jeudi , 22 février 2018

Le fructose est principalement traité par l’intestin grêle

Une étude suggère que le fructose, le sucre qu’on trouve dans les fruits, est principalement traité par l’intestin grêle et non le foie. Cela ouvre de nouvelles pistes pour comprendre le traitement du sucre par le système digestif.


Le fructose est principalement traité par l’intestin grêle
Des chercheurs de l’Université de Princeton rapportent que chez les souris, le fructose, un sucre présent dans les fruits, est principalement traité dans l’intestin grêle et non dans le foie comme cela avait été précédemment suspecté. Les boissons sucrées et les aliments riches en sucres transformés submergent l’intestin grêle et se déversent dans le foie pour être transformés. De plus, les auteurs rapportent que la capacité de l’intestin grêle à traiter le fructose est plus élevée après un repas. Le papier est publié dans la revue Cell Metabolism.1

L’excès de sucre

Les preuves d’études animales et humaines ont déjà montré qu’une ingestion excessive de sucre peut être nocive, notamment pour le foie. La surconsommation chronique peut conduire à l’obésité et favoriser la résistance à l’insuline pouvant évoluer vers le diabète et il peut également contribuer à la stéatose hépatique non alcoolique qui peut entraîner une cirrhose ou un cancer du foie.

Il existe une différence physiologique fondamentale dans la façon dont les quantités de sucre sont traitées dans le corps selon Joshua D. Rabinowitz de l’Institut Lewis-Sigler de génomique intégrative de l’Université de Princeton. L’hypothèse précédente était que le foie traite tous les sucres ingérés. Mais cette étude a montré que plus de 90 % du fructose a été éliminé par l’intestin grêle chez la souris.

Nous pouvons rassurer, au moins à partir de ces études sur les animaux, que le fructose provenant de quantités modérées de fruits n’atteindra pas le foie selon le chercheur. Cependant, l’intestin grêle peut avoir une overdose de sucre si on consomme quelque chose qui est l’équivalent à 50 % d’une canette de soda ou un grand verre de jus d’orange.

L’intestin grêle traite 90 % du fructose

Dans l’étude, Rabinowitz et ses collègues ont étudié la voie du fructose marqué aux isotopes à travers les systèmes digestifs des souris de laboratoire. Les chercheurs ont observé que l’excès de fructose, qui n’est pas absorbé par l’intestin grêle, continue à travers l’intestin dans le côlon. En conséquence, il entre également en contact avec la flore microbiotique naturelle du gros intestin et du côlon connue sous le nom de microbiome.

Ce graphique montre que l'intestin grêle se charge de traiter la majorité du fructose. Du fructose à haute dose vont se déverser dans le foie et interagir avec le microbiote pour le métabolisme - Crédit : Jang et al./Cell Metabolism 2018

Ce graphique montre que l’intestin grêle se charge de traiter la majorité du fructose. Du fructose à haute dose vont se déverser dans le foie et interagir avec le microbiote pour le métabolisme – Crédit : Jang et al./Cell Metabolism 2018

Le microbiome est conçu pour ne jamais rencontrer le sucre selon Rabinowitz. On peut manger une quantité infinie de glucides et il n’y aura pas de molécule de glucose qui pénètre dans le microbiome, mais dès qu’on boit du soda ou du jus, le microbiome voit un nutriment extrêmement puissant qu’il est censé ne jamais rencontrer. Même si l’étude n’a pas montré que le fructose influence le microbiome, les auteurs suggèrent qu’un effet est probable et devrait être étudié davantage pour en savoir plus sur les conséquences biologiques d’un apport élevé en sucre.

Les chercheurs ont également constaté que l’intestin grêle nettoie le fructose plus efficacement après un repas. Nous avons vu que l’alimentation des souris avant l’exposition au sucre améliorait la capacité de l’intestin grêle à traiter le fructose selon Rabinowitz. Et cela protégeait le foie et le microbiome de l’exposition au sucre. Les chercheurs théorisent que dans un état de jeûne, comme au réveil ou au milieu de l’après-midi, on est plus vulnérable au fructose en raison d’une capacité réduite à le traiter dans l’intestin grêle.

Même si l’étude a été menée sur des souris, Rabinowitz encourage les conseils qu’on répète à longueur de journée. Limitez les sucreries à des quantités modérées après les repas et ne consommez pas de boissons sucrées à l’heure des repas.

Sources

1.
The Small Intestine Converts Dietary Fructose into glucose and organic acids. Cell Metabolism. 10.1016/j.cmet.2017.12.016″ target=”_blank” rel=”noopener noreferrer”>http://dx.doi.org/10.1016/j.cmet.2017.12.016. Published February 6, 2018. Accessed February 6, 2018.
N'oubliez pas de voter :
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

Rejoignez :


Soutenez-nous financièrement.

Même 1 dollar peut nous aider !

A propos de Jacqueline Charpentier

mm
Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Timber by EMSIEN 3 Ltd BG