jeudi , 30 mars 2017
Accueil » Santé » Une recherche montre des erreurs importantes sur des études concernant le déparasitage massif

Une recherche montre des erreurs importantes sur des études concernant le déparasitage massif

Mot-clés: , , ,

Une recherche publiée dans la revue International Journal of Epidemiology révèle que 3 études largement citées sur le déparasitage massif en Afrique ont des problèmes importants dans leurs méthodes et leurs analyses.


Une recherche montre des erreurs importantes sur des études concernant le déparasitage massif
Les chercheurs de ces études avaient affirmé que leurs résultats montraient une efficacité à long terme de ces programmes massifs de vermifugation dans les pays en développement, mais cette analyse critique conclut que les résultats sont peu susceptibles d’être aussi positifs.

Des millions d’enfants dans certaines des régions les plus pauvres du monde sont infectés par des vers intestinaux. Les infections peuvent nuire à l’appétit et provoquer l’anémie chez les enfants. Pendant de nombreuses années, les parasitologues, les économistes et les spécialistes du développement ont accordé une grande confiance en l’administration massive de médicaments pour le contrôle communautaire des infections par les vers. L’objectif était d’éliminer les vers et donc d’améliorer la nutrition, la santé, l’éducation et ainsi contribuer au développement économique. Cependant, de récentes évaluations critiques indépendantes provenant de Cochrane et de Campbell ont montré que les avantages à court terme semblent avoir été exagérés. Cette nouvelle étude évalue soigneusement certaines études en examinant les effets à long terme.

La nouvelle recherche a appliqué les méthodes actuelles d’évaluation aux 3 études réalisées 9 ans après un essai au Kenya et un autre en Ouganda. Les auteurs de ces études ont cherché à identifier les effets à long terme de ces efforts de déparasitage sur la fréquentation scolaire, l’appétit et le salaire 9 ans plus tard. Une autre étude a examiné les effets de la vermifugation de la communauté sur de très jeunes enfants. Alors que les auteurs originaux ont trouvé de forts effets positifs, la nouvelle évaluation a montré que les auteurs n’avaient pas utilisé des protocoles pré-planifiés et les études étaient contaminées par des biais très importants et des rapports sélectifs sur des résultats favorables.

L’auteur principal de cette nouvelle analyse, le professeur Paul Garner, du Centre de synthèse de la médecine tropicale de l’École de médecine tropicale de Liverpool, a déclaré : « Quand nous appliquons les normes internationales de rigueur méthodologique épidémiologique sur ces études, alors le test de signification multiple et la sélection des résultats uniquement positifs semblent être un problème potentiel. C’est un exemple du domaine dans l’économie du développement où le biais doit être pris en compte avant que les auteurs ne fassent des recommandations politiques. »

Source : International Journal of Epidemiology (http://dx.doi.org/10.1093/ije/dyw283)

[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Quelle est la fiabilité de cette information ou étude ?


A propos de Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Timber by EMSIEN 3 Ltd BG