Tabac chauffé : l’iQOS n’est pas si inoffensif

iQOS, l’un des premiers produits de tabac chauffé qui est promu comme une alternative plus sûre aux cigarettes conventionnelles pourrait ne pas être aussi inoffensive que son fabricant le prétend suggère une recherche publiée dans la revue Tobacco Control.


iQOS, l'un des premiers produits de tabac chauffé qui est promu comme une alternative plus sûre aux cigarettes conventionnelles pourrait ne pas être aussi inoffensive que son fabricant le prétend suggère une recherche publiée dans la revue Tobacco Control.

iQOS est un appareil électronique fonctionnant sur batterie, qui imite l’apparence, le goût et l’expérience sensorielle d’une cigarette. Il contient une tige de chaleur spécialement conçue, qui utilise une capsule de tabac pour fournir de la nicotine. Cette capsule est chauffée à des températures bien inférieures à celles des cigarettes conventionnelles en produisant une vapeur infusée par le tabac pour l’inhalation plutôt que de la fumée.1

Le tabac chauffé

Dans une cigarette classique, la fumée de tabac contient le cocktail de produits chimiques qui est si nocif pour la santé. Le fabricant, Philip Morris International, a évalué IQOS dans plusieurs études publiées, mais il y a eu peu de recherches indépendantes. Pour tenter de combler cette lacune, des chercheurs ont entrepris d’évaluer les performances de l’iQOS dans 5 conditions de bouffées différentes et l’impact de 2 protocoles de nettoyage. Un nettoyage en profondeur après chaque utilisation de la tige thermique pour retirer le fluide et les débris et les recommandations du fabricant pour nettoyer l’appareil après chaque 20 tiges chauffantes avant d’utiliser les brosses nettoyantes fournies avec le produit.

Les chercheurs ont également voulu savoir si le filtre en film plastique polymère qui vise à refroidir la vapeur pourrait présenter un risque pour la santé. Chaque tige thermique iQOS ne dure que 6 minutes et ensuite il s’éteint automatiquement et nécessite une recharge avant utilisation. Donc pour tirer le meilleur parti de chaque tige, les utilisateurs devraient raccourcir l’intervalle entre les bouffées, accélérer leur taux de bouffée et potentiellement respirer de plus grandes quantités de vapeur selon les chercheurs.

Un produit non performant malgré un nettoyage minutieux

La capsule de tabac chauffé à la suite d’une pyrolyse qui est une décomposition thermique en l’absence d’oxygène. La carbonisation était plus étendue lorsqu’un nettoyage minutieux n’était pas effectué après l’utilisation de chaque tige chauffante ce qui suggère que l’accumulation de débris et de liquide augmente les températures pyrolytiques selon les chercheurs.

L’analyse du film polymère a montré qu’indépendamment du nettoyage, l’intensité de la chaleur était suffisante pour faire fondre le film même s’il n’était pas en contact direct avec l’élément chauffant. Le respect des instructions de nettoyage recommandées par le fabricant a augmenté à la fois l’étendue de la carbonisation et la fusion du film polymère.

Une autre inquiétude est la libération de formaldéhyde cyanohydrine par le filtre de fusion à des températures que tous les utilisateurs vont facilement dépasser selon les chercheurs. Le formaldéhyde cyanohydrine est très toxique même à des niveaux très bas. iQOS n’est pas strictement un produit du tabac chauffé selon les chercheurs. Cette étude a montré que le système iQOS n’est pas aussi inoffensif que les prétentions du fabricant et elle souligne également le besoin urgent de tests de sécurité supplémentaires, car la popularité et la base d’utilisateurs de ce produit est en croissance rapide.

Sources

1.
iQOS: evidence of pyrolysis and release of a toxicant from plastic. Tobacco Control. 10.1136/tobaccocontrol-2017-054104″ target= »_blank » rel= »noopener noreferrer »>http://tobaccocontrol.bmj.com/lookup/doi/10.1136/tobaccocontrol-2017-054104. Published March 13, 2018. Accessed March 13, 2018.
N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (5 votes, moyenne : 3,40 sur 5)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *