Une analyse lie 590 suicides de handicapés à l'incitation au travail

L’Angleterre voulait réduire le nombre de personnes qui pouvaient prétendre aux allocations de handicapés. Mais cette mesure d’austérité économique a provoqué le suicide de 590 personnes et plus de 725 000 handicapés ont été obligés de passer sous antidépresseurs.


590 suicides de handicapés à cause de l'incitation au travail

Les chercheurs suggèrent que les avantages de la suppression des allocations sont largement neutralisés par les effets néfastes avec un retour de levier qui incitera d’autres personnes à demander l’aide de l’Etat. Depuis 2010, l’Angleterre a diminué ou supprimé les allocations de handicapés de plus de 1 million de personnes. De nombreux observateurs estiment que les critères d’éligibilité sont trop sévères et cela a provoqué une pression insoutenable sur des handicapés qui ne pouvaient pas travailler et qui ont été poussés au suicide.

Il était difficile de mesurer ces critiques. Le département des pensions et du travail n’a pas voulu publier les données médicales sur les handicapés qui avaient perdu leurs allocations. C’est pourquoi Ben Barr de l’université de Liverpool et ses collègues se sont tournés vers les données de la santé mentale au niveau local. Ils ont mesuré les évolutions de la situation après que les handicapés aient perdu leurs allocations.

L’équipe a découvert que sur les 149 autorités locales qui ont été réajustées de 2010 à 2013, le taux de suicide et de souscription aux antidépresseurs avait augmenté. Le nombre de personnes, qui rapportaient des problèmes mentaux, est passé à 275 000. Cependant, l’augmentation du suicide et des antidépresseurs était uniquement valable chez les personnes qui étaient en âge de travailler. Cela implique que c’est le programme du gouvernement, à l’incitation du travail, qui est directement responsable de ces suicides et de l’utilisation des antidépresseurs.

L’analyse a exclu les autres facteurs, car elle s’est concentrée uniquement sur la période après la réduction ou la suppression des allocations de handicapés. Les effets étaient plus graves dans les régions à faible revenu ce qui a exacerbé les problèmes de santé des plus pauvres.

Les effets de l’austérité

Sur les personnes qui ont été réévaluées, un cinquième a totalement perdu ses allocations selon Barr. De plus, le processus de réévaluation est stressant et peut prendre des mois. Même si à la fin, certains ont pu garder leurs aides sociales, la longue période d’incertitude a eu des impacts négatifs. De plus, il n’est pas clair si l’austérité gouvernementale a incité les handicapés à travailler. Dans les pays qui ont appliqué des politiques similaires, on a découvert que les handicapés ont fini par demander des allocations de chômage ce qui neutralise totalement la prétendue austérité.

Et cette étude prouve sa pertinence quand on regarde les impacts de l’austérité en général et elle nous montre aussi les chemins complexes vers le suicide et l’addiction aux antidépresseurs selon David Gunnel de l’université de Bristol. De 2008 à 2010, ce chercheur a identifié 1 000 suicides supplémentaires en Angleterre ainsi que 40 000 tentatives de suicide qui étaient tous liés à la récession économique. Mais le suicide lié au chômage peut baisser si on aide correctement les chômeurs, notamment les jeunes. On peut les aider à trouver du travail et à les former. Il faudrait demander à l’Angleterre si elle estime que la solution à la récession économique passe par une récession de sa population.

Source :  Journal of Epidemiology & Community Health

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de vote)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *