La France est l’une des plus sceptiques sur l’efficacité des vaccins


  • Français

  • Ce n’est pas un podium dont tous les pays en rêveraient. Une nouvelle analyse montre que 41 % des personnes en France doutent de l’efficacité des vaccins. L’Union européenne est la plus touchée par le virus de l’anti-vaccination.


    Suivez-nous sur notre page Facebook et notre canal Telegram

    Ce n'est pas un podium dont tous les pays en rêveraient. Une nouvelle analyse montre que 41 % des personnes en France doutent de l'efficacité des vaccins. L'Union européenne est la plus touchée par le virus de l'anti-vaccination.

    Cette analyse a été menée par Heidi Larson de la London School of Hygiene & Tropical Medicine. Son équipe a interrogé près de 66 000 personnes dans 67 pays. Les résultats pour la France sont effarants. 41 % des personnes interrogées en France estiment que le vaccin peut être nuisible pour la santé. En moyenne dans les autres, seuls 12 % des personnes estiment que le vaccin peut être nuisible. Comment expliquer un tel manque de confiance sur une méthode qui a fait ses preuves depuis des décennies ? L’analyse montre également que des pays, très pauvres avec une éducation très faible, montrent une confiance très élevée dans les vaccins. Au Bangladesh, 0,2 % des personnes interrogées estiment que le vaccin peut être dangereux.

    Le sentiment anti-vaccination en France peut s’expliquer par les anxiétés répandues dans les médias ces dernières années. On avait notamment pointé un lien entre la vaccination et l’hépatite B sans oublier la sclérose en plaques. La France est également sceptique sur le vaccin contre le VPH (virus du papillome humain) à cause des effets secondaires, non avérés, sur la fatigue chez les femmes.

    Mais le scepticisme des Français vient surtout du vaccin contre la grippe pour lutter contre la pandémie de H1N1 de 2009. Le gouvernement avait commandé des milliers de vaccins et il l’avait imposé par une propagande systématique sans prendre le temps de consulter les différents corps médicaux ou de sensibiliser correctement la population.

    Dans les autres pays, c’est surtout les croyances religieuses qui sont opposées à la vaccination. En Russie, près de 17 % des personnes sont contre la vaccination contre les enfants. La Bosnie-Herzégovine est sceptique à 27 % sur l’efficacité des vaccins. La croyance religieuse est particulièrement forte en Mongolie, population majoritairement bouddhiste, qui estime à 50 % que la vaccination est incompatible avec leur religion. Aux États-Unis, les choses s’améliorent puisque seuls 8 % des personnes interrogées doutent de l’importance des vaccins pour les enfants et 13 % doutent de leur efficacité.

    Pour Larson, le sentiment anti-vaccin provient d’une recherche d’explication sur des maladies complexes telles que l’autisme ou la sclérose en plaque. Étant donné qu’il y a encore des zones d’ombres sur ces maladies, les personnes cherchent des liens alors qu’il n’en existe aucun à cause de l’impact émotionnel très fort de ces maladies. Si on regarde le niveau de confiance dans la vaccination, alors on remarque que le continent européen est le plus sceptique. La France, la Mongolie, la Russie, la Bosnie et la Grèce sont parmi les pays qui doutent le plus des vaccins. Les pays qui sont les plus confiants dans les vaccins sont le Bangladesh, l’Arabie Saoudite, l’Argentine, les Philippines et l’Équateur.

    Source : eBiomedecine

     

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009. Blogueur et essayiste, j'ai écrit 9 livres sur différents sujets comme la corruption en science, les singularités technologiques ou encore des fictions. Je propose aujourd'hui des analyses politiques et géopolitiques sur le nouveau monde qui arrive. J'ai une formation de rédaction web et une longue carrière de prolétaire. Pour me contacter personnellement : Whatsapp : +261341854716 Telegram : http://telegram.me/HoussenMoshine Mon compte Facebook Mon compte Twitter

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *