L’importance du petit-déjeuner dans la prévention des maladies cardiovasculaires

Une étude espagnole suggère que le fait de sauter le petit-déjeuner est associé à un risque élevé de développer d’athérosclérose subclinique. Même si ce trouble ne présente aucun symptôme lorsqu’on est jeune, il est associé au développement des maladies cardiovasculaires par la suite. Et non, du café et des clopes ne sont pas un “petit-déjeuner équilibré”. Pour avoir le pourcentage optimal de l’apport calorique, les auteurs recommandent une tasse de café, un verre de lait ou du yaourt, des fruits, du pain au blé entier avec des tomates et de l’huile d’olive.


Une étude espagnole suggère que le fait de sauter le petit-déjeuner est associé à un risque élevé de développer d'athérosclérose subclinique. Même si ce trouble ne présente aucun symptôme lorsqu'on est jeune, il est associé au développement des maladies cardiovasculaires par la suite. Et non, du café et des clopes ne sont pas un "petit-déjeuner équilibré". Pour avoir le pourcentage optimal de l'apport calorique, les auteurs recommandent une tasse de café, un verre de lait ou du yaourt, des fruits, du pain au blé entier avec des tomates et de l'huile d'olive.

Le fait sauter le ou manger très peu au début de la journée double le risque d’athérosclérose. C’est la découverte de la Progression and Early Detection of Atherosclerosis study (PESA), dirigée par le Centro Nacional de Investigaciones Cardiovasculaires Carlos III (CNIC) en partenariat avec Banco Santander et qui est publiée au Journal of American College of Cardiology ( JACC). 1

Le papier montre que les personnes, dont le petit-déjeuner contient moins de 5 % de l’apport calorique journalier recommandé (100 calories pour une consommation quotidienne de 2 000), ont en moyenne 2 fois plus de lésions athérosclérotiques que celles qui mangent un petit-déjeuner bien équilibré. Ce risque accru est indépendant des facteurs de risque classiques tels que le tabagisme, le cholestérol élevé et l’inactivité physique. Le papier confirme non seulement l’importance du petit-déjeuner pour la santé cardiovasculaire, mais il suggère également que le fait de sauter le petit-déjeuner pourrait indiquer des modes de vie nocifs pour la santé.

L’étude PESA-CNIC-Santander est une étude de cohorte prospective de plus de 4 000 employés de bureau d’âge moyen et elle est dirigée par le Dr. Valentín Fuster qui est le Directeur général du CNIC. Les participants à l’étude ont été surveillés avec des technologies d’imagerie sur une période de 6 ans dans le but de caractériser la prévalence et la progression des lésions athérosclérotiques latentes et subcliniques. Ces résultats d’imagerie sont examinés pour des associations avec des marqueurs moléculaires et des facteurs environnementaux incluant les habitudes alimentaires, l’activité physique, les biorythmes, les caractéristiques psychosociales et l’exposition aux polluants environnementaux. Les plaques athérosclérotiques sont des dépôts graisseux dans les parois des artères qui apparaissent pour la première fois à un jeune âge, mais elles ne produisent aucun symptôme dans ces premières phases ce qui donne naissance au terme d’athérosclérose subclinique.

Un bon petit-déjeuner se compose généralement de :   - Une tasse de café, un verre de lait ou du yaourt - Des fruits - Du pain au blé entier - Des tomates et de l'huile d'olive

Un bon petit-déjeuner se compose généralement de :
– Une tasse de café, un verre de lait ou du yaourt
– Des fruits
– Du pain au blé entier
– Des tomates et de l’huile d’olive

L’impact significatif du petit-déjeuner sur la santé cardiovasculaire est bien connu. Mais le projet PESA voulait évaluer la relation entre 3 modes de petit-déjeuner distincts et la présence de plaques athérosclérotiques chez des individus symptomatiques. Les résultats suggèrent que le fait de sauter le petit-déjeuner est un indicateur de modes de vie nocifs qui sont associés à une prévalence plus élevée de l’athérosclérose généralisée.

L’athérosclérose subclinique

La nouvelle étude a consisté à caractériser l’association entre les différentes habitudes de petit-déjeuner et les facteurs de risque cardiovasculaire, et plus précisément, pour déterminer si le fait de sauter le petit-déjeuner était lié à la présence d’une athérosclérose subclinique dans une population sans antécédents de maladie cardiovasculaire. L’analyse de l’imagerie a déterminé la présence de plaques dans des territoires vasculaires distincts qui sont les artères carotide et fémorale, l’aorte et les artères coronaires.

Dans la population étudiée, 20 % des participants mangeaient régulièrement un petit-déjeuner à forte énergie en fournissant plus de 20 % de l’apport calorique recommandé. La plus grande proportion, 70 %, mangeait un petit-déjeuner à faible consommation d’énergie (entre 5 % et 20 % de l’apport calorique quotidien) et 3 % ont pris leur petit-déjeuner ou ont mangé très peu (moins de 5 % de l’apport calorique quotidien). Les individus dans cette dernière catégorie ont passé moins de 5 minutes au petit-déjeuner en consommant uniquement du café ou des jus de fruits ou ils ont sauté entièrement le petit-déjeuner. L’équipe de recherche a également constaté que ce groupe avait tendance à avoir des habitudes alimentaires généralement plus mauvaises et une prévalence plus élevée des facteurs de risque cardiovasculaire.

Une étude espagnole suggère que le fait de sauter le petit-déjeuner est associé à un risque élevé de développer d'athérosclérose subclinique. Même si ce trouble ne présente aucun symptôme lorsqu'on est jeune, il est associé au développement des maladies cardiovasculaires par la suite. Et non, du café et des clopes ne sont pas un "petit-déjeuner équilibré". Pour avoir le pourcentage optimal de l'apport calorique, les auteurs recommandent une tasse de café, un verre de lait ou du yaourt, des fruits, du pain au blé entier avec des tomates et de l'huile d'olive.

À l’aide de la technologie des ultrasons, l’équipe de recherche a observé 1,5 fois plus de plaques athérosclérotiques dans les artères des sauteurs de petit déjeuner que dans les vaisseaux des participants qui mangeaient un petit-déjeuner riche en énergie. De plus, pour certaines régions vasculaires, le nombre de plaques était jusqu’à 2,5 fois plus élevé chez les participants qui ont sauté le petit-déjeuner ou qui ont mangé très peu. Irina Uzhova, première auteure de l’étude, a expliqué que ces différences sont indépendantes de la présence de facteurs de risque cardiovasculaire et de modes de vie malsains.

Certaines études antérieures sur la population ont montré qu’un bon petit-déjeuner est lié à une diminution du poids corporel, à un régime généralement plus sain et à une plus faible chance d’augmenter le risque cardiovasculaire par un taux élevé de cholestérol sanguin, d’hypertension artérielle et de diabète. Il est également bien connu que les changements de style de vie peuvent moduler les facteurs liés au risque cardiovasculaire incluant le diabète, l’obésité, l’hypertension artérielle et la dyslipidémie. L’alimentation, tant en termes de qualité nutritionnelle qu’en , est donc une cible majeure dans les stratégies de prévention des maladies cardiovasculaires.

L’auteur de l’étude, le Dr José Luis Peñalvo, a expliqué que c’est la première étude à fournir une preuve directe d’une association entre différents modèles de petit-déjeuner et la présence de lésions athérosclérotiques détectées par une échographie vasculaire non invasive. Le Dr José María Ordovás, également auteur d’étude et expert en , a ajouté que l’analyse suggère que le fait de sauter le petit-déjeuner pourrait être un véritable marqueur de risque dans les premiers stades de l’athérosclérose, mais que cela nécessitait d’autres recherches sur le mécanisme d’action sous-jacent. Ce point a été souligné par le Dr Antonio Fernández-Ortiz : Nous avons besoin de marqueurs de risque plus précoces et plus précis pour les premières phases de l’athérosclérose qui nous permettront d’améliorer les stratégies de prévention de l’infarctus du myocarde, des accidents vasculaires cérébraux et de la mort subite. Les résultats apportent une contribution définitive à la réalisation de cet objectif.

Sources

1.
Journal of the American College of Cardiology. JACC. http://dx.doi.org/10.1016/j.jacc.2017.08.027. Accessed October 2, 2017.
N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *