Les psychédéliques peuvent atténuer la peur de la mort et de la mort, similaires aux sentiments rapportés par ceux qui ont vécu des expériences de mort imminente


  • FrançaisFrançais



  • Dans une étude portant sur plus de 3 000 adultes, les chercheurs de Johns Hopkins Medicine ont comparé des expériences psychédéliques avec des expériences de mort imminente qui n’étaient pas liées à la drogue et ont trouvé des similitudes notables dans les attitudes des gens envers la mort. Les participants à l’enquête des deux groupes ont déclaré avoir moins peur de la mort et de mourir après l’expérience. Ils ont également rapporté que l’expérience avait un effet positif durable, apportant un sens personnel, une signification spirituelle et une perspicacité psychologique.

    L’étude a été publiée le 24 août 2022 dans la revue PLOS ONE.

    Les résultats sont cohérents avec plusieurs essais cliniques récents montrant qu’un seul traitement avec la psilocybine psychédélique produisait une diminution soutenue de l’anxiété et de la dépression chez les patients atteints d’un diagnostic de cancer menaçant le pronostic vital. Le plus grand de ces essais (Griffiths et al., 2016) a été mené à Johns Hopkins Medicine par les auteurs de cette enquête. Cette étude, un essai randomisé de 51 patients atteints de cancer qui présentaient des symptômes anxieux ou dépressifs cliniquement significatifs, a démontré que le fait de recevoir une dose élevée et contrôlée de psilocybine administrée avec une psychothérapie de soutien entraînait une augmentation significative des taux d’acceptation de la mort, ainsi qu’une diminution de l’anxiété. sur la mort.

    Pour la présente étude, les chercheurs ont analysé les données recueillies auprès de 3 192 personnes qui ont répondu à un sondage en ligne entre décembre 2015 et avril 2018. Les participants ont été divisés en groupes : 933 personnes ont vécu des expériences de mort imminente non liées à la drogue, et le reste des participants eu des expériences psychédéliques, qui ont été provoquées soit par le diéthylamide de l’acide lysergique (LSD) (904), la psilocybine (766), l’ayahuasca (282) ou N,N-diméthyltryptamine (DMT) (307). Les participants étaient majoritairement blancs (85 %) et principalement originaires des États-Unis. Comparé au groupe sans drogue, il y avait plus d’hommes dans le groupe psychédélique (78% contre 32%), et ils avaient tendance à être plus jeunes (32 ans contre 55 ans) au moment de l’expérience.

    Les similitudes entre les groupes incluent:

    • Environ 90% des participants des deux groupes ont signalé une diminution de la peur de la mort lors de l’examen des changements dans leur point de vue d’avant à après l’expérience.
    • La plupart des participants des deux groupes (groupe non toxicomane, 85 % ; groupe psychédélique, 75 %) ont classé l’expérience comme l’une des cinq plus significatives personnellement et spirituellement de leur vie.
    • Les participants des deux groupes ont signalé des changements positifs persistants modérés à forts dans le bien-être personnel et le but et le sens de la vie.

    Les différences entre les groupes comprennent:

    • Le groupe non toxicomane était plus susceptible de déclarer que sa vie était en danger (47 % contre le groupe psychédélique, 3 %), d’être médicalement inconscient (36 % contre le groupe psychédélique, 10 %), ou d’être cliniquement mort (21 % contre le groupe des psychédéliques, moins de 1 %).
    • Le groupe non toxicomane était plus susceptible de déclarer que son expérience avait été très brève, d’une durée de cinq minutes ou moins (40 % contre le groupe psychédélique, 7 %).

    Les chercheurs disent que de futures études sont nécessaires pour mieux comprendre l’utilisation clinique potentielle des psychédéliques dans l’amélioration de la souffrance liée à la peur de la mort.

    Source de l’histoire :

    Matériaux fourni par Médecine Johns Hopkins. Remarque : Le contenu peut être modifié pour le style et la longueur.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...
    mm

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnelle

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.