La recherche apporte de l’espoir pour le traitement des lésions de la moelle épinière


  • FrançaisFrançais



  • Des scientifiques de l’Université de Birmingham ont montré qu’un médicament existant peut réduire les dommages après une lésion de la moelle épinière, en bloquant la réponse inflammatoire dans la moelle épinière.

    Leurs recherches, publiées aujourd’hui dans Médecine clinique et translationnelledémontre que l’AZD1236, un médicament développé par AstraZeneca, peut réduire de manière significative les «dommages secondaires» causés par la réponse de l’organisme à une lésion de la moelle épinière (SCI).

    Des chercheurs dirigés par le professeur Zubair Ahmed, professeur de neurosciences et responsable de la section de neurosciences et d’ophtalmologie de l’Institut universitaire de l’inflammation et du vieillissement, ont utilisé des modèles animaux pour démontrer que l’AZD1236 peut favoriser une régénération nerveuse significative, avec une préservation spectaculaire de 80 % de la fonction nerveuse après lésion par compression de la moelle épinière.

    Surtout, cela s’est traduit par une amélioration de 85 % des mouvements et des sensations. Ces effets dramatiques ont été observés après seulement trois jours de traitement avec AZD1236, commençant dans les 24 heures suivant la blessure. En l’espace de trois semaines, les animaux traités à l’AZD1236 ont montré une récupération sans précédent, tandis que les témoins présentaient encore des déficits importants six semaines après la blessure.

    L’un des principaux moteurs des dommages secondaires SCI est la rupture de la barrière hémato-médullaire (BSCB). Cela entraîne un œdème (accumulation excessive de liquide autour de la moelle épinière) et déclenche une réponse inflammatoire qui peut finalement entraver le processus de guérison et entraîner la mort des cellules nerveuses.

    AZD1236 est un inhibiteur puissant et sélectif de deux enzymes, MMP-9 et MMP-12, impliquées dans le processus inflammatoire.

    Les chercheurs ont démontré que l’AZD1236 stoppe l’œdème induit par le SCI et réduit la dégradation de la BSCB et la cicatrisation au site de la blessure. Ils ont également examiné l’effet du dosage d’AZD1236 sur l’activité de la MMP-9 et de la MMP-12 dans la circulation sanguine et le liquide céphalo-rachidien, qui entoure la moelle épinière.

    Ici, ils ont démontré une suppression significative de l’activité enzymatique après administration orale et intrathécale (injection dans le canal rachidien). L’administration orale a réduit l’activité enzymatique de 90 % dans le sérum et de 69 à 74 % dans le liquide céphalo-rachidien. Sans surprise, l’injection intrathécale a produit des niveaux plus élevés (88-90%) de suppression dans le liquide céphalo-rachidien.

    D’autres études ont montré que l’AZD1236 supprimait la formation de cytokines pro-inflammatoires (molécules connues pour contribuer au développement d’une douleur neuropathique de longue durée, qui suit souvent une lésion médullaire) de 85 à 95 %. L’AZD1236 s’est également avéré 82 % plus efficace pour soulager la sensibilité à la douleur neuropathique induite par la SCI au froid, à la chaleur et au toucher par rapport aux analgésiques actuellement utilisés tels que la prégabaline (Lyrica) et la gabapentine.

    Le professeur Ahmed a commenté : « Il n’existe actuellement aucun médicament réparateur disponible pour les patients atteints de LM, les traitements ne fournissent qu’un soulagement symptomatique et ne s’attaquent pas aux mécanismes moléculaires sous-jacents qui causent ou contribuent à l’œdème et à la rupture de la barrière hémato-médullaire. Ce médicament a le potentiel d’être un traitement de première classe contre certains des moteurs pathologiques clés de la SCI et pourrait révolutionner les perspectives de rétablissement des patients atteints de SCI. »

    Hitesh Sanganee, directeur exécutif, Discovery Sciences, AstraZeneca, a déclaré : « Le travail du professeur Ahmed et de son équipe a été soutenu par notre programme d’innovation ouverte et représente une collaboration très fructueuse entre le milieu universitaire et l’industrie pour apporter la possibilité de réels avantages aux patients touchés. par SCI, un domaine où les besoins médicaux sont importants. L’exploration du potentiel de l’AZD1236 pour cette nouvelle indication représente un excellent résultat pour notre programme d’innovations ouvertes et s’aligne sur notre philosophie de « partager des idées et permettre à l’innovation scientifique de franchir les frontières entre le monde universitaire et l’industrie aidera traduire plus rapidement des idées novatrices en percées scientifiques et en nouveaux médicaments potentiels. »

    University of Birmingham Enterprise a déposé une demande de brevet couvrant l’activité d’inhibition combinée sélective ou l’expression à la fois de la métalloprotéinase matricielle MMP-9 (gélatinase B) et de la MMP-12 (macrophage métalloélastase) après une lésion médullaire ou une lésion connexe du tissu neurologique.

    L’Université de Birmingham Enterprise recherche maintenant des investisseurs et des partenaires pour faire passer cette thérapeutique prometteuse à des essais cliniques.

    Source de l’histoire :

    Matériaux fourni par Université de Birmingham. Remarque : Le contenu peut être modifié pour le style et la longueur.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...
    mm

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnelle

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.