Risques élevés de maladies cardiaques pour les astronautes d’Apollo


  • FrançaisFrançais

  • Une étude révèle que les astronautes, qui ne sont plus protégés par la magnétosphère, courent des risques plus élevés de développer les maladies cardiaques.


    Une étude révèle que les astronautes, qui ne sont plus protégés par la magnétosphère, courent des risques plus élevés de développer les maladies cardiaques.

    Les astronautes de la mission Apollo ont un risque de 4 à 5 fois plus élevé de mourir d’une maladie cardiaque par rapport aux astronautes qui n’ont jamais quitté l’orbite de la Terre selon une étude publiée dans Scientific Report. L’analyse s’est portée sur 100 astronautes, dont 7 de la mission Apollo.

    Quand les astronautes d’Apollo sont partis sur la Lune de 1968 à 1972, ils ont quitté un champ magnétique autour de la Terre qu’on connait comme la magnétosphère. La magnétosphère nous protège des rayons cosmiques. Une équipe de chercheurs estiment que ces rayons, qui proviennent de l’extérieur du système solaire, ont endommagé le système circulatoire des astronautes d’Apollo. Pour le tester, ils ont mis des souris dans des harnais et ils les ont bombardés avec les mêmes rayons cosmiques que ceux qui ont frappé les astronautes.

    Le résultat a confirmé les inquiétudes des chercheurs. Les rayons ont les enzymes qui contrôlent la capacité de relaxation des vaisseaux sanguins. Le résultat est que les vaisseaux tendent à se réduire et à se resserrer et cela complique la circulation sanguine. Chez les humains, cela provoque une pression sanguine élevée et des maladies cardiaques dans certains cas. Les résultats, selon les auteurs, montrent les dangers pour les astronautes qui doivent partir pour et au-delà.

     

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...
    mm

    Jacqueline Charpentier

    Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *