La base génétique des migraines

Les migraines, souvent handicapantes, touchent 15 à 20 % des adultes dans les pays développés, mais elles restent difficiles à expliquer. Une nouvelle étude montre pourquoi certaines familles sont sensibles aux migraines et comment la génétique peut influencer le type de migraine chez ces personnes.


Les migraines, souvent handicapantes, touchent 15 à 20 % des adultes dans les pays développés, mais elles restent difficiles à expliquer. Une nouvelle étude montre pourquoi certaines familles sont sensibles aux migraines et comment la génétique peut influencer le type de migraine chez ces personnes.

Pendant longtemps, nous nous sommes demandé pourquoi les maladies communes (comme les migraines) s’accumulent dans les familles selon Aarno Palotie de l’Institut de médecine moléculaire en Finlande et le Broad Institute du MIT et Harvard à Cambridge.1

2 sources possibles des migraines

Des recherches antérieures sur la migraine ont identifié deux façons dont les migraines peuvent se produire dans les familles. Des études de liaison, qui suivent des sections de chromosomes transmis de parent à enfant, ont identifié 3 gènes (CACNA1A, ATP1A2 et SCN1A) associés à la migraine hémiplégique, une forme grave de migraine qui induit des symptômes ressemblant à un AVC. Ces gènes relèvent d’un modèle héréditaire mendélien ce qui signifie que les 2 copies d’un gène hérité de ses parents déterminent un trait ou une maladie. L’anémie falciforme pourrait être considérée comme mendélienne.

La seconde manière de la prévalence des migraines dans les familles implique l’héritage polygénique. Si un trait est polygénique, cela signifie qu’un groupe de gènes influence collectivement cette caractéristique. Comme une mauvaise main dans un jeu de cartes, chaque variante génétique commune peut avoir seulement un petit effet individuel, mais la collection de variantes communes se construit pour influencer le trait, ou risque de maladie, pour une personne. La hauteur est un exemple d’un trait polygénique.

Les risques polygéniques ou seulement quelques gènes mendéliens ?

Palotie et ses collègues ont cherché à savoir si seulement quelques gènes mendéliens ou une accumulation polygénique de variantes communes ou une combinaison des deux influençaient la façon dont les migraines sont héritées dans les familles. En premier lieu, les chercheurs ont développé un score de risque polygénique pour estimer le fardeau génétique des variants communs. Pour ce faire, ils ont recueilli des données d’une étude d’association génomique antérieure, qui est un type d’étude qui compare les génomes des individus et des marqueurs loci (emplacements sur les chromosomes) qui diffèrent chez les personnes atteintes d’une maladie. En tout, des centaines (voire des milliers) de locus liés aux migraines ont été incorporés dans le score de risque polygénique.

Ensuite, les chercheurs ont testé l’influence du score de risque polygénique et des 3 gènes liés à la migraine mendélienne connus dans une vaste étude familiale sur les personnes souffrant de migraine en Finlande. L’étude comprenait des antécédents médicaux et des données génétiques de 1 589 familles (composées de 8 319 individus) de personnes souffrant de migraine. La cohorte de migraines familiale a été comparée à d’autres cohortes importantes, comme l’étude FINRISK qui comptait 14 470 personnes au total, dont 1 101 personnes migraineuses.

Les variantes polygéniques augmentent les migraines dans une famille

Résultat après résultat, les chercheurs ont observé que les variantes communes polygéniques conduisaient le risque de migraine plus que les trois gènes mendéliens. Si les migraines d’une personne ont commencé plus tôt, si une personne a eu des migraines plus sévères ou si les migraines étaient plus fréquentes dans la famille d’une personne, les données ont montré qu’il est plus probable que la personne ait un plus grand fardeau génétique de variantes polygéniques communes.

La force des variantes communes dans ces familles nous a surpris selon Palotie. D’autre part, les trois gènes mendéliens rares, mais puissants liés à la migraine ne semblent pas influencer le risque de migraine autant que les chercheurs l’ont prévu. Dans le cadre de l’étude sur les familles nombreuses, les chercheurs ont identifié 45 familles atteintes de migraine hémiplégique et séquencé leurs gènes. Les migraines dans seulement 4 familles sur 45 étaient motivées par les rares gènes mendéliens tandis que plus de cas étaient motivés par des variantes communes.

Cela montre, dans un très grand ensemble d’échantillons, que les variantes communes sont des facteurs très importants dans l’agrégation des migraines dans la famille selon Palotie. Palotie estime que plus de séquençage du génome et des études plus larges aideront les chercheurs à trouver des variantes plus communes liées aux migraines et plus de variantes mendéliennes.

C’est important pour le développement de médicaments selon Palotie. Même si les variantes mendéliennes ne provoquent pas la majorité des cas de migraine, les scientifiques peuvent rechercher comment ces gènes impactent les voies biologiques responsables des symptômes de la migraine et potentiellement développer des médicaments pour cibler ces voies.

Sources

1.
Common variant burden contributes to the familial aggregation of migraine in 1,589 families. Neuron. 10.1016/j.neuron.2018.04.014″ target= »_blank » rel= »noopener noreferrer »>http://dx.doi.org/10.1016/j.neuron.2018.04.014. Published May 2, 2018. Accessed May 2, 2018.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, average: 4,00 out of 5)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *