mardi , 26 septembre 2017

Yémen : Le rôle de la coalition dans l’épidémie du choléra

L’épidémie de choléra au Yémen affecte considérablement les zones contrôlées par les rebelles en raison des attaques aériennes et des blocages dirigés par l’Arabie Saoudite selon une lettre des chercheurs de l’Université Queen Mary de Londres (QMUL) publiée dans The Lancet Global Health.


Yémen : Le rôle de la coalition dans l’épidémie du choléra
Crédit : nodanews.com
Leur nouvelle analyse constate que 8 décès sur 10 de décès du choléra au Yémen se produisent dans des zones contrôlées par les rebelles. Les chercheurs ont combiné les dernières données sur le choléra de l’OMS avec des données qui ont cartographié les domaines contrôlés par le gouvernement et les rebelles et ils ont constaté que l’épidémie de choléra affectait de manière disproportionnée les zones contrôlées par les rebelles Houthi.

Ils ont constaté que 77,7 % des cas de choléra (339 061 sur 436 625) et 80,7 % des décès dus au choléra (1 545 sur 1 915) se sont produits dans les gouvernorats contrôlés par les Houthis contre 15,4 % des cas et 10,4 % des décès dans les zones contrôlées par le gouvernement. 1,8 % de la population dans les zones contrôlées par les Houthis ont contracté le choléra comparativement à 1,0 % dans les zones contrôlées par le gouvernement. 0,46 % de ceux qui ont contracté le choléra sont morts dans des zones contrôlées par les Houthis comparativement à 0,30 % dans les régions contrôlées par le gouvernement.1

Jonathan Kennedy, Andrew Harmer et David McCoy de QMUL : Les deux parties ont été accusées de ne pas tenir compte du bien-être des civils et de violer le droit international humanitaire. Mais le gouvernement et la coalition saoudienne qui l’appuie ont des ressources beaucoup plus importantes. Les zones contrôlées par les Houthis ont été affectées de manière disproportionnée par le conflit ce qui a créé des conditions propices à la propagation du choléra.

Les attaques aériennes dirigées par l’Arabie saoudite ont détruit les infrastructures vitales incluant les hôpitaux et les systèmes publics d’approvisionnement en eau et elles ont touché les zones civiles et les personnes déplacées dans des conditions démunies et insalubres. Un blocage forcé des importations en Arabie Saoudite a provoqué des pénuries d’aliments, du carburant et du chlore ainsi qu’un accès humanitaire restreint.

Étant donné que la coalition saoudienne a joué un rôle essentiel dans l’effondrement des systèmes de santé, de l’eau et de l’assainissement dans les zones contrôlées par les rebelles, il est curieux que l’UNICEF ait récemment publié un communiqué de presse “saluant la générosité de l’Arabie saoudite” après que le Royaume a fait don de 67 millions de dollars pour la réponse au choléra au Yémen.

Jonathan Kennedy de QMUL a ajouté : L’Arabie saoudite est un allié du Royaume-Uni et des États-Unis. Les entreprises américaines et britanniques fournissent à l’Arabie saoudite des quantités énormes d’équipements militaires et leurs forces armées fournissent un soutien logistique et des services de renseignement. Ce soutien a permis des attaques aériennes saoudiennes et le blocus par la même occasion. Donc le Royaume-Uni et les États-Unis ont joué un rôle crucial dans la création de conditions propices à la propagation du choléra.

En juin 2017, l’UNICEF et l’OMS ont publié un communiqué déclarant que le Yémen était confronté à la plus grave épidémie de choléra au monde. Même s’ils ont reconnu que l’épidémie a été causée par la guerre civile qui a commencé en 2015, ils n’ont pas suggéré qu’une partie soit plus responsable qu’une autre ou qu’une partie soit plus touchée par l’épidémie affirmant que le choléra s’est propagé à presque tous les gouvernorats.

La nouvelle analyse est publiée alors que l’ONU célèbre la Journée mondiale de l’aide humanitaire qui est un hommage annuel pour les travailleurs humanitaires et visant à rassembler les personnes touchées par des crises dans le monde entier. Le Yémen a été décrit comme la plus grande crise humanitaire de notre époque.

Sources

1.
Kennedy J, Harmer A, McCoy D. The political determinants of the cholera outbreak in Yemen. The Lancet Global Health. August 2017. doi: 10.1016/s2214-109x(17)30332-7 [Source]
N'oubliez pas de voter :
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, average: 4,00 out of 5)
Loading...

Faites un don sur notre page Patreon

Quelle est la fiabilité de cette information ou étude ?

Aucun avis particulier

A propos de Jacqueline Charpentier

mm
Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Timber by EMSIEN 3 Ltd BG