Acétate de glatiramère compatible avec l’allaitement, selon une étude


  • FrançaisFrançais



  • Pour les patientes atteintes de sclérose en plaques (SEP), devenir mère est semé d’embûches : est-il acceptable de poursuivre un traitement modificateur de la maladie pendant la grossesse et l’allaitement pour éloigner la maladie, ou cela met-il l’enfant en danger ? Une étude menée par le département de neurologie de la Ruhr-Universität Bochum (RUB) à l’hôpital St. Josef sur le médicament acétate de glatiramère peut soulager les mères de cette préoccupation pendant la période d’allaitement. Une étude comparative entre les enfants dont les mères avaient pris le médicament pendant l’allaitement et ceux qui n’avaient pas révélé de différences significatives dans plusieurs résultats de santé infantile au cours des 18 premiers mois de la vie.

    Par conséquent, l’étiquette du médicament, commercialisé sous le nom de Copaxone, a été mise à jour. Les chercheurs ont publié leurs découvertes dans Journal de la sclérose en plaques à partir du 1er avril 2022.

    Réduire la fréquence des rechutes

    La sclérose en plaques touche les femmes deux à trois fois plus souvent que les hommes, et la plupart des patients sont diagnostiqués en âge de procréer. La majorité des patients souffrent de SEP récurrente, dans laquelle des épisodes avec des symptômes plus graves alternent avec des épisodes sans symptômes. Mais, au fur et à mesure que la maladie progresse, le système nerveux est endommagé par ces épisodes récurrents. Cela se traduit souvent par une incapacité permanente. Les traitements modificateurs de la maladie peuvent ralentir l’accumulation de dommages permanents au système nerveux central en réduisant la fréquence des épisodes et en prolongeant les périodes de stabilité entre eux. L’acétate de glatiramère est l’un de ces médicaments.

    Aucun effet négatif enregistré

    « Dans cette étude, nous avons comparé le développement de 120 enfants au total, dont les mères souffraient de SEP ; 50 % des mères de cette cohorte avaient été traitées avec de l’acétate de glatiramère pendant l’allaitement », explique le Dr Andrea Ciplea de la recherche du professeur Kerstin Hellwig. groupe à la clinique RUB. Au cours des 18 premiers mois de la vie, les chercheurs ont surveillé les mesures corporelles du nourrisson, les retards de développement ainsi que les traitements antibiotiques et les séjours à l’hôpital. « Nous n’avons pas observé d’effets négatifs attribuables à l’administration du médicament contre la SEP », souligne Ciplea. En conséquence, l’étiquette de Copaxone a été mise à jour et le traitement par l’acétate de glatiramère pendant la période d’allaitement est maintenant approuvé.

    Source de l’histoire :

    Matériaux fourni par Ruhr-Université de Bochum. Original écrit par Meike Drießen. Remarque : Le contenu peut être modifié pour le style et la longueur.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...
    mm

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnelle

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *