Paludisme : une nouvelle découverte sur l'invasion du foie par le parasite

Des chercheurs viennent de découvrir comment le parasite du paludisme envahit le foie. Cette découverte pourrait mener vers de nouveaux moyens de bloquer cette infection.


Une découverte sur l'infection du paludisme dans les cellules du foie

Le tue 500 000 personnes chaque année et les chercheurs découvrent de plus en plus de choses sur le processus complexe d’infection du . Le a besoin de l’anophèle, un parasite dans la femelle du mousique et un humain pour développer les symptomes.  Le parasite entre dans l’organisme humain via le parasite se trouvant dans le mousique.

Une fois dans l’organisme, le parasite du paludisme envahit progressivement les cellules du foie pour se multiplier avant de se développer davantage dans les cellules sanguines. Et c’est ce processus dans les cellules sanguines qui provoque les symptomes du paludisme et qui permet de se propager à d’autres personnes via des piqures de moustique.

Quand le parasite du paludisme infecte le foie, il va utiliser des compartiments appelé parasitophorous vacuoles qui lui permet de se répliquer. Dans la nouvelle étude menée par le Center for Infectious Disease Research (CIDR), les chercheurs ont découvert que le parasite de la préfère des cellules avec le récepteur appelé EphA2. Les chercheurs ont découvert que l’infection était foudroyante dans les cellules présentant ce récepteur, mais surtout qu’il n’y a aucune infection dans les cellules de souris qui ne possédaient pas ce récepteur.

Les chercheurs expliquent que c’est une découverte considérable puisqu’il révèle une interaction vitale entre le parasite du paludisme et la personne qu’il infecte. Cette découverte permettra de créer des médicaments qui cibleront précisément ce processus. Ces travaux ont été publié dans la revue Science.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, average: 4,00 out of 5)
Loading...

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *