Des pistes sur la maladie qui a tué le sultan Saladin

Un professeur de médecine estime que le sultan Saladin a été victime d’une fièvre typhoïde. Saladin possédait l’un des plus grands empires au Moyen-Orient et il est connu pour avoir repris Jérusalem aux croisés.


Le sultan Saladin et les prisonniers chrétiens lors de la 3e croisade (1189 – 1192) - Crédit : Guillaume de Tyr, Histoire d'Outremer. Bibliothèque nationale de France, Mandragore, base iconographique du département des Manuscrits, Fr 22495 fol. 215v.
Le sultan Saladin et les prisonniers chrétiens lors de la 3e croisade (1189 – 1192) - Crédit : Guillaume de Tyr, Histoire d'Outremer. Bibliothèque nationale de France, Mandragore, base iconographique du département des Manuscrits, Fr 22495 fol. 215v.

Saladin n’est peut-être pas très connu en Occident, mais même 800 ans après sa mort, il reste célèbre au Moyen-Orient. Né en 1137, il est devenu le Sultan d’une vaste région qui comprenait l’Égypte, la Syrie, certaines parties de l’Irak, le Liban, le Yémen et d’autres régions de l’Afrique du Nord. Il dirigea avec succès des armées contre les envahisseurs croisés et conquit plusieurs royaumes. Les historiens l’ont décrit comme le Kurde le plus célèbre de tous les temps.

La maladie de Saladin

Mais même aujourd’hui, la mort de Saladin reste un mystère. Sa maladie a commencé en 1193 quand il avait 56 ans. Après 2 semaines, le sultan était mort. Certains ont spéculé que la fièvre était un symptôme important de la maladie. Après avoir examiné une série de preuves sur l’état de Saladin, Stephen J. Gluckman, MD, professeur de médecine à l’École de médecine de l’Université de Pennsylvanie, a développé un diagnostic. Le Dr Gluckman estime que la typhoïde, une maladie bactérienne qui était très commune dans la région à l’époque, est le responsable le plus probable. De nos jours, les antibiotiques sont très efficaces contre la typhoïde.

Le sultan Saladin et les prisonniers chrétiens lors de la 3e croisade (1189 – 1192) - Crédit : Guillaume de Tyr, Histoire d'Outremer. Bibliothèque nationale de France, Mandragore, base iconographique du département des Manuscrits, Fr 22495 fol. 215v.

Le sultan Saladin et les prisonniers chrétiens lors de la 3e croisade (1189 – 1192) – Crédit : Guillaume de Tyr, Histoire d’Outremer. Bibliothèque nationale de France, Mandragore, base iconographique du département des Manuscrits, Fr 22495 fol. 215v.

Le Dr Gluckman présentera son diagnostic lors de la 25e conférence annuelle sur la clinicopathologie qui aurait lieu à l’école de médecine de l’Université du Maryland. La conférence est consacrée au diagnostic des maladies qui affectent les personnages historiques. Dans le passé, les experts se sont concentrés sur les maladies des luminaires tels que Lénine, Darwin, Eleanor Roosevelt et Lincoln.

La typhoïde tue encore 200 000 personnes par an

Dr Gluckman, un expert sur les troubles parasitaires, a fourni des soins et a enseigné dans de nombreux pays à travers le monde. Il a soigneusement passé en revue ce qui est connu de l’histoire médicale du sultan. Saladin est connu pour avoir détruit l’armée du roi Guy de Lusignan aux Cornes de Hattin en 1187 et réclamé Jérusalem pour l’Islam après avoir été gouverné pendant près d’un siècle par les Croisés chrétiens. Il est également célèbre pour avoir été magnanime envers ses ennemis.

La fièvre typhoïde est une maladie potentiellement mortelle transmise par la nourriture et l’eau contaminées. Les symptômes de la fièvre typhoïde comprennent une forte fièvre, une faiblesse, des maux d’estomac, des maux de tête et une perte d’appétit. Elle est fréquente dans la plupart des régions du monde sauf dans les régions industrialisées telles que les États-Unis, l’Europe occidentale, l’Australie et le Japon. Environ 300 personnes contractent la fièvre typhoïde aux États-Unis chaque année et la plupart d’entre elles avaient récemment voyagé. À l’échelle mondiale, la typhoïde infecte environ 22 millions de personnes par an et tue 200 000 personnes.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, average: 4,00 out of 5)
Loading...

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *