Essai d'un médicament contre les pulsions pédophiles chez les hommes

Des chercheurs suédois ont lancé une campagne de financement participatif sur le Firmagon, un médicament pour le cancer de la prostate afin de réduire les pulsions pédophiles chez les hommes.



L’équipe demande l’aide du public pour collecter 53 000 dollars sur le site Walacea, une plateforme de financement participative dédiée à la science. Ils espèrent que le médicament, qui réduit les niveaux de testostérone dans le corps, va réduire également les pulsions pédophiles. Pour le moment, les chercheurs ont recruté 4 ou 5 participants et l’objectif est de recruter 60 hommes.

Le pour traiter les pulsions pédophiles en amont

L’essai clinique ne recrutera pas les pédophiles condamnés selon Rahm, un psychiatrique au Karolinska Institute à côté de Stockholm. Au contraire, l’équipe veut se concentrer sur les efforts en amont pour empêcher les abus d’enfants et permettre à ces hommes de gérer leurs pulsions pédophiles. Les participants sont recrutés via Preventell, une assistance téléphonique pour une sexualité non désirée qui est gérée par le Centre for Andrology and Sexual Medicine du Karolinska Institute Hospital. Depuis le lancement de Preventell, le service a reçu les appels de 1 500 hommes qui demandaient qu’on les aide. Cela prouve, selon Stefan Arver, le directeur du centre, que les personnes avec ce type de pensées cherchent vraiment de l’aide.

Le médicament testé par l’équipe s’appelle le Firmagon qu’on connait comme le sous sa forme injectable. Il appartient à une classe appelée hormone de libération des gonadotrophines hypophysaires (GnRH). Ce médicament peut rivaliser avec le GnRH naturel du corps en associant ses récepteurs au cerveau. Ce processus bloque la production de testostérone dans les testicules. Actuellement, ce médicament, une forme de castration chimique, est autorisé uniquement pour traiter le cancer de la prostate. On a déjà des médicaments qui sont prescrits ou imposés par la loi pour traiter les pédophiles. Certains de ces médicaments réduisent la testostérone et changent les inhibiteurs spécifiques du recaptage de la sérotonine. Ces derniers sont une classe d’antidépresseurs. Mais ces médicaments sont uniquement efficaces pendant quelques mois et leur utilisation se base sur des preuves très faibles selon Niklas Långström, un psychiatre épidémiologiste au KI.

La recherche scientifique sur la pose quelques problèmes éthiques

La recherche dans ce domaine est difficile à cause des problèmes éthiques. Les médecins, qui découvrent des patients coupables d’actes pédophiles, tels que le téléchargement de pédopornographie, doivent les signaler à la police. Seules quelques personnes viennent demander de l’aide selon Donald Grubin, un psychiatrique en forensic de l’université de Newcastle. Et l’utilisation de placebo, la norme standard pour le test des médicaments, n’est pas bien vue. Les comités d’éthiques ont dû mal avec le fait de donner des pilules de sucre à des pédophiles potentiels selon Grubin.

Mais les législateurs suédois ont donné le feu vert pour une étude contrôlée. L’équipe de KI va donner un placebo à la moitié des participants et l’autre recevra le médicament. Pour mesurer ses effets, 2 semaines après l’injection et durant 3 mois, l’équipe va utiliser une série de tests pour mesurer 3 paramètres : L’excitation sexuelle élevée, le self contrôle et l’empathie. La testostérone est impliquée dans ces 3 facteurs de risque pour des actes pédophiles répétés selon Rahm. L’étude ne mesurera pas les effets sur le long terme de la pédophilie.

Les effets secondaires des autres médicaments pour réguler la testostérone

Rahm a déclaré qu’il s’est tourné vers le financement participatif parce qu’il voulait rester indépendant vis-à-vis du fabricant du médicament qui est Ferring Pharmaceuticals. Les fonds serviront pour les médicaments, le salaire d’une infirmière de recherche et les expériences d’imagerie à résonnance magnétique. L’essai fait partie d’un projet plus large qui cherchera aussi les marqueurs génétiques, neurologiques et hormonaux associés aux actes de pédophilie.

La plupart des régulateurs de testostérone actuels sont des agonistes du GnRH. Ces derniers stimulent les récepteurs GnRH plutôt que de les bloquer en provoquant une augmentation de la testostérone avant de baisser les niveaux d’hormone dans le corps. Ils sont souvent utilisés pour traiter le cancer de la prostate ou pour supprimer l’ovulation spontanée chez les femmes qui suivent un traitement de fertilité. Ces médicaments mettent des mois à agir et cette augmentation de la testostérone n’est pas quelque chose de souhaitable pendant la phase aiguë du traitement. Pendant cette phase, une personne potentiellement pédophile risque de succomber à ses pulsions. Contrairement aux agonistes du GnRH, le Firmagon est un antagoniste du GnRH et donc, il ne provoque pas ce type d’effet secondaire.

 

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *