Aucun effet de l’Omega 3 sur les risques cardiaques ou l’AVC

Une revue systématique de Cochrane estime que l’Omega 3 n’a aucun effet sur les maladies cardiaques et les AVC. Les conclusions sont à l’encontre des croyances populaires que l’Omega 3 protégerait le coeur.


Une revue systématique de Cochrane estime que l'Omega 3 n'a aucun effet sur les maladies cardiaques et les AVC. Les conclusions sont à l'encontre des croyances populaires que l'Omega 3 protégerait le coeur.

L’Omega 3 est un type de graisse. De petites quantités d’acides gras oméga 3 sont essentielles à une bonne santé et elles se retrouvent dans les aliments que nous mangeons. Les principaux types d’acides gras oméga 3 sont ; l’acide alphalinolénique (ALA), l’acide eicosapentaénoïque (EPA) et l’acide docosahexaénoïque (DHA). L’ALA se trouve normalement dans les graisses provenant des aliments végétaux tels que les et les graines (les noix et le sont des sources riches). L’EPA et le DHA, collectivement appelés acides gras oméga 3 à longue chaîne, sont naturellement présents dans les poissons gras tels que le et les huiles de poisson y compris l’.

Une croissance populaire de l’oméga 3 contre les risques cardiaques

La consommation accrue d’acides gras oméga 3 est largement encouragée dans le monde en raison d’une croyance commune selon laquelle elle protège contre les maladies cardiaques. Il existe plusieurs mécanismes possibles pour aider à prévenir les maladies cardiaques, y compris la réduction de la ou la réduction du . Les acides gras oméga 3 sont facilement disponibles sous forme de suppléments en vente libre.

Une nouvelle revue systématique de Cochrane rassemble les résultats de 79 essais randomisés portant sur 112 059 personnes.1 Ces études ont évalué les effets de la consommation de graisses oméga 3 supplémentaires, par rapport aux oméga 3 habituels ou inférieurs, sur les maladies du coeur et de la circulation. 25 ont été jugées dignes de confiance parce qu’elles étaient bien conçues et bien menées. Les études ont recruté des hommes et des femmes, certains en bonne santé et d’autres souffrant de maladies existantes en Amérique du Nord, en Europe, en Australie et en Asie. Les participants ont été assignés au hasard à augmenter leurs oméga 3 ou à maintenir leur consommation habituelle de graisse pendant au moins un an.

Quasiment aucun effet de l’Omega 3 sur les risques cardiaques

La plupart des études ont examiné l’impact de l’administration d’un supplément d’oméga 3 à longue chaîne sous forme de gélule et l’ont comparé à une pilule factice. Seuls quelques-uns ont évalué la consommation de poisson entier. La plupart des essais ALA ont ajouté des acides gras oméga 3 à des aliments comme la margarine et ont donné ces aliments enrichis, ou naturellement des aliments riches en ALA comme les noix, aux personnes des groupes d’intervention et des aliments habituels (non enrichis) aux autres participants.

Les chercheurs de Cochrane ont constaté que l’augmentation des oméga 3 à longue chaîne n’apporte que peu ou pas d’avantages sur la plupart des résultats qu’ils ont examinés. Ils ont trouvé des preuves de haute certitude que les acides gras à longue chaîne avaient peu ou pas d’effet significatif sur le risque de décès, quelle qu’en soit la cause. Le risque de décès quelle qu’en soit la cause était de 8,8 % chez les personnes qui avaient augmenté leur consommation d’acides gras oméga 3, comparativement à 9 % chez les personnes des groupes témoins.

Peu d’effet contre le risque d’AVC

Ils ont également constaté que le fait de prendre plus de graisses oméga 3 à longue chaîne (y compris EPA et DHA), principalement par le biais de suppléments, a peu ou pas de différence au risque d’événements cardiovasculaires, de décès coronariens, de maladies coronariennes, d’AVC ou d’irrégularités cardiaques. Les acides gras oméga 3 à longue chaîne ont probablement réduit certaines graisses sanguines, les triglycérides et le cholestérol HDL. Le fait de réduire les triglycérides est susceptible de protéger les maladies cardiaques, mais la réduction des HDL a l’effet inverse. Les chercheurs ont recueilli des informations sur les effets néfastes des études, mais les informations sur les saignements et les caillots sanguins étaient très limités.

La revue systématique suggère que le fait de manger plus d’ALA à travers la nourriture ou les suppléments a probablement peu ou pas d’effet sur les décès cardiovasculaires ou les décès de toute cause. Cependant, le fait de manger plus d’ALA réduit probablement le risque d’irrégularités cardiaques de 3,3 à 2,6 %. L’équipe a découvert que les réductions des événements cardiovasculaires avec ALA étaient si minimes qu’on peut parler d’un effet bénéfique de 1 sur 1 000 personnes. Des résultats similaires ont été trouvés pour la mort cardiovasculaire. Ils n’ont pas trouvé suffisamment de données provenant des études pour être en mesure de mesurer le risque de saignement ou de caillots de sang.

Aucune protection du coeur par l’oméga 3

L’augmentation de l’oméga 3 ou de l’ALA à longue chaîne n’a probablement aucun effet sur le poids corporel ou l’embonpoint. L’auteur principal de Cochrane, le Dr Lee Hooper de l’Université d’East Anglia, Royaume-Uni, a déclaré : Nous pouvons être confiants dans les résultats de cette revue qui vont à l’encontre de la croyance populaire selon laquelle les suppléments d’oméga 3 à longue chaîne protègent le coeur. Cette grande revue systématique comprenait des informations provenant de milliers de personnes sur de longues périodes. Malgré toutes ces informations, nous ne voyons pas d’effets protecteurs.

L’étude fournit de bonnes preuves que la prise de suppléments d’oméga 3 à longue chaîne (, EPA ou DHA) ne profite pas à la santé cardiaque ou ne réduit pas le risque d’accident vasculaire cérébral ou de décès quelle qu’en soit la cause. Les études les plus fiables ont toujours montré peu ou pas d’effet des acides gras oméga 3 à longue chaîne sur la santé cardiovasculaire. D’autre part, alors que le est un aliment sain, le petit nombre d’essais ne permet pas de savoir si le fait de manger plus de protège notre coeur.

Cette revue systématique a trouvé des preuves modérées que l’ALA, trouvé dans les huiles végétales (telles que l’huile de colza ou de canola) et les noix peut être légèrement protecteur de certaines maladies du coeur et de la circulation. Mais l’effet est très faible avec une fréquence de 1 sur 142 personnes. Un millier de personnes devraient augmenter leur consommation d’ALA pour éviter qu’une seule personne ne meure d’une ou ne subisse un événement cardiovasculaire. L’ALA est un acide gras essentiel, une partie importante d’une équilibrée, et des apports croissants peuvent être légèrement bénéfiques pour la prévention ou le traitement des maladies cardiovasculaires.

Sources

1.
Omega 3 fatty acids for the primary and secondary prevention of cardiovascular disease. Cochrane Database of Systematic Reviews 2018. 10.1002/14651858.CD003177.pub3″ target=”_blank” rel=”noopener noreferrer”>http://dx.doi.org/10.1002/14651858.CD003177.pub3. Published July 17, 2018. Accessed July 17, 2018.
N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (3 votes, moyenne : 4,67 sur 5)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *