2 études renforcent l’hypothèse de grand-mère

L’hypothèse de grand mère est une tentative d’expliquer l’existence de la ménopause chez les femmes. Notamment la présence des grand-mères comme une aide parentale, afin d’augmenter l’espérance de vie. Et 2 études confirment cette hypothèse de grand-mère, mais avec des limites.


L'hypothèse de grand mère est une tentative d'expliquer l'existence de la ménopause chez les femmes. Notamment la présence des grand-mères comme une aide parentale, afin d'augmenter l'espérance de vie. Et 2 études confirment cette hypothèse de grand-mère, mais avec des limites.

Les humains ont la particularité que les femmes passent par la ménopause et cessent de se reproduire bien avant d’atteindre la fin de leur espérance de vie. Selon une hypothèse, cet aspect de l’histoire de la vie humaine peut s’expliquer par les avantages évolutifs associés au rôle joué par les grand-mères pour aider leurs petits-enfants. Désormais, deux études publiées dans la revue Current Biology complètent les preuves de ce qu’on appelle l’hypothèse de grand-mère. Cependant, elles montrent également qu’il y a des limites.

L’hypothèse de grand-mère

L’aide des grands-mères est essentielle pour les familles humaines du monde entier, mais nous constatons que l’opportunité et la capacité d’aider les jeunes petits-enfants diminuent avec l’âge de leur grand-mère selon Virpi Lummaa de l’université de Turku en Finlande et auteur de l’une des études.

Dans notre étude, les femmes dont les mères étaient en vie avaient plus d’enfants et plus de ces enfants vivaient jusqu’à l’âge de 15 ans selon Patrick Bergeron de l’Université Bishop au Canada, auteur principal de l’autre étude. Il est intéressant, ajoute-t-il, que les effets de grand-mère diminuent à mesure que les distances géographiques de grand-mère-fille augmentent, ce qui suggère que le potentiel d’aide pourrait être lié à la proximité géographique.

Alors que l’influence des grands-mères a été bien étudiée dans certains contextes, l’équipe de Lummaa a relevé une question clé qui n’avait pas été abordée: l’âge d’une grand-mère a-t-il une incidence sur les avantages que sa présence offre à sa famille ? Comme l’expliquent les chercheurs, identifier les situations où de l’aide est fournie ou non pourrait nous aider à comprendre comment la vie après la procréation a pu évoluer et comment la grand-mère a pu choisir la durée de cette vie.

Des données provenant de Finlande

Les chercheurs se sont appuyés sur des données d’histoire de vie à long terme provenant de registres d’églises finlandais préindustriels détaillés. La population finlandaise en question a connu de fortes fluctuations des taux de mortalité et de fécondité. Ses membres étaient menacés par un climat rigoureux, des rendements médiocres et des épidémies. Environ un tiers de la population est décédé avant l’âge de 5 ans.

Les données suggèrent que la possibilité et la capacité pour les grand-mères d’aider les petits-enfants diminuaient avec l’âge. La présence de grands-mères maternelles, âgées de 50 à 75 ans, a augmenté la survie des petits-enfants, ce qui conforte l’idée selon laquelle la durée de vie après la procréation comporte un avantage pour la condition physique.

La grand-mère peut être une aide parentale…jusqu’à un certain âge

Cependant, les chercheurs ont rapporté que vivre avec une grand-mère paternelle âgée de plus de 75 ans, vraisemblablement en mauvaise santé, était en fait préjudiciable à la survie des petits-enfants. Les résultats suggèrent que les avantages évolutifs de la grand-mère peuvent choisir une durée de vie plus longue, mais seulement jusqu’à un certain point.

Notre travail implique que, si la durée de vie après la procréation aurait effectivement pu évoluer, du moins en partie, en raison d’effets bénéfiques sur les grands-mères, ces avantages diminuent avec l’âge, à mesure que les possibilités et la capacité de fournir de l’aide diminuent, ce qui limite l’évolution de la durée de vie selon Simon Chapman, premier auteur. La durée de vie dans les pays industrialisés modernes étant beaucoup plus longue que par le passé, il se peut que la médecine nous ait permis de dépasser la limite naturelle de la longévité.

Les données du Québec

Pour étudier la possibilité pour les grands-mères de contribuer à leur étude, l’équipe de Bergeron, dont le premier auteur Sacha Engelhardt, s’est servie de données exceptionnellement détaillées sur les premiers colons français installés au Québec, aux 17e et 18e siècles. Les données ont permis d’explorer les avantages des grands-mères sur la survie de leurs petits-enfants tout en tenant compte des distances géographiques entre les grands-mères et leurs filles.

Les colons français avaient à l’époque une grande famille, ce qui nous permettait de contrôler les éventuels effets génétiques et environnementaux familiaux partagés, en comparant le profil de reproduction des soeurs qui vivaient avec ou sans leur mère selon Bergeron.

Une meilleure espérance de vie…à condition d’une proximité géographique

Les grands-mères vivantes ont permis à leurs filles d’augmenter d’environ 2 enfants le nombre de leurs enfants et d’environ 1 en moyenne le nombre de personnes ayant survécu jusqu’à 15 ans par rapport aux familles dans lesquelles la grand-mère maternelle était décédée. Selon les chercheurs, à mesure que la distance géographique augmentait, le nombre d’enfants nés et le succès de la reproduction au cours de la vie diminuaient tandis que l’âge à la première reproduction augmentait, même si les grand-mères étaient en vie. En d’autres termes, les grand-mères n’étaient pas très utiles lorsqu’elles vivaient trop loin.

En étudiant les distances géographiques, nous avons montré de manière empirique un autre facteur médiateur de l’aide de la grand-mère, ajoutant un élément supplémentaire à l’énigme complexe de la durée de vie post-procréative selon Bergeron.

Les résultats montrent que l’influence des grand-mères peut dépendre du contexte, soulignant l’importance de tester son importance dans différentes populations selon Bergeron. Chapman estime qu’ils prévoient de continuer à explorer différents contextes dans lesquels les effets de la grand-mère ont été particulièrement importants, afin de brosser un tableau plus clair du rôle de l’aide de grand-mère dans l’évolution de la vie post-reproductive.

La bible Larousse des secrets de nos grands-mères: 2000 recettes et tours de main (Relié)
Dans les villages, autrefois, rares étaient les cas où l’on faisait appel au médecin. Les vertus des plantes étaient bien connues depuis des générations… On utilisait l’ortie contre les problèmes respiratoires, on faisait des cures de pissenlit pour détoxifier le corps, on avait recours à l’arnica pour soigner les blessures, aux cataplasmes d’aloès pour soulager les brûlures… On nettoyait tout dans la maison, grâce au bicarbonate, au vinaigre, au citron… Le jardinage se pratiquait en observant la nature et en la respectant. Pour la cuisine, on savait tirer profit des produits de saison, et comment les conserver au mieux. Cet ouvrage est comme un grand Larousse Ménager des savoir-faire d’antan, qui remet au goût du jour des produits naturels, écologiques et bon marché, véritables petits miracles du placard : citron, huile d’olive, miel, bicarbonate, vinaigre, argile… Tous les domaines de la vie domestique sont abordés : – Petits soins d’antan : la santé de A à Z ; – La trousse de beauté de ma grand-mère ; – Home sweat home ; – Secrets et confidences d’un cordon bleu ; – Grand-père jardine… La magie retrouvée des savoir-faire d’hier pour mieux vivre aujourd’hui !

Caractéristique principal  9782035939845|Famille et vie pratique|Vie quotidienne et pratique|Martina Krcmar
By (author):  Martina Krcmar

Neuf: EUR 22,95 EUR En stock
buy now

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, average: 5,00 out of 5)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

Pour me contacter personnellement :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *