vendredi , 24 février 2017
Accueil » Santé » L’aspirine et l’ibuprofène sont inefficaces contre le mal de dos

L’aspirine et l’ibuprofène sont inefficaces contre le mal de dos

Mot-clés: , , , ,

Une revue systématique de 35 essais impliquant 6 000 personnes montre que des médicaments anti-inflammatoires comme l’aspirine ou l’ibuprofène sont inefficaces contre le mal de dos.


L’aspirine et l’ibuprofène sont inefficaces contre le mal de dos
Des médicaments anti-inflammatoires populaires tels que l’aspirine et l’ibuprofène, utilisés pour traiter le mal de dos ne sont pas efficaces selon une recherche menée par le George Institute for Global Health. Les résultats de cette évaluation systématique, publiée dans la revue Annals of the Rheumatic Diseases, révèlent que seul 1 patient sur 6, traité avec ces médicaments bénéficie d’une réduction significative de la douleur.

Cette étude est la dernière en date qui doute de l’efficacité des médicaments existants pour traiter le mal de dos. Des recherches précédentes ont déjà montré que le paracétamol est inefficace et que les opiacés offrent des bienfaits minimaux comparés à un placebo. Le professeur Ferreira, chercheur senior au George Institute a déclaré : Le mal de dos est la principale cause de handicap dans le monde et on le gère souvent avec des médicaments inflammatoires. Mais nos résultats montrent que les bienfaits sont minimaux sur le court terme. L’aspirine ou l’ibuprofène peuvent réduire légèrement le niveau de douleur, mais on ne peut pas considérer cette réduction comme significative sur le plan clinique.

L’équipe a examiné 35 essais impliquant plus de 6 000 personnes et elle a découvert que les personnes qui prenaient ces anti-inflammatoires avaient 2,5 fois plus de risques de souffrir de problèmes gastro-intestinaux tels que des saignements et des ulcères de l’estomac. La meilleure solution est d’empêcher le mal de dos à la base. On sait que des programmes d’exercices et d’éducation peuvent considérablement réduire le risque de développer un mal de dos. Le problème est que la plupart des directives cliniques recommandent (comme second choix) des médicaments de type AINS (anti-inflammatoires non stéroïdiens) qui inclut le paracétamol, l’ibuprofène ou encore l’aspirine. Le troisième choix concerne les opiacés qui sont également inefficaces.

Source : Annals of the Rheumatic Diseases (http://dx.doi.org/10.1136/annrheumdis-2016-210597)

[Total : 1    Moyenne : 2/5]

A propos de Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Timber by EMSIEN 3 Ltd BG