Un second patient a réussi une rémission du VIH

Une deuxième personne a connu une rémission prolongée du VIH-1 après la fin du traitement selon un papier par des chercheurs de l’UCL et de l’Imperial College London.


Une deuxième personne a connu une rémission prolongée du VIH-1 après la fin du traitement selon un papier par des chercheurs de l'UCL et de l'Imperial College London.

Le rapport de cas, publié dans Nature et réalisé avec des partenaires de l’Université de Cambridge et de l’Université d’Oxford, vient dix ans après le premier cas de ce type, connu sous le nom de . Les deux patients ont été traités avec des greffes de cellules souches provenant de donneurs portant une mutation génétique qui empêche l’expression d’un récepteur du .

Une rémission du VIH depuis 18 mois

Le sujet de la nouvelle étude est en rémission depuis 18 mois après l’interruption de son traitement (ARV). Les auteurs disent qu’il est trop tôt pour dire avec certitude qu’il a été guéri du VIH et qu’ils continueront à surveiller son état.

Pour le moment, le seul moyen de traiter le VIH est d’utiliser des médicaments qui suppriment le virus, ce que les gens doivent prendre toute leur vie et cela pose un défi particulier dans les pays en développement selon le professeur Ravindra Gupta (UCL, UCLH), principal auteur de l’étude. Trouver le moyen d’éliminer entièrement le virus est une priorité mondiale urgente, mais elle est particulièrement difficile, car le virus s’intègre dans les globules blancs de son hôte.

La difficulté des traitements antirétroviraux

Près de 37 millions de personnes vivent avec le VIH dans le monde, mais seulement 59 % reçoivent un traitement antirétroviral et le VIH pharmacorésistant est une préoccupation croissante. Près d’un million de personnes meurent chaque année de causes liées au VIH.

Une deuxième personne a connu une rémission prolongée du VIH-1 après la fin du traitement selon un papier par des chercheurs de l'UCL et de l'Imperial College London.

Le rapport décrit un patient britannique qui préfère rester anonyme et qui a reçu un diagnostic d’infection par le VIH en 2003 et sous traitement antirétroviral depuis 2012. Plus tard en 2012, il a été diagnostiqué avec un lymphome de Hodgkin avancé. En plus de la , il a subi une greffe de cellules souches hématopoïétiques d’un donneur avec deux copies de l’allèle CCR5 Δ32 en 2016.

Une greffe de cellules souches comme un possible traitement

Le récepteur CCR5 est le récepteur le plus utilisé par le VIH-1. Les personnes ayant deux copies mutées de l’allèle CCR5 sont résistantes à la souche du virus VIH-1 qui utilise ce récepteur, car le virus ne peut pas pénétrer dans les cellules hôtes. La chimiothérapie peut être efficace contre le VIH, car il tue les cellules en division. Le remplacement des cellules immunitaires par celles qui ne possèdent pas le récepteur CCR5 semble être essentiel pour empêcher le VIH de rebondir après le traitement.

La greffe était relativement simple, mais avec quelques effets secondaires, dont une légère maladie du greffon contre l’hôte et c’est une complication de la greffe dans laquelle les cellules immunitaires du donneur attaquent les cellules immunitaires du receveur. Le patient est resté sous ARV pendant 16 mois après la greffe. L’équipe clinique et le patient ont alors décidé d’interrompre le traitement antirétroviral pour vérifier si le patient était vraiment en rémission du VIH-1.

Une charge virale indétectable

Des tests réguliers ont confirmé que la charge virale du patient était indétectable et qu’il était en rémission depuis 18 mois depuis la fin du traitement antirétroviral (35 mois après la greffe). Les cellules immunitaires du patient restent incapables d’exprimer le récepteur CCR5.

C’est seulement la deuxième personne documentée à être en rémission soutenue sans ARV. Le premier, le patient de Berlin, a également reçu une greffe de cellules souches d’un donneur portant deux allèles CCR5 Δ32, mais destiné à traiter la leucémie. Les différences notables étaient que le patient de Berlin avait reçu deux greffes et avait subi une irradiation totale du corps alors que le patient britannique n’avait reçu qu’une greffe et une chimiothérapie moins intensive.

Trop tôt pour annoncer un traitement standard contre le VIH

Les deux patients ont présenté une légère atteinte du greffon contre l’hôte, qui pourrait également avoir joué un rôle dans la perte de cellules infectées par le VIH. En réalisant une rémission chez un deuxième patient en utilisant une approche similaire, nous avons montré que le Patient de Berlin n’était pas une anomalie et que c’étaient vraiment les approches de traitement qui éliminaient le VIH chez ces deux personnes selon le professeur Gupta.

Les chercheurs soulignent que l’approche n’est pas appropriée en tant que traitement standard contre le VIH en raison de la toxicité de la chimiothérapie, mais elle offre de l’espoir pour de nouvelles stratégies de traitement susceptibles d’éliminer complètement le VIH. En poursuivant nos recherches, nous devons comprendre si nous pourrions éliminer ce récepteur chez les personnes vivant avec le VIH, ce qui pourrait être possible avec la thérapie génique selon le professeur Gupta.

Le traitement que nous avons utilisé était différent de celui utilisé sur le patient de Berlin, car il ne faisait pas appel à la radiothérapie. Son efficacité souligne l’importance de développer de nouvelles stratégies basées sur la prévention de l’expression de CCR5 selon le Dr Ian Gabriel, co-auteur de l’étude.

S’il est trop tôt pour dire avec certitude que notre patient est maintenant guéri du VIH et que les médecins continueront à surveiller son état, le succès apparent de la greffe de cellules souches hématopoïétiques laisse espérer une recherche d’un traitement tant attendu pour le VIH/.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, average: 3,00 out of 5)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

Pour me contacter personnellement :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *