Les médecins risquent des sanctions disciplinaires s'ils prescrivent des antibiotiques



L’Angleterre a décidé que les médecins doivent minimiser leur prescription d’ sinon ils risquent des sanctions disciplinaires.

Je suis désolé, mais vous serez mieux si je ne vous prescris pas d’antibiotiques. Les médecins généralistes et familiaux doivent apprendre cette phrase par coeur en Angleterre pour traiter les maladies mineures de leur patient. Si les médecins ne le font pas, alors ils risqueront des sanctions disciplinaires.

Cette initiative a été lancée par le National Institute for Health and Care Excellence (NICE) pour réduire les prescriptions d’antibiotiques. Sur les 40 millions d’ordonnances d’antibiotique de l’année dernière, 10 millions étaient inutiles. Le Royal College of General Practitioners a estimé que les médecins feront face à une énorme pression des citoyens s’ils refusent de leur prescrire des antibiotiques. Le NICE est conscient de l’entêtement des citoyens et il prévoit d’autres campagnes pour avertir sur l’abus des antibiotiques sur l’avenir de la médecine. Un abus d’antibiotiques provoque l’apparition de bactéries très résistantes avec le résultat que tous les médicaments deviennent inefficaces.

Selon un porte-parole du NICE, les citoyens doivent comprendre que le médecin sait ce qui est le mieux pour ses patients. Et si des médecins continuent de prescrire les antibiotiques à outrance, alors ils seront poursuivis devant le General Medical Council qui peut sanctionner les médecins. Mais cela reste en dernier recours et l’urgence est de sensibiliser les gens aux dangers de l’abus des antibiotiques pour n’importe quel trouble mineur.

 

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *