Un lien entre la thérapie hormonale chez les femmes transgenres et plusieurs troubles vasculaires

Une étude a démontré un lien entre la thérapie hormonothérapie et plusieurs troubles vasculaires tels que l’accident vasculaire cérébral et la thromboembolie veineuse chez les femmes transgenres.


Une étude a démontré un lien entre la thérapie hormonothérapie et plusieurs troubles vasculaires tels que l'accident vasculaire cérébral et la thromboembolie veineuse chez les femmes transgenres.

Une étude récente coordonnée par des chercheurs de l’école de santé publique Rollins de l’Université Emory et dirigée par le département de recherche et d’évaluation de Kaiser Permanente a établi un lien entre les femmes transgenres et une augmentation des effets secondaires vasculaires tels que l’ et la thromboembolie veineuse (TEV). Ces résultats sont publiés dans Annals of Internal Medicine.

Une augmentation considérable des troubles vasculaires chez les femmes transgenres

Les chercheurs ont analysé les données des systèmes de santé de participants du Kaiser Permanente et comparé les taux d’événements vasculaires chez 4 690 personnes transgenres et non-conformistes aux taux observés chez 48 686 hommes cisgenres et 48 775 femmes cisgenres (Les individus cisgenres concernent l’identité de genre correspondant au sexe assigné à la naissance). Les résultats les plus frappants étaient :

  • Les taux de TEV chez les femmes transgenres étaient près de deux fois plus élevés que ceux des hommes et des femmes cisgenres.
  • Les taux d’AVC et d’ chez les transgenres étaient 80 à 90 % plus élevés que ceux observés chez les femmes cisgenres, mais similaires à ceux observés chez les hommes cisgenres.
  • Les augmentations des taux de TEV et d’AVC étaient plus visibles plusieurs années après le début de l’oestrogénothérapie.
  • Les données sur le traitement hormonal substitutif chez les femmes cisgenres ménopausées ne sont probablement pas généralisables aux femmes transgenres.

Alors que notre étude a confirmé des risques élevés de certains événements vasculaires liés à l’, ces risques doivent être pesés contre les avantages importants du traitement selon Michael Goodman, MD, MPH, professeur d’épidémiologie et auteur correspondant sur le papier. Les chercheurs notent que l’étude représente une première phase de recherche dans ce domaine et que davantage de travaux sont nécessaires pour mieux comprendre les rôles des formulations d’hormones spécifiques, des doses, des combinaisons de médicaments et des voies d’administration.

Notre étude représente l’une des plus grandes cohortes de personnes transgenres aux États-Unis selon Darios Getahun, MD, Ph. D., chercheur au département de recherche et d’évaluation Kaiser Permanente. En outre, nous avons soigneusement validé le statut transféminin ou transmasculin des participants ce qui est susceptible d’être plus valable que d’autres approches.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *