Le téléphone cellulaire associé au cancer et aux tumeurs

Des rats mâles exposés aux radiations de téléphones cellulaires peuvent développer des tumeurs cérébrales et cardiaques. Ce sont les conclusions préliminaires d’une grande étude toujours en cours mené par des agences américaines.


Des données préliminaires montrent un lien entre les radiations des téléphones cellulaires et des tumeurs cérébrales et cardiaques.

L’étude est très complète puisqu’elle a exposé de nombreux animaux aux radiations de téléphones cellulaires. Mais les chercheurs restent prudents en estimant qu’il faudra d’autres recherches. De plus, les conclusions posent de nouvelles questions. On ignore pourquoi le risque du est plus élevé chez les mâles que chez les femelles. Et l’étude a aussi montré que les rats exposés aux radiations cellulaires vivent plus longtemps que ceux qui n’ont pas été exposés. Enfin, les études sur les souris ne doivent pas être extrapolées directement aux humains.

Les conclusions ont été postées sur bioRxiv par le National Toxicology Program (NTP). C’est une recherche menée par plusieurs agences. Et l’étude est loin d’être confirmée, mais il y a déjà des personnes au niveau politique qui appellent à plus de recherches et à proposer des avertissements sur l’utilisation du .

C’est une grande étape. Le téléphone cellulaire est présent dans nos vies quotidiennes et on doit évaluer les résultats avec la plus grande rigueur selon Christopher Portier, un biostaticien qui a supervisé le développement de l’étude. Dans une déclaration, la FDA a déclaré que son propre panel d’experts va évaluer les données, mais on sait que l’agence est favorable sur les avertissements des téléphones portables.

Les résultats sur les rats ont d’abord été publiés sur Microwave News, une lettre de diffusion spécialisée le 25 mai 2016. Les responsables du NTP ont décidé de publier les données avant de compléter leur analyse et d’écrire l’étude. L’étude proprement dite ne sera pas terminée avec 2017 et les chercheurs veulent prendre toutes les précautions nécessaires, car cela bouleverserait totalement l’utilisation des téléphones portables.

Des chambres réverbérantes

Ces nouveaux résultats proviennent d’une étude demandée par le programme toxicologique de la FDA. Dans l’état de l’Illinois, les scientifiques ont construit 21 chambres réverbérantes pour distribuer équitablement les radiations produites par les téléphones cellulaires à des rats en cage sur une période de 2 ans. Des groupes de 90 animaux, séparés par leur sexe, étaient exposés à 2 genres de signaux provenant de téléphone cellulaire à raison de 9 heures par jour. Certains rats ont reçu des radiations de 1,5 watt par kilogramme de leur masse corporelle, soit moins que la dose de 1,6 watt recommandée par le FCC pour les téléphones cellulaires. Les autres ont reçu des doses doubles ou quadruples. Et d’autres rats n’ont pas été exposés.

Les pathologistes ont trouvé 2 types de cancers rares dans le corps des rats. Un gliome malin qui a été détecté dans 2 % à 3 % des groupes de rats irradiés. Les coeurs de 2 à 6 % des rats mâles avaient aussi développé une forme de tumeur cardiaque dans ce qu’on appelle les cellules de Schwann. Dans les rats femelles, il y avait peu de différences dans les groupes.

Les résultats sont notables puisqu’ils font écho à plusieurs études sur les humains qui ont pointé un lien potentiel entre l’utilisation du téléphone cellulaire et le Neurinome de l’acoustique, un cancer qui affecte le même type de cellule que celle qu’on a trouvée dans la tumeur cardiaque des rats. Les données des tumeurs cardiaques sont les plus claires. Les taux de cancer étaient plus élevés chez les rats mâles qui avaient reçu les doses les plus élevées. Et les doses étaient plus élevées que le groupe de contrôle dans d’autres études. En revanche, les tumeurs cérébrales n’ont pas augmenté avec plus de radiation. Et le taux de cancer était équivalent au groupe de contrôle des autres études.

Selon Bucher, l’un des responsables de l’étude, ces résultats combinés sont persuasifs, mais loin d’être définitifs. Dans les discussions internes de l’agence, 70 à 80 % des personnes, qui ont analysé l’étude, pensent qu’il y a une association forte entre la radiation du téléphone cellulaire et les tumeurs. Donc, on n’a pas de conclusion universelle. Parmi les sceptiques, on trouve Michael Lauer, responsable de l’Office of Extramural Research du NIH. Dans ses commentaires, il a déclaré que cela pourrait être des faux positifs à cause de la faible quantité d’animaux utilisés dans l’étude. Mais d’autres chercheurs estiment que la quantité d’animaux est supérieure à celle qu’on trouve dans d’autres expériences.

Cancer et téléphone portable, un mécanisme incertain

Les utilisateurs de téléphone cellulaire sont confrontés à l’incertitude du champ scientifique. En 2011, l’OMS a déclaré que la radiation émise par les téléphones portables (PDF) était potentiellement carcinogène. Et l’OMS a tiré sa conclusion de plusieurs études épidémiologiques qui avaient aussi trouvé des liens avec des gliomes et des neurinomes acoustiques. Ce qui est intéressant et potentiellement inquiétant est que les études citées par l’OMS pointent vers les mêmes types de cancers rares que ceux qui ont été trouvés dans l’étude du NTP.

Mais les scientifiques se demandent comment la radiation non ionisante, qui est produite par les téléphones cellulaires, pourrait provoquer le cancer. Ce type de radiation n’a pas l’énergie nécessaire pour décaper les électrons des atomes et donc provoquer des dommages cellulaires. La FDA, dans sa déclaration, avait noté que les précédentes études sur les humains avaient des preuves limitées et que la majorité des études scientifiques n’avait pas trouvé de lien entre les téléphones cellulaires et un problème de santé.

Les groupes de téléphonie ont rejeté immédiatement l’étude. Ainsi, le CTIA, l’un des principaux groupes américains de téléphones cellulaires a déclaré qu’on n’a trouvé aucun lien entre le téléphone cellulaire et un problème médical. Mais les chercheurs du programme toxicologique ont peut-être trouvé le mécanisme. Dans une autre petite expérience, ils ont analysé l’ADN des tissus de 80 souris et rats, qui avaient passé 90 jours dans les chambres réverbérantes, afin de trouver des ruptures dans les chaines ADN. Et il y avait plus de dommages d’ADN dans certains rongeurs qui avaient reçu les doses les plus élevées de radiation et ce type de dommage peut être lié au cancer. Il est possible que la radiation provoque des dommages ou réduit la capacité de guérison pour des dommages ADN classiques. Ces résultats n’étaient pas publiés dans le rapport, mais ils le seront dans un papier qui va être publié prochainement.

Est-ce qu’on peut l’extrapoler pour les humains ?

À première vue, les données fournissent beaucoup de preuves concordantes entre le téléphone cellulaire et les cancers. Mais est-ce qu’on peut extrapoler l’étude sur les humains ? C’est la principale discussion dans les agences impliquées dans l’étude. Et on tente de créer des ponts entre les rats et les humains. Dans 5 pays européens, les scientifiques traquent les utilisations du téléphone cellulaire de 300 000 personnes depuis 5 ans tout en les analysant pour le cancer, mais également les maladies cardiaques et neurologiques. Un autre projet, mené par le Centre for Research in Environmental Epidemiology en Espagne, compare les utilisations du téléphone cellulaire de 903 personnes âgées de 10 à 24 ans qui ont des tumeurs cérébrales avec 1 800 personnes qui n’ont aucun cancer. Ces études n’ont pas encore publié leurs résultats.

Quoi qu’il en soit, ces résultats du NTP ajoutent des données importantes à un champ d’investigation où on manque cruellement d’études sur les animaux selon Jonathan Samet, un épidémiologiste de l’université de Southern California. Il estime que cette étude va lancer plus de recherches et c’est une bonne chose. Les radiations des téléphones cellulaires sont un facteur environnemental qui est présent dans le monde entier. Et même s’il y a un risque minime, on doit le connaitre et le confirmer, car on y est exposé depuis sa naissance.

 

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *