normes, à tracer des routes différentes et à explorer des territoires inconnus. La Russie a besoin d’alliés et de partenaires pour mener à bien cette mission historique. D’un point de vue plus métaphysique, les Russes sont les porteurs de la dernière volonté sacrée tellurocratique, luttant pour l’éternité contre la temporalité.

    En imaginant la victoire de la Russie dans cette dernière guerre de géopolitique classique, l’extension de l’idée russe au monde entier n’est pas agréable, car la Russie n’a pas d’idéologie universelle, comme les Américains ont, comme l’idéologie des droits de l’homme, du genre, etc, qui peut attirer les élites du monde, qui peut plaire aux élites et aux peuples du monde.

    En ce sens, la Russie est trop petite. Elle peut se sauver en tant que “petite Eurasie”, limitée à la Russie elle-même, mais cela ne sera pas décisif car il s’agit d’un combat défensif et non offensif, et à long terme, cela ne rapporte rien. D’où la multipolarité : si nous ne pouvons pas accepter la domination thalassocratique et proposer l’Eurasie comme idée universelle, alors nous devons passer à la multipolarité. La Grande Chine, l’Inde naissante et l’Afrique émancipée de l’Occident européen sont des exemples d’indépendance, et nous devons absolument exclure tout projet d’ingérence russe, ne serait-ce que conceptuellement.

    La Russie a une vision impériale (dans un sens totalement différent du passé), mais pas globale. Même en théorie, il n’est pas permis d’imaginer les autres pôles comme soumis au pouvoir russe.

    C’est là que naît la géopolitique du monde multipolaire, là où naît une alternative. L’Occident reste un (macro)pôle avec sa validité maritime, avec le mondialisme comme idéologie ; tout altermondialisme est une continuation et une transfiguration de la Civilisation de la Terre : le Heartland se répartit sur plusieurs pôles, il se transforme et se réadapte, avec une multiplicité de facettes. Cette pluralisation opérationnelle représente une transformation décisive déjà en cours.

    Lors des élections américaines de 2016, on a clairement vu ce “démembrement”, au moins apparent, du macro-pôle appelé Ouest : les côtes (côte Est et côte Ouest) ont voté pour les démocrates, les États territorialement centraux ont voté pour les républicains. Cette “géopolitique intérieure” a changé dans une large mesure la fortune de l’hégémon étoilé.

    Il existe une sorte de cœur intérieur en Amérique qui est en train de prendre forme, de sorte que les États-Unis ne peuvent plus être considérés comme une seule civilisation maritime. C’est un point absolument décisif. Il existe une sorte de civilisation intérieure du cœur au sein de la civilisation maritime.

    Nous devons commencer à écrire une histoire du cœur américain. Il est intéressant de noter que dans son article historique sur l’Axe géographique de l’histoire, Mackinder parle des États-Unis comme d’une civilisation tellurocratique de la même manière que la Russie, ce qui indique qu’il y a eu un changement radical, survenu temporellement après la proclamation des 14 Principes. par le président de l’époque, Woodrow Wilson. Ce sont ces points qui ont redéfini la position de l’Amérique à l’égard de la thalassocratie.

    Nous pouvons également imaginer que la Russie n’est pas totalement terrestre : il existe en Russie une élite thalassocratique, comme les dirigeants des années 1990, des entrepreneurs libéraux à l’occidentale, de nombreuses personnes qui ont émigré lors de l’effondrement de l’URSS et sont ensuite revenues en tant que seigneurs du capitalisme libéral. C’est pourquoi la Civilisation de la Mer et la Civilisation de la Terre deviennent des principes identifiables dans toutes les civilisations.

    On peut aujourd’hui parler, pour donner quelques exemples supplémentaires, du Heartland de la Chine, présenté avec Xi Jinping, profondément tellurocratique, mais qui dispose d’une immense puissance maritime commerciale, donc d’une extension maritime, même si la Chine n’est pas historiquement une puissance maritime.

    De même avec Nerendra Modi, qui veut proposer une Inde indépendante et “décolonisée dans la conscience”, et c’est un Heartland, mais en même temps l’Inde a une forte attraction maritime qui la fait tendre vers le mondialisme, avec des alliances avec les États-Unis, le Royaume-Uni, le Japon comme au 20e siècle. Le monde islamique est également composé de pays plus terrestres, comme l’Iran, et d’autres pays parfaitement intégrés dans la mondialisation internationale, comme les “princes du pétrole” de la péninsule arabique et au-delà.

    En Afrique aussi, de nombreuses forces promeuvent un panafricanisme qui serait l’affirmation d’un cœur africain, d’une authentique civilisation de la terre, tandis que d’autres dirigeants veulent faire partie du projet occidental qui les fascine et les courtise. En Ibéro-Amérique, la même chose se produit : les pays poussent vers une intégration terrestre, tandis que d’autres dirigeants sont impartialement atlantistes.

    Théoriquement, cela se produit aussi en Europe, qui est aujourd’hui totalement sous contrôle atlantiste : regardez le populisme de droite qui s’est vanté, et continue de le faire, d’une ouverture multipolaire, mais en partant de prémisses erronées, à tel point qu’il a a acquis une bonne partie du pouvoir politique pour ensuite trahir à temps la représentation populaire, confirmant que dans un territoire occupé militairement, politiquement, économiquement et culturellement par une puissance étrangère (les États-Unis), la préservation du pouvoir n’est pas possible sans l’intervention de la Mer.

    L’Europe ne peut et ne doit pas être soumise à d’autres pôles ou civilisations, mais en fait elle l’est à la civilisation atlantiste ; il existe une Europe théorique, qui existe virtuellement et qui a une grande Histoire, qui est aujourd’hui dans une phase “cachée” et n’a rien à voir avec la Russie.

    Mais la Russie se bat aujourd’hui pour la multipolarité, qui représente une chance pour l’Europe de renaître. La seule Europe possible est une Europe indépendante, libre de toute puissance extérieure, autonome et géopolitiquement autonome. Enfin, le cœur américain voit dans la lutte électorale, aujourd’hui représentée par le défi entre Joe Biden et Donald Trump, une paraphrase du choc géopolitique interne entre Terre et Mer. C’est la fin de la lutte géopolitique classique.

    Nous entendons l’appel à une géopolitique révolutionnaire, non seulement académique, mais aussi composée d’un militantisme qui soit une lutte contre la dictature de l’unipolarisme et du post-polarisme.

    La géopolitique du monde multipolaire, en revanche, est dangereuse, car elle nous amène à considérer ce que nous vivons aujourd’hui sous un nouveau jour. Et cela nous offre un moyen de le réaliser.

    Lorenzo Maria PACINI est professeur associé de philosophie politique et géopolitique, UniDolomiti de Belluno. Consultant en Analyse Stratégique, Intelligence et Relations Internationales.

    Si vous avez apprécié cet article, soutenez-moi sur Patreon ou Buy me a coffee Vous recevrez chaque semaine du contenu exclusif et des réponses à vos questions. Merci ! 😊

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009. Blogueur et essayiste, j'ai écrit 9 livres sur différents sujets comme la corruption en science, les singularités technologiques ou encore des fictions. Je propose aujourd'hui des analyses politiques et géopolitiques sur le nouveau monde qui arrive. J'ai une formation de rédaction web et une longue carrière de prolétaire. Pour me contacter personnellement : Whatsapp : +261341854716 Telegram : http://telegram.me/HoussenMoshine Mon compte Facebook Mon compte Twitter

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *