Soins de santé aux États-Unis : une industrie trop grosse pour faire faillite

Les soins de santé aux Etats-Unis sont toujours au coeur du débat dans n’importe quelle élection américaine. Mais ces soins de santé sont très loin du bien-être social et c’est devenu une industrie qui est trop grosse pour faire faillite.



Tandis que je parlais récemment avec des collègues lors d’une conférence à Florence, en Italie, sur l’innovation dans le domaine des soins de santé, une vérité fondamentale a refait surface dans mon esprit: l’industrie de la santé aux États-Unis n’est rien d’autre. Une industrie, une force économique, les grandes entreprises avant tout. C’est un vecteur de retour sur investissement d’abord et de succès de notre société ensuite.

La santé comme business

C’est essentiel à considérer lorsque les candidats à la présidentielle dévoilent leurs plans de soins de santé. Les candidats et les électeurs semblent oublier que les soins de santé dans notre pays sont un énorme business.

Les soins de santé représentent près de 20 % du PIB et constituent le moteur de l’emploi pour l’économie américaine. Le secteur a créé 2,8 millions d’emplois entre 2006 et 2016, soit plus que tous les autres secteurs et le Bureau of Labor Statistics prévoit une nouvelle croissance de 18 % des emplois dans le secteur de la santé d’ici 2026. Un grand Business pour de grandes entreprises.

Cette vérité fondamentale nous distingue de toutes les autres nations dont nous aimerions reproduire ou, mieux, surpasser, l’espérance de vie, la mortalité maternelle et infantile ou l’incidence du diabète. Alors que les politiciens et le public qu’ils servent traitent de problèmes tels que les prix des médicaments d’ordonnance, les factures médicales surprises et d’autres problèmes liés à la santé, je pense qu’il est essentiel de mieux comprendre certains des facteurs moins visibles de ces coûts afin que les solutions proposées aient une chance de combattre les coûts élevés de la santé.

En tant que médecin en chef adjoint pour l’intégration clinique et directeur du centre de politique de la santé de l’Université de Virginie, je constate que la tension qui existe entre un système de santé fondé sur le profit et des coûts élevés m’occupe tous les jours.

Le pouvoir du marché

Les prix des logements sont déterminés par le marché. Les prix des voitures sont déterminés par le marché. Les prix des aliments sont déterminés par le marché.

Et les services de santé aussi. Cela comprend les honoraires des médecins, les prix des médicaments sur ordonnance et les prix des médicaments sans ordonnance. Il en va de même pour les salaires des administrateurs d’hôpitaux et les dispositifs médicaux.

Tous ces biens ou services sont à la recherche de profits et sont tous motivés à maximiser leurs profits et à minimiser leurs coûts. Tous doivent adhérer à de bons principes d’entreprise, sinon ils échoueront. Aucun d’entre eux ne divulgue ses inducteurs de coûts ou les éléments qui augmentent les prix. En d’autres termes, certains coûts cachés pour les consommateurs se manifestent dans les prix unitaires finaux.

À ma connaissance, personne n’a laissé entendre que Rolls-Royce Motor Cars devrait proposer un prix comparable à celui de Ford Motor Company. La main invisible du marché indique à Rolls Royce et à Ford ce que valent leurs véhicules.

Le prix des médicaments sur ordonnance a des règles différentes

Ford peut, (mais ils ne vous le diront) pas exactement le cout de production de chaque véhicule, y compris tous les composants qu’ils acquièrent auprès d’autres entreprises. Mais ce n’est pas le cas des médicaments sur ordonnance. Le cout et la mise sur le marché d’une nouvelle thérapie est une boîte noire proverbiale. Les entreprises ne partagent pas ces chiffres. Les chercheurs du Centre d’études sur le développement des médicaments ont estimé les coûts à 2,87 milliards de dollars par thérapie, mais ce chiffre a fait l’objet de vifs débats.

Ce que nous pouvons dire de manière fiable, c’est que c’est très coûteux et qu’une société pharmaceutique doit produire de nouveaux médicaments pour rester en activité. Les millions de dollars en recherche et développement (R & D) investis par Big Pharma ont deux objectifs. La première consiste à commercialiser le prochain grand truc. La seconde consiste à obtenir le brevet tout-puissant pour cela.

Vous payez aussi pour les échecs de

Les brevets américains sur les médicaments durent généralement 20 ans, mais selon le site internet des services juridiques Upcounsel.com: En raison du nombre rigoureux de tests effectués sur un brevet, de nombreuses grandes sociétés pharmaceutiques déposent plusieurs brevets sur le même médicament, pour étendre cette période de 20 ans afin de bloquer les concurrents génériques de produire le même médicament. En conséquence, les sociétés pharmaceutiques ont plus de 30, 40 ans pour protéger leur investissement de toute concurrence et on n’a donc plus les forces du marché pour faire baisser les prix.

Mais le problème du cout caché est le suivant : plusieurs autres médicaments de leurs filières de R&D échouent parallèlement, entraînant des pertes significatives par produit. Comment une entreprise pauvre peut-elle rester à flot ? C’est pourtant simple. Intégrez ces coûts et ces pertes au prix des médicaments à succès.

Vous voulez un dessin ? L’insuline coûte actuellement environ 1 500 dollars pour un flacon de 20 millilitres, alors qu’il y a 15 ans, le même flacon coûtait environ 157 dollars. Quand vous achetez un médicament, en fait, vous payez aussi le prix des autres médicaments de l’entreprise pharmacologique qui n’ont jamais été commercialisés, mais que vous devez payer parce que c’est comme ça.

C’est en fait un peu plus compliqué que cela, mais ce que je veux dire, c’est que les principes commerciaux déterminent le prix des médicaments, car les sociétés pharmaceutiques sont des entreprises. Le bien-être sociétal n’est pas l’utilisation sous-jacente. C’est le cas en particulier aux États-Unis, où le public n’achète pas la plupart des produits pharmaceutiques, les particuliers achètent, bien que par l’intermédiaire d’un tiers, un assureur. Le pouvoir d’achat groupé de 300 millions d’Américains devient le pouvoir commercial des marchés. Et donc les prix augmentent mécaniquement.

Le coût de faire du business, euh, de soigner

J’espère que la plupart des gens conviendront que les médecins constituent un bien sociétal. Qu’il s’agisse d’un confident de confiance ou d’un médecin dont les mains bloquent de manière chirurgicale le saignement de votre rate après que cet imbécile vous ait agressé sur la route, nous, médecins, sommes fiers d’être là pour nos patients, de quelque manière que ce soit, assurés ou pas.

Permettez-moi d’énoncer deux faits fondamentaux qui semblent souvent échapper à la fois aux patients et aux décideurs. Ils sont inextricablement liés, fondamentaux à notre dialogue national sur les coûts des soins de santé et sont souvent ignorés: les médecins comptent parmi les plus hauts salaires d’Amérique et nous gagnons notre argent à partir des patients. Pas de portefeuilles d’investissement, ni de brevets. Les patients.

À l’instar de Ford ou du géant pharmaceutique Eli Lilly, les cabinets de médecins doivent également dégager une marge bénéficiaire pour rester en activité. De même, il y a aussi des coûts cachés pour le consommateur; dans ce cas, l’éducation et la formation. L’école de médecine est le diplôme professionnel le plus coûteux que l’on puisse acheter aux États-Unis.

L’Association américaine des facultés de médecine rapporte que l’endettement médian des facultés de médecine aux États-Unis était de 200 000 dollars en 2018, pour les 75 % d’entre nous qui avons financé nos études plutôt que de payer en espèces.

Notre R & D, qui sont les 4 ans pour chacune des collèges et des écoles de médecine en plus des 3 à 11 ans de coûts de formation postdoctorale, est intégré à nos honoraires. On doit les intégrer. Tout comme Ford Motors. Première loi du commerce : Le coût pour faire du Business doit être pris en compte dans le prix du bien ou du service.

Pour que les décideurs politiques aient un impact significatif sur les coûts croissants des soins de santé aux États-Unis, des médicaments aux factures, etc., ils doivent décider si cela doit rester une industrie ou devenir véritablement un bien social. Si nous continuons à traiter et à réglementer les soins de santé en tant qu’industrie, nous devrions continuer à nous attendre à des factures inattendues et à des médicaments coûteux.

Ce n’est pas personnel, dites vous que c’est juste du business. La question qui se pose aux États-Unis est celle-ci: Garde-t-on le statu quo ou devons-nous nous occuper de trouver un nouveau moyen de créer une société en bonne santé ? Personnellement et professionnellement, je préfère la dernière solution.

Traduction d’un article de The Conversation par Michael Williams, responsable médical adjoint pour l’intégration clinique et professeur associé de chirurgie à l’université de Virgnie.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

Pour me contacter personnellement :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *