Des signes très encourageants sur un médicament contre l’Alzheimer

Un médicament expérimental a pu supprimer les plaques dans les cerveaux de quelques personnes qui souffraient de la maladie d’Alzheimer pendant une période de 12 mois.


Un médicament expérimental, l'Aducanumab, a pu supprimer les plaques dans les cerveaux de quelques personnes qui souffraient de la maladie d'Alzheimer pendant une période de 12 mois.

Ce médicament, un anticorps appelé , a provoqué l’excitation lorsqu’on l’a présenté dans plusieurs conférences scientifiques. Un papier publié dans la revue Nature propose des détails sur les effets de ce médicament. (Papier complet via Sci-Hub).

C’est la meilleure nouvelle que j’ai entendue depuis mes 25 années de recherche sur l’ selon Stephen Salloway de l’université de Brown et co-auteur de l’étude. Ces résultats sont les plus convaincants sur le fait qu’un anticorps réduit les amyloïdes dans le cerveau selon Rachel Doody du Baylor College of Medicine et chercheuse spécialisée en Alzheimer.

Mais les experts recommandent d’être prudent avec les résultats. En effet, l’essai clinique a concerné seulement 165 personnes. Les effets bénéfiques pourraient disparaitre dans des essais cliniques à grande échelle qui sont en cours.

Comme de nombreux médicaments possibles contre l’Alzheimer, l’Aducanumab est un anticorps qui cible la , une protéine qui s’accumule dans les cerveaux des personnes souffrant de l’Alzheimer. Délivré par injection intraveineuse, l’Aducanumab entre dans les cerveaux affectés et il détruit les plaques de bêta-amyloïde. Après un an de traitement, les niveaux de bêta-amyloïde ont baissé. Et cette réduction dépendait de la dose administrée. En fait, les personnes, qui avaient reçu la dose la plus élevée, n’avaient quasiment plus aucune plaque de bêta-amyloïde dans leurs cerveaux après 12 mois.

Je sais qu’il n’y a aucun autre anticorps qui peut supprimer l’amyloïde d’une manière aussi efficace selon Alfred Sandrock, co-auteur de l’étude. Depuis plusieurs années, les scientifiques débattent si la bêta-amyloïde est une cause ou un symptôme de l’Alzheimer. Avec sa capacité de réduire les plaques, l’Aducanumab pourrait clore ce débat.

La grande question est si le médicament préserve les capacités de réflexion et la mémoire. La nouvelle étude n’a pas été conçue pour détecter les améliorations dans la performance mentale. Mais il y a des indices que l’Aducanumab pourrait avoir des bienfaits mentaux. Comparées avec les participants qui ont reçu un placebo, les personnes ayant pris de l’Aducanumab ont montré un déclin moins prononcé sur les tests de mémoire et de capacités de réflexion dans une période de 12 mois. Et comme avec les réductions de la bêta-amyloïde dans le cerveau, une dose élevée indiquait une meilleure performance mentale. Pendant l’étude, les personnes sous placebo ont perdu 3 points sur des tests mentaux de 30 points. Les personnes, ayant pris la dose la plus élevée d’Aducanumab, ont perdu seulement 1,5 point.

On a besoin d’être prudent sur les tests cognitifs par rapport au nombre réduit de personnes dans les essais selon Éric Reiman, neuroscientifique du Banner Alzheimer’s Institute à Phoenix. Mais si des études plus importantes montrent les bienfaits, alors cela pourrait être la révolution pour lutter contre l’Alzheimer.

L’Aducanumab cible plusieurs formes de bêta-amyloïde incluant les petites variantes solubles appelées oligomères ainsi que des parties plus larges appelées Fibrilles qui constituent les plaques. Et les 2 variantes provoquent des problèmes. 27 personnes ont souffert d’un effet secondaire connu comme l’ARIA. L’ARIA est caractérisé par des changements dans les fluides cérébraux détectés par les scans. L’effet secondaire ne possède pas de symptôme, mais il peut provoquer des migraines ou d’autres problèmes plus graves chez les personnes. L’ARIA était plus fréquent avec des doses élevées d’Aducanumab. D’autres études sur l’Aducanumab permettront de proposer des doses efficaces avec peu d’effets secondaires.

 

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *