Un nouveau microARN nucléaire est en cours de développement pour le traitement des maladies cardiovasculaires


  • FrançaisFrançais



  • Un nouveau médicament microARN angiogénique peut être une nouvelle option pour le traitement des maladies cardiovasculaires ischémiques, selon une nouvelle étude publiée dans PLOS ONE par des chercheurs de l’Université de Finlande orientale en collaboration avec des collaborateurs internationaux. Dans l’étude, les chercheurs décrivent un nouveau microARN à action nucléaire.

    Les microARN sont de petites molécules d’ARN qui régulent l’expression des gènes. Leur rôle canonique est le silençage génique en ciblant les ARN messagers dans le cytoplasme cellulaire. Cependant, ce nouveau microARN, miR-466c, a un mécanisme d’action différent. Il régule à la hausse le facteur de croissance endothélial vasculaire A (VEGFA) en ciblant le promoteur du gène dans le noyau cellulaire.

    En plus d’élargir la compréhension académique de la biologie des microARN, ces découvertes ont une pertinence commerciale pour le développement de nouveaux médicaments à base d’ARN. L’augmentation de l’expression de VEGFA en utilisant de petits ARN offre de nouvelles options pour le traitement des maladies cardiovasculaires ischémiques, où l’apport sanguin dans les tissus est compromis.

    « L’activation de l’ARN en tant que phénomène est déjà connue depuis 16 ans, mais son potentiel commercial n’a été reconnu que récemment », déclare le professeur adjoint Mikko Turunen, président de la nouvelle société RNatives, qui commercialisera le médicament microARN breveté.

    « Notre médicament microARN breveté présente plusieurs avantages par rapport aux moyens traditionnels d’augmentation de l’expression génique. Tout d’abord, en activant le propre gène thérapeutique de la cellule (par exemple, le VEGFA), toutes les différentes formes d’épissage du gène sont correctement produites. De plus, étant un petit ARN , il est beaucoup moins immunogène et plus stable que les ARN plus longs, tels que les médicaments à base d’ARNm », explique Turunen.

    En plus des médicaments à base d’ARN, RNatives développe des exosomes modifiés pour l’administration de ces ARN aux patients.

    Source de l’histoire :

    Matériaux fourni par Université de Finlande orientale. Remarque : Le contenu peut être modifié pour le style et la longueur.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...
    mm

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnelle

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.