Une privation de sommeil associée à l’accumulation de bêta-amyloïde, liée à la maladie d’Alzheimer

La perte d’une seule nuit de sommeil peut provoquer l’accumulation de protéines, liées à la maladie d’Alzheimer, au cerveau selon une nouvelle étude. Mais étant donné la petite portée de l’étude que ce soit sur l’échantillon ou la durée, on ne peut pas établir de cause sur les effets à long terme concernant Alzheimer.


La perte d'une seule nuit de sommeil peut provoquer l'accumulation de protéines, liées à la maladie d'Alzheimer, au cerveau selon une nouvelle étude. Mais étant donné la petite portée de l'étude que ce soit sur l'échantillon ou la durée, on ne peut pas établir de cause sur les effets à long terme concernant Alzheimer.


Les personnes privées de sommeil pendant une nuit subissent une augmentation immédiate et significative de bêta-amyloïde, une substance qui s’agglutine entre les neurones pour former des plaques qui entravent la capacité du cerveau à fonctionner selon les chercheurs. Nous montrons que même une nuit de privation de sommeil peut augmenter les niveaux de ces composés bêta-amyloïdes nocifs selon l’auteur de l’étude, Ehsan Shokri-Kojori, chercheur à l’Institut national américain sur l’abus d’alcool et l’alcoolisme.1

Une accumulation de bêta-amyloïde avec une seule nuit sans sommeil

C’est une hypothèse très logique et c’est cohérent avec les recherches antérieures selon le chercheur. Des études antérieures chez l’homme et la souris ont mis en évidence des liens potentiels entre un sommeil insuffisant et une accumulation de bêta-amyloïde dans le cerveau. Mais beaucoup d’études sur les humains se sont basées sur des auto-évaluations de la qualité du sommeil.

Shokri-Kojori et son équipe ont donc décidé de créer une expérience qui testerait plus précisément l’effet de la privation de sommeil sur les taux de bêta-amyloïde chez l’homme. Ils ont recruté 20 personnes en bonne santé sans antécédents de troubles cérébraux et les ont fait passer deux nuits au laboratoire, une nuit où ils ont pu passer une bonne nuit et une autre où ils n’ont pas fermé l’?il.

Des impacts sur l’hippocampe et le thalamus

Le matin après les deux nuits, les participants ont subi des scintigraphies cérébrales pour évaluer leur taux de bêta-amyloïde. Les chercheurs ont découvert que la privation de sommeil était associée à une augmentation significative du taux de bêta-amyloïde dans le cerveau comparativement à une bonne nuit de sommeil. De plus, les augmentations de bêta-amyloïdes ont été observées dans les régions du cerveau importantes pour la mémoire et la pensée selon Shokri-Kojori. Ceux-ci comprenaient l’hippocampe, qui a été lié à la mémoire, et le thalamus qui est un centre important pour relayer l’information sensorielle au cerveau.

Les experts soupçonnent que chaque fois qu’un neurone s’active, il contribue à la production de bêta-amyloïde dans le cerveau selon le Dr Andrew Varga, professeur adjoint de médecine du sommeil au Mount Sinai Health System à New York. Quand les gens ne dorment pas, leurs neurones continuent à s’active ce qui peut conduire à une accumulation de bêta-amyloïde selon Varga. Il est également possible que le sommeil favorise l’élimination des déchets du cerveau dont la bêta-amyloïde selon Varga et Shokri-Kojori.

Élimination des déchets du cerveau pendant le sommeil ?

Pendant le sommeil, les neurones rétrécissent en taille en créant un espace entre les cellules qui permet aux débris d’être plus facilement éliminés du cerveau selon Varga. Cependant, d’autres études doivent être faites pour lier directement le manque de sommeil avec le risque de maladie d’Alzheimer selon les experts. Par exemple, on ne sait pas si une bonne nuit de sommeil peut effacer l’accumulation de bêta-amyloïde d’un petit épisode d’insomnie selon Shokri-Kojori.

Une expérience future pourrait impliquer que les participants subissent une nuit de privation de sommeil suivie d’une nuit de sommeil sain avec des scintigraphies cérébrales détaillant si un bon sommeil peut restaurer la santé du cerveau selon le chercheur. Les chercheurs ont également besoin de montrer que les niveaux élevés de bêta-amyloïde dans le cerveau augmentent réellement les chances de formation de plaques entre les neurones selon Varga. Il est intuitif de penser que si vous avez des taux élevés de bêta-amyloïde, ils se rassembleraient ensemble et formeraient des plaques, mais cette partie n’est pas entièrement prouvée selon Varga.

Difficile de conclure sur les effets à long terme pour Alzheimer

Selon le Dr David Reynolds, responsable sur la recherche d’Alzheimer en Angleterre : Il existe de plus en plus de preuves d’un lien entre la perturbation du sommeil et la maladie d’Alzheimer, mais il est difficile de démêler la cause et l’effet pour déterminer si les troubles du sommeil peuvent causer des changements cérébraux ou vice-versa. Cette très petite étude suggère qu’une nuit de privation de sommeil peut augmenter les niveaux de la protéine amyloïde d’Alzheimer ce qui renforce les suggestions selon lesquelles le sommeil est important pour limiter l’accumulation de cette protéine dans le cerveau.2

L’étude ne nous dit pas comment une bonne nuit de sommeil pourrait maintenir les niveaux d’amyloïdes à distance tandis que les chercheurs suggèrent que le sommeil aide à éliminer les protéines du cerveau, mais d’autres explications potentielles doivent également être explorées. Le fait d’en savoir plus sur la façon dont le cerveau traite cette protéine va donner aux chercheurs des idées vitales alors qu’ils travaillent à limiter l’accumulation d’amyloïdes nocives que nous voyons dans la maladie d’Alzheimer.

Même si cette étude apporte plus de lumière sur le lien entre le sommeil et l’amyloïde, elle fournit seulement un instantané des changements du cerveau après une nuit de sommeil perturbé et ne nous dit pas si cette association à court terme est pertinente pour le développement de Alzheimer à long terme. Le développement de la maladie d’Alzheimer est un processus qui prend de nombreuses années et est susceptible de dépendre de multiples facteurs génétiques, de santé et de style de vie. Il y a un certain nombre d’avantages importants pour la santé liés à une bonne nuit de sommeil, mais nous devons faire plus pour éliminer les avantages potentiels à long terme du sommeil sur le risque d’Alzheimer.

Sources

1.
Shokri-Kojori E, Wang G-J, Wiers CE, et al. β-Amyloid accumulation in the human brain after one night of sleep deprivation. P. April 2018:201721694. doi:10.1073/pnas.1721694115
2.
expert reaction to study investigating sleep deprivation and amyloid build up. sciencemediacentre.org. http://www.sciencemediacentre.org/expert-reaction-to-study-investigating-sleep-deprivation-and-amyloid-build-up/. Published April 10, 2018. Accessed April 10, 2018.
N'oubliez pas de voter :
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de vote)
Loading...

Rejoignez :


Soutenez-nous financièrement.

Même 1 dollar peut nous aider !

About Jacqueline Charpentier

mm
Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *