samedi , 18 novembre 2017

Des pistes pour améliorer le niveau d’anticorps pour combattre la Dengue

Une étude apporte des pistes sur les niveaux d’anticorps nécessaire pour éviter une rechute de la Dengue et empêcher les cas les plus graves de la maladie pour les futurs vaccins contre la Dengue.


Des pistes pour améliorer le niveau d’anticorps pour combattre la Dengue
En apportant une preuve à une hypothèse de longue date, mais non confirmée sur la dengue sévère chez l’homme, une nouvelle étude chez les enfants du Nicaragua met en évidence une gamme étroite, mais critique, de niveau d’anticorps qui améliore la réaction à la maladie pendant la seconde rechute.1

Les résultats de laboratoire et les études sur les animaux ont démontré que la ré-exposition à la dengue avec un taux préexistant d’anticorps de la dengue est associé à une maladie plus grave lors de la réinfection. Ce phénomène, connu sous le nom d’amélioration dépendante des anticorps (ADE), n’a pas encore été directement observé chez les humains en dépit de décennies de recherche.

Cette nouvelle étude a des implications importantes pour les efforts de vaccination contre la dengue et pour les flavivirus apparentés comme Zika. Dans le monde, des millions de personnes sont infectés par la dengue chaque année et les cas les plus graves entrainent une fièvre hémorragique et un syndrome de choc, (DHF/DSS), qui peuvent provoquer une fuite dans les vaisseaux sanguins et la défaillance des organes.

De 2004 et 2016, Leah Katzelnick et ses collègues ont étudié les effets de la dengue chez plus de 8 000 enfants exposés différemment au virus et les différents niveaux d’anticorps correspondants. Les enfants, avec une gamme spécifique de niveaux d’anticorps, avaient 7 fois plus de risque de développer la DHF/DSS par rapport aux enfants non exposés ou ceux avec des niveaux d’anticorps très élevés selon les auteurs. Par conséquent, un vaccin, qui induit des niveaux d’anticorps au niveau de rehaussement maximal, peut augmenter le risque de dengue sévère d’une personne. Ces résultats peuvent avoir des implications pour la mise en oeuvre des essais de vaccins chez les vaccinés qui ont déjà été exposés au virus.

Sources

1.
Antibody-dependent enhancement of severe dengue disease in humans. Science. http://dx.doi.org/10.1126/science.aan6836.
N'oubliez pas de voter :
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...

Faites un don sur notre page Patreon

Quelle est la fiabilité de cette information ou étude ?

Aucun avis particulier

A propos de Jacqueline Charpentier

mm

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d’emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l’actualité scientifique et celle de la santé.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Timber by EMSIEN 3 Ltd BG