mardi , 24 avril 2018

Découverte d’un nouveau coronavirus en Chine qui a décimé des porcelets

Les chercheurs rapportent la découverte d’un nouveau coronavirus qui a décimé des porcelets en Chine en 2016 et 2016. Ce virus n’infecte pas les humains, mais vu l’épidémie du CoV-SRAS en Asie, il est important de rester vigilant face à l’émergence de ces coronavirus.


Découverte d’un nouveau coronavirus en Chine qui a décimé des porcelets
Une chauve-souris de l'espèce Rhinolophe - Crédit : EcoHealth Alliance
Un nouveau coronavirus, qui a tué près de 25 000 porcelets en Chine en 2016-2017, est apparu chez des chauves-souris Rhinolophe et c’est une souche proche du coronavirus du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS-CoV) qui était apparu en 2002 chez la même espèce.

Le coronavirus SADS-CoV

Le nouveau virus porte le nom de coronavirus du syndrome de diarrhée aiguë porcine (SADS-CoV). Contrairement au CoV-SRAS qui a infecté plus de 8 000 personnes et tué 774 personnes. Aucun cas de SRAS n’a été identifié depuis 2004. Les chercheurs ont identifié SADS-CoV dans 4 fermes porcines dans la province chinoise du Guangdong. Le travail était une collaboration entre les scientifiques d’EcoHealth Alliance, de l’école de médecine Duke-NUS, du Wuhan Institute of Virology et d’autres organisations. La recherche est publiée dans la revue Nature.1

Les chercheurs estiment que la découverte est un rappel important de l’identification de nouveaux virus chez les animaux et la détermination rapide de leur potentiel d’infecter les gens est un moyen essentiel pour réduire les menaces pour la santé mondiale. SADS-CoV a commencé à tuer des porcelets dans une ferme près de Foshan dans la province du Guangdong à la fin d’octobre 2016. Les chercheurs ont d’abord soupçonné le virus de la diarrhée épidémique porcine (PEDV) comme une cause probable.

Aucun risque pour les humains

Le PEDV est un type de coronavirus commun aux porcs qui a été identifié à la ferme de Foshan. La détection de PEDV a cessé à la mi-janvier 2017, mais les porcelets ont continué à mourir ce qui suggérait une cause différente. Les scientifiques estiment que la séparation des truies malades et des porcelets du reste du troupeau a permis d’arrêter l’épidémie de SADS-CoV en mai 2017.

Les chercheurs ont confirmé la connexion du SADS-CoV aux chauves-souris en identifiant le nouveau virus dans l’intestin grêle des porcelets de l’épidémie. Ils ont ensuite déterminé que la séquence génétique de SADS-CoV est similaire à celle d’un coronavirus de chauves-souris découvert en 2007 et ont recherché des preuves de SADS-CoV dans des spécimens de chauves-souris collectés de 2013 à 2016 dans la province de Guangdong. Le nouveau virus est apparu dans 71 des 596 spécimens (11,9 %).

Les chercheurs ont également testé 35 travailleurs agricoles qui avaient des contacts étroits avec des porcs malades, aucun n’a été testé positif au SADS-CoV. Actuellement, 6 coronavirus sont connus pour provoquer des maladies chez les humains, mais jusqu’à présent, seuls deux d’entre eux, le SRAS-CoV et le coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient, ont provoqué de grandes épidémies de maladies mortelles chez les humains.

Sources

1.
Fatal swine acute diarrhea syndrome caused by an HKU2-related coronavirus of bat origin. Nature. 10.1038/s41586-018-0010-9″ target=”_blank” rel=”noopener noreferrer”>http://dx.doi.org/10.1038/s41586-018-0010-9. Published April 3, 2018. Accessed April 3, 2018.
N'oubliez pas de voter :
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de vote)
Loading...

Rejoignez :


Soutenez-nous financièrement.

Même 1 dollar peut nous aider !

A propos de Jacqueline Charpentier

mm
Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Timber by EMSIEN 3 Ltd BG