Légalisation de la marijuana : Pas d’augmentation de la consommation chez les adolescents et pas de réduction dans les morts par overdose

2 articles viennent d’infirmer des hypothèses provenant des partisans et des détracteurs de la légalisation de la marijuana. Non, la légalisation de la marijuana n’augmente pas son utilisation chez les adolescents, mais elle ne réduit pas non plus le nombre de morts par les opiacés. Toutefois, cette méta-analyse est à prendre avec précaution, car le débat est loin d’être tranché.


2 articles viennent d'infirmer des hypothèses provenant des partisans et des détracteurs de la légalisation de la marijuana. Non, la légalisation de la marijuana n'augmente pas son utilisation chez les adolescents, mais elle ne réduit pas non plus le nombre de morts par les opiacés.

En 1996, la Californie est devenue le premier État américain à légaliser l’usage de la marijuana à des fins médicales. La marijuana médicale est maintenant légale dans 29 états. Les opposants à la marijuana médicale affirment que de telles lois augmentent l’usage récréatif de la marijuana chez les adolescents tandis que les défenseurs affirment que la marijuana médicale aide à résoudre la crise américaine des opiacés en réduisant les décès par overdose.

Aucune preuve que la légalisation augmente la consommation de la marijuana chez les adolescents

2 articles publiés aujourd’hui dans la revue Addiction examinent les preuves actuelles des effets des lois sur la marijuana médicale et concluent qu’il y a peu de soutien pour ces allégations.1 2 La première affirmation, que la légalisation de la marijuana médicale augmente l’usage récréatif chez les adolescents, est abordée par une nouvelle méta-analyse qui a regroupé les résultats de 11 études distinctes de données provenant de 4 enquêtes américaines à grande échelle remontant à 1991.

Cette analyse indique qu’aucun changement significatif (augmentation ou diminution) n’est survenu chez les adolescents à des fins récréatives après l’adoption des lois sur la marijuana médicale. Bien moins d’études ont examiné les effets des lois sur la marijuana à des fins médicales chez les adultes même si les données existantes suggèrent que l’usage récréatif chez les adultes pourrait augmenter après l’adoption des lois sur la marijuana à des fins médicales.

Selon la professeure Deborah Hasin, même si nous n’avons trouvé aucun effet significatif sur l’usage de la marijuana chez les adolescents, nous pouvons constater que la situation change à mesure que les marchés de la marijuana médicale se développent et s’étendent et que les États légalisent la consommation de marijuana récréative. L’argument selon lequel la légalisation de la marijuana médicale augmente l’utilisation de la drogue par les adolescents ne semble pas fondé.

Mais il ne faut pas se précipiter sur les résultats pour promouvoir la légalisation de la marijuana sans aucune prise de recul. Selon le Dr. Marc Sweeney, doyen de l’Ecole de pharmacie de la Cedarville University, je pense que le verdict n’est pas encore tranché. Il est important d’étudier la méthodologie de l’étude et sa qualité. Malheureusement, les méta-analyses ne vérifient pas généralement la qualité des études qu’elles incluent et donc, de fausses méthodologies peuvent conduire à de fausses conclusions.

Une étude de l’université de Columbia suggère que les lois sur la marijuana médicale contribuent à une plus grande consommation récréative et de dépendance. Les chercheurs avaient comparé l’utilisation de la marijuana non-médicale et du trouble de prévalence du cannabis chez des adultes de 15 Etats, qui avaient légalisé la marijuana légale de 1991 à 2012. L’utilisation illlicide et des troubles de l’utilisation ont augmenté dans 39 Etats étudiés pendant cette période, mais c’était supérieur à 1,4 et 0,7 % dans les Etats qui avaient légalisé la marijuana par rapport à ceux qui ne l’avaient pas légalisé.

L’incohérence des données nécessite une évaluation et une analyse appropriées des études, et non simplement un rapport des données selon ce chercheur.

La marijuana ne réduit pas forcément les morts par overdose d’opiacés

La deuxième affirmation, à savoir que légaliser la marijuana médicale réduit les décès par surdose d’opiacés en offrant une méthode de gestion de la douleur moins risquée, est abordée dans un éditorial co-écrit par plusieurs membres du comité de rédaction de la revue Addiction. Dans ce cas, les preuves sont claires, mais faibles, car elles proviennent d’études écologiques dont les résultats n’ont pas été confirmés par des méthodes plus rigoureuses.

Même si ces études montrent une corrélation au fil du temps entre l’adoption des lois sur la marijuana médicale et les taux de mortalité par surdose d’opiacés, elles ne fournissent aucune preuve que les lois ont causé la réduction des décès. En fait, plusieurs études récentes ont montré que les patients souffrant de douleur chronique, qui consomment du cannabis, n’utilisent pas de plus faibles doses d’opiacés. Il y a des raisons plus plausibles pour la réduction des décès dus aux opiacés qui devraient être étudiés.

Toujours selon le Dr. Marc Sweeney, même si la marijuana présente certains avantages par rapport aux opiacés, elle pose encore d’autres problèmes sur le plan pharmacologique. Par exemple, un conducteur aux facultés affaiblies, que ce soit par la marijuana, l’alcool ou un opiacé, augmente toujours le risque de décès pour lui-même et pour les autres. Dans certaines circonstances, un faux sentiment de sécurité avec la marijuana peut prêter à une utilisation plus occasionnelle et abusive. De plus, la teneur en alcool dans le vin est nettement plus élevée que celle de la bière, mais cela ne signifie pas que la bière soit une boisson plus sûre. La déficience sera quand même atteinte que ce soit avec la marijuana ou les opiacés.

Sources

1.
Medical marijuana laws and adolescent marijuana use in the United States: A systematic review and meta-analysis. Addiction. 10.1111/add.14136″ target= »_blank » rel= »noopener noreferrer »>http://dx.doi.org/10.1111/add.14136. Published February 20, 2018. Accessed February 20, 2018.
2.
It is premature to expand access to medicinal cannabis in hopes of solving the US opioid crisis. Addiction. 10.1111/add.14139″ target= »_blank » rel= »noopener noreferrer »>http://dx.doi.org/10.1111/add.14139. Published February 20, 2018. Accessed February 20, 2018.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *