Inhaler du déodorant pour se droguer ? Cela peut être potentiellement fatal

Un jeune homme a trouvé la mort parce qu’il a tenté de se droguer en inhalant un déodorant. Une pratique rare, mais qui fait une centaine de morts chaque année aux Etats-Unis.


Un jeune homme a trouvé la mort parce qu'il a tenté de se droguer en inhalant un déodorant. Une pratique rare, mais qui fait une centaine de morts chaque année aux Etats-Unis.

Le désodorisant en fait partie des produits ménagers courants, notamment les diluants et les laques, qui contiennent des substances pouvant être utilisées à des fins d’ inhalées. Cette activité est populaire parmi les adolescents, en particulier ceux issus de milieux défavorisés, et pourrait faire jusqu’à 125 morts chaque année, rien qu’aux États-Unis, selon les auteurs.1

L’abus de substances inhalées se présente sous trois formes: l’inhalation directe, appelée reniflement; inhaler à travers un vêtement appelé souffle; et l’ensachage, qui implique l’utilisation d’un sac en plastique ou d’un ballon. Les solutions volatiles, les aérosols et les gaz sous pression sont tous des candidats potentiels à des abus, affirment les auteurs.

Dans ce cas, un homme de 19 ans, qui était traité dans un centre de désintoxication pour toxicomanie pour kétamine et cannabis, a récidivé. Pour tenter de se droguer, il s’est mit une serviette sur la tête et a inhalé le spray d’un . Il est rapidement devenu hyperactif avant de subir un arrêt cardiaque, où la circulation sanguine s’arrête brusquement en raison de l’incapacité du coeur à pomper correctement, et provoque un évanouissement.

Une de base et six cycles de choc cardiaque (défibrillation) n’ont pas permis de le réanimer et il a été admis aux soins intensifs où il a été plongé dans le coma médical. Mais son état de santé ne s’est pas amélioré et, réalisant qu’un traitement ultérieur serait inutile, les médecins l’ont retiré des soins intensifs et il est décédé peu de temps après.

Ce rapport fait référence à un seul cas, avertissent les auteurs. Toutefois, ils signalent que des arrêts cardiaques après l’inhalation de substances volatiles ont été signalés depuis 40 ans, le premier décès associé à l’inhalation de spray désodorisant remontant à 1975. La principale substance toxique dans l’inhalation de spray déodorant est le butane. Le butane est l’un des hydrocarbures couramment utilisés dans les agents propulseurs dans les produits domestiques pulvérisables.

Les hydrocarbures sont lipophiles [liposolubles] et traversent donc facilement la barrière air-sang et sang-cerveau. Ils se dissolvent dans des tissus riches en graisse tels que le système nerveux, les tissus adipeux, le foie et les reins. Cependant, ils soulignent que l’abus de substances volatiles est l’une des méthodes les moins connues pour atteindre un état de toxicomanie.

Et les jeunes ayant des antécédents de toxicomanie dans des environnements isolés, tels que la réadaptation pour toxicomanes ou la prison, peuvent être particulièrement vulnérables en raison de la disponibilité des produits ménagers, qu’ils risquent d’utiliser à des fins abusives.

Sources

1.
BMJ Case Reports. BMJ Case Reports. 10.1136/bcr-2018-224345″ target= »_blank » rel= »noopener noreferrer »>http://dx.doi.org/10.1136/bcr-2018-224345. Published November 14, 2018. Accessed November 14, 2018.
N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de vote)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

Pour me contacter personnellement :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *